Catégories
Politique française

[Commen­taire] Limi­ter le chif­fre­ment

Ne croyez donc pas qu’ils soient incom­pé­tents. C’est faux. Ils sont compé­tents. Ils sont entou­rés de gens brillants. Ils ont été aver­tis, par les bonnes personnes, qu’il ne fallait pas faire ça. Et ils le font quand-même.

Toute analyse qui s’ap­puie sur l’idée que nos ministres sont idiots est inva­lide. Toute analyse qui s’ap­puie sur le fait qu’ils soient incom­pé­tents, ou mal infor­més, cherche à leur trou­ver une excuse qui n’est pas la bonne.

Mais alors… Alors l’ana­lyse est plus compliquée à poser.

— Benja­min Bayard

J’ai­mais bien la maxime qui disait en gros « ne cher­chez pas l’in­ten­tion maligne là où il peut n’y avoir que de l’idio­tie ». Elle était beau­coup ressor­tie du temps de Georges W. Bush et elle permet de rester sur terre : Nos diri­geants font parfois des choses que nous jugeons idiotes mais c’est non seule­ment réflé­chi mais en plus quasi­ment toujours avec une bonne

Donc, oui, ils ne sont pas fous, pas au sens « je fais n’im­porte quoi ». Le lais­ser croire c’est se mettre des œillères.

Non. Ils ont peur qu’on leur reproche leur inac­tion. Ils ont peur qu’il y ait encore des atten­tats, et qu’on dise que c’est de leur faute. Alors il faut bien faire quelque chose. Inutile, dange­reux, tota­li­taire, n’im­porte quoi, mais quelque chose.

Ça j’y crois beau­coup. Parfois c’est d’ailleurs dit expli­ci­te­ment sous le ton « les français ne compren­draient pas » ou « il faut agir ». Cepen­dant l’at­taque contre le chif­fre­ment arrive dans un espace vide, pas sous la pres­sion. C’est le gouver­ne­ment qui amène lui-même le sujet. Personne ne lui aurait repro­ché de ne pas le faire.

C’est une superbe raison pour moultes inter­dic­tions et annu­la­tions, pour l’état d’ur­gences et bien d’autres choses. Ici ça me semble moins perti­nent.

Bran­dir le tout sécu­ri­taire, agiter les peurs et les haines, c’est une stra­té­gie pour récol­ter les votes des gens qui ont peur.

C’est fait tous les jours, même si prin­ci­pa­le­ment par ceux qui ne sont pas au pouvoir – ceux qui sont au pouvoir doivent aussi rassu­rer pour prou­ver qu’ils ont agit ou que ce qu’ils font va tout solu­tion­ner, diffi­cile exer­cice d’équi­li­briste.

Pour autant je n’y crois pas là non plus. Le sujet ne tourne pas, ne rassure pas l’élec­to­rat conser­va­teur. Si le débat était établi, incon­tour­nable, pourquoi pas. Là ça va durer maxi­mum deux semaines. Ça ne vaut vrai­ment pas le coup.

Si notre gouver­ne­ment propose de sucrer le chif­fre­ment c’est qu’ils veulent vrai­ment le faire. Ce n’est d’ailleurs pas neuf.

Enfin, il reste l’angle d’ana­lyse le plus raison­nable. Nos diri­geants veulent surveiller le peuple pour s’as­su­rer de rester au pouvoir quoiqu’il advienne. Oh, pas forcé­ment eux indi­vi­duel­le­ment, mais leur caste.

Là on est direc­te­ment dans l’in­ten­tion maligne, limite dans le complot. Je ne crois pas une seconde qu’il y ait une réflexion consciente à faire un choix poli­tique pour que le pouvoir reste aux mains d’une caste qui inclut aussi le parti d’en face.

On exclu­rait qui ? Le peuple ? mais il en est déjà exclu de toutes façons, par défi­ni­tion. Ceux qui arrivent dans le jeu poli­tique à un niveau sérieux ne sont déjà plus « le peuple ».

Non, par contre je crois à cette distinc­tion « nous » – « le peuple ». Quand ils coupent le chif­fre­ment, ils n’ima­ginent pas une seconde que ça va les impac­ter eux. Le chif­fre­ment sera encore légi­time pour les services de l’État et des collec­ti­vi­tés, pour proté­ger les secrets des entre­prises. Leurs commu­ni­ca­tions ne risquent rien. Ça ne concerne que le peuple, les autres, ceux en qui on ne peut ni ne doit avoir confiance.

On le voit faci­le­ment aujourd’­hui dans les débats où l’op­po­si­tion demande la fin de l’État de droit et des arres­ta­tions sans motifs. Ils n’ima­ginent pas un instant que eux pour­raient être empri­son­nés ainsi sur une simple note confi­den­tielle d’un service sous l’au­to­rité hiérar­chique directe du Premier ministre, bref, sur simple volonté de la personne qu’ils combattent. Je crois que ça veut tout dire.

Nos diri­geants sont coupés de tout, et sont alimen­tés en continu d’in­for­ma­tions anxio­gènes par des hauts fonc­tion­naires des services de police, parfois (souvent ?) avec des visées sécu­ri­taires ou tota­li­taires, typique­ment Alain Bauer et ses semblables. Ça peut suffire à perdre les pédales.

Je ne nie pas qu’ils soient coupés de tout, et parfois de la réalité. Je doute que ça soit une expli­ca­tion de la lutte contre le chif­fre­ment. Certes on peut s’em­bal­ler mais s’ils ont des conseillers, ils ont aussi des gens pour filtrer, trier, résu­mer et remettre en contexte l’in­for­ma­tion.

Si on se dit qu’ils ne peuvent pas igno­rer que leur solu­tion est erro­née vu le nombre de conseillers brillants qu’ils ont, alors ils ne devraient pas non plus pouvoir perdre les pédales par simple amas d’in­for­ma­tions anxio­gènes, pour la même raison.

Le truc : écoutent-ils ces conseillers ? Ce qu’on lit régu­liè­re­ment laisse plutôt à penser qu’ils écoutent un ou deux conseillers favo­ris, qui n’ap­par­tiennent juste­ment pas au corps de fonc­tion­naires, et eux-seuls. Je me rappelle aussi cet article de presse qui rele­vait des propos de E. Valls disant en gros qu’il éprou­vait une fierté à avoir raison seul contre tous et à mener sa poli­tique ainsi.

Énorme égo et préjugé de supé­rio­rité mons­trueux. Ça j’y crois faci­le­ment et ça casse toute l’ar­gu­men­ta­tion liée aux conseillers brillants. Encore faudrait-il que ces conseillers soient écou­tés et leurs avis pris en comp­te…

Pire, encore faudrait-il que ces conseillers ne soient pas noyés dans ceux qui se font une joie de flat­ter les avis de la personne au pouvoir pour faire avan­cer leur carriè­re…

Voilà ce qui me parait fina­le­ment le plus probable, parce que le plus humain et ne néces­si­tant aucune inten­tion maligne : Ces gens croient avoir raison, envers et contre tous, surtout contre ces igno­rants de citoyens qui ne comprennent pas la complexité et les respon­sa­bi­li­tés que eux portent sur les épaules. Égo déme­suré, compor­te­ment d’une caste de privi­lé­giés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *