Colis­simo en ligne : envoyer un colis depuis sa boîte au lettre


Mercredi dernier, j’ai appris via un article du Monde relayé sur twit­ter, que l’on pouvait main­te­nant, grâce à La Poste, envoyer des colis en les postant direc­te­ment dans sa boîte au lettre fermée à clé.

Jean­viet (dans ce qui ressemble à du publi-rédac­tion­nel)

Ça ressemble à une très bonne idée. Je crois même que dans d’autres pays c’est la norme pour les lettres (le facteur pose ce qu’il apporte, mais aussi prend ce qui est à poster). Bref, ça fait du bien de dire du bien de La Poste.

Bon, je n’ai pu m’em­pê­cher de rire à celui qui sur Twit­ter propo­sait de lais­ser au facteur un simple avis de passage.


4 réponses à “Colis­simo en ligne : envoyer un colis depuis sa boîte au lettre”

  1. Il y a un truc qui me gêne dans cette histoire : sauf erreur La Poste n’a pas de monopole sur l’envoi de colis ?
    J’entendais l’autre jour sur BFM que cette idée était un superbe avantage concurrentiel pour La Poste. Oui mais… La boite aux lettre, c’est moi qui l’ait achetée, et elle se trouve sur ma propriété. Pourquoi seule La Poste aurait droit d’y accéder pour récupérer des colis, et pas UPS ou DHL aussi ?

    • A ma connaissance la poste n’a pas de passe droit. Ta copropriété ou toi (suivant le cas) pouvez très bien ouvrir votre boîte aux lettre à UPS ou avoir une seconde boîte DHL. Ça dépend de l’envie et de l’organisation de ces transporteurs, ainsi que de ta capacité à donner les clefs ou codes nécessaires.
      Historiquement c’est avec la poste que tout se fait et à ma connaissance aucun n’a cherché à aller plus loin que l’obtention des codes interphone

    • J’imagine que ça doit demander un investissement monstre : Convaincre les co-propriétés de créer un passe-partout de plus et le confier à une entreprise privée, ça pour les portes mais aussi pour les boites aux lettres. Pour la plupart des gens La Poste c’est comme France Telecom ou GDF, même si on sait que c’est ouvert à la concurrence, on n’est pas forcément aussi prêts à leur donner les mêmes droits ou à leur faire autant confiance. Il faut convaincre adresse par adresse, avec beaucoup d’échecs, et celui qui le fait travaillera pour tous les concurrents qui ne le font pas. Si j’en crois l’expérience du téléphone (passer de France Telecom à un concurrent) et de la fibre (convaincre chaque co-propriété, via un échange annuel à chaque AG), je comprends que personne n’ose se lancer, même sans contrainte légale (et je n’exclus pas qu’il puisse y en avoir quand même).

      Après tout ça il faudra la logistique, partager les passe-partout, gérer l’aspect « temporaire » pour que ne se duplique pas et que ça ne se diffuse pas partout (on ne parle pas de postiers fonctionnaires, mais d’employés jetables avec un turn-over), documenter, mettre à jour, etc.

      La Poste a des décennies derrière elle, la participation active de la population et des collectivités, et elle rame quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.