[Commentaire] La culture est-elle « structurellement » un bien commun

Je vous laisse lire le texte de Calimaq – il est intéressant en soi – mais je retiens l’idée de parler de droit d’usage et non d’exceptions au droit d’auteur.

Les usages, l’équilibre entre le public et l’auteur, c’est inhérent au droit d’auteur. Ça n’est pas une exception, ça en fait partie.

Vouloir restreindre le droit d’auteur à une simple propriété exclusive et sans restrictions c’est effectivement oublier les débats à son origine, mais aussi oublier que tous nos codes ne sont que des équilibres entre les droits des uns et des autres. Quelqu’un oserait-il dire que le passage piéton est une exception au droit de circulation des automobiles et qu’il faut arrêter d’en ajouter ?

Bref, droit d’usage ça me parle bien, et c’est finalement ce que c’est. Je regrette juste que le domaine public ne soit pas appeler les droits du public. Il serait alors bien plus difficile de soutenir une vision maximaliste du droit d’auteur.

Je n’oublie pas. La langue est politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

J'utilise encore les commentaires mais je ne garantis pas qu'ils seront en ligne de façon permanente.

Vous êtes incités à lier et commenter ce billet depuis votre propre espace. Si votre outil gère les Web mentions votre publication sera automatiquement référencée ici au bout d'un moment. À défaut, vous pouvez poser le lien ci-dessous.