Catégories
Uncategorized

Choix d’en­ga­ge­ment

J’ai pris un peu de recul sur mes orien­ta­tions poli­tiques histoire de voir où et comment m’im­pliquer. Je suis arrivé avec quelques critères (donnés ici dans le désordre) :

  • Recherche une société meilleure, quitte à remettre en cause l’exis­tant et le passé
  • Écolo­gie et urgence clima­tique
  • Société soli­daire, basée sur du collec­tif et des communs
  • Fortes liber­tés civiles, droits de l’hu­main, liberté d’ex­pres­sion et vie privée
  • Idéal démo­cra­tique avec une vision pour nos insti­tu­tions
  • Euro­péen à tendance fédé­ra­liste, univer­sa­liste dans ses valeurs
  • Recherche de justice sociale et partage des richesses
  • Modèle de société qui revoit le rapport au travail, à l’éco­no­mie et à la produc­tion
  • N’ex­clut pas les choix poli­tiques forts ou radi­caux bases sur des opinions, mais ne contre­dit pas la science, les faits, le ration­nel et le prag­ma­tique

Oui, j’en demande beau­coup.

Typique­ment pour moi ça exclut proba­ble­ment une majeure partie des collec­tifs qu’on quali­fie­rait « de droite » en France : L’éco­no­mie, la souve­rai­neté, la liberté indi­vi­duelle, l’ordre, et la défense du système actuel y priment en géné­ral sur les critères que j’ai listé plus haut. Ce ne sont aussi pas eux qui vont remettre en cause le système.

Mon dernier point m’em­pêche très nette­ment d’en­vi­sa­ger EELV, au moins tant qu’ils restent dans des actes entre deux chaises vis à vis des vaccins, du nucléaire, et ce genre de choses.

Le PS j’ai trop de défiance après l’avoir vu amener Valls, suivre les tenants de l’ordre et renon­cer à tout ce pourquoi je vote­rai pour eux. Je retiens le mariage pour tous, c’est énorme, mais d’autres à gauche avaient ce même projet. Ça ne suffit pas à contre­ba­lan­cer.

LFI je n’ac­croche pas à la vision popu­liste et natio­na­liste. La base mili­tante est très diverse, amal­ga­mant tous ceux qui en ont marre, allant parfois sur le brun. Le chef est lui a tendance auto­cra­tique et mégalo. Ça fait trop et j’ai même peur de ce qu’il se passe­rait s’ils arrivent au pouvoir avant d’avoir fait le ménage. C’est un no go indé­pen­dam­ment de ce que je pense du programme.

J’ai beau­coup d’af­fi­ni­tés avec Géné­ra­tion-s, notam­ment parce que Benoît Hamon ose avan­cer sérieu­se­ment sur la ques­tion du travail et du revenu de base, mais pas que. Ils parlent social, société, communs, démo­cra­tie, etc.

Malheu­reu­se­ment ils ont des posi­tions offi­cielles très marquées sur la fin du nucléaire. Pour­tant, s’il y a un seul enjeu sur notre géné­ra­tion, c’est le climat. Et là, honnê­te­ment, je n’ai vu aucun scéna­rio crédible qui permette de se passer du nucléaire. L’ur­gence est de construire, pas détruire.

On m’a proposé Place Publique, mais le site ne présente que de très vagues valeurs, qui pour­raient être dites par une majo­rité des partis français. Avec trop d’af­fi­ni­tés au PS et pas de vrai programme concret, je passe mon tour.

Nouvelle Donne… Le programme a des valeurs proches des miennes des idées inté­res­santes, quelques trous (toujours rien, ni pour ni contre ni analyse, à propos du nucléaire ? Vrai­ment ?) mais.. j’ai déjà donné. Il paraît que ça s’est amélioré sur certains points qui posaient problème en interne mais il n’en sort toujours pas grand chose à part des alliances à chaque élec­tion. C’est d’ailleurs peut être ça le problème. Je ne veux pas d’un parti qui soit un moyen pour les têtes d’af­fiches d’ob­te­nir un mandat aux élec­tions. Les élec­tions c’est le moyen, pas le but.

Du coup j’ai fait un tour ailleurs.

J’avais un souve­nir du Parti Pirate quasi­ment unique­ment orienté culture, réseaux et liber­tés civiles, ainsi qu’une conno­ta­tion très « libe­ra­tienne et liber­tés indi­vi­duelles » que je ne partage à priori pas.

Peut-être que ça a changé, peut être que mes souve­nirs ou préju­gés étaient faux. Toujours est-il que j’y ai trouvé des posi­tions pas si éloi­gnées de ce que je cherche avec mes critères.

C’est en construc­tion. Il me manque beau­coup de prises de posi­tion, notam­ment sur la partie « Société soli­daire, basée sur du collec­tif et des communs ». J’ai toujours peur que la tendance libe­ra­tienne puisse s’y retrou­ver et donc faire partie du bateau. Pour autant, si j’au­rais parfois pris d’autres choix, rien de ce que j’ai vu ne m’a fait sauter au plafond ou même gêné.

Ma vraie rete­nue à plutôt été sur la capa­cité de l’as­so­cia­tion à avoir un vrai impact. J’étais prêt à faire de gros compro­mis pour avan­cer avec une struc­ture qui a un vrai impact… mais pas rien.

Avec un peu de recul, si on ne se limite pas à la France, le Parti Pirate a eu et à encore un impact. Le fait que ce ne soit pas un parti avec un leader tête d’af­fiche laisse aussi penser qu’on pourra imagi­ner des choses diffé­rentes. La taille peut sur ce point aussi être un avan­tage.

Bref, me voilà parti avec le Parti Pirate pour tenter l’aven­ture.

3 réponses sur « Choix d’en­ga­ge­ment »

À mon avis tu ne devrais pas faire du nucléaire un point de blocage, ce n’est qu’une modalité et pas une finalité en soi. À titre personnel je ne suis pas contre le nucléaire à court terme, et encore moins si on arrivait à maîtriser la fusion nucléaire, mais à long terme je pense qu’on devrait s’en débarrasser pour aller vers des productions d’énergies « locales »/décentralisées, renouvelables au possible, le plus autonome possible, nécessitant le moins possible de ressources importées, etc. Aujourd’hui on a *besoin* du nucléaire, notamment parce qu’on consomme beaucoup trop et qu’en terme de ratio quantité/propreté/coût on ne fait pas mieux. Mais si on se projetait dans une société démocratique, auto-gérée, confédérale, égalitaire, écologique – en un mot : anarchiste – avec par conséquent des circuits courts et des consommations/productions raisonnées et locales, le besoin du nucléaire disparaît, voire même devient potentiellement indésirable car il concentrerait trop de pouvoir en un seul endroit.

Et je ne dis pas ça pour défendre la positions de Génération-s, je considère qu’il ne s’agit que de l’aile gauche du PS servant à couper l’herbe sous le pieds de partis plus à gauche, ou devrais-je dire « vraiment » à gauche plutôt. Et de manière générale je suis davantage révolutionnaire que réformiste.

Je n’ai aucun problème avec un discours « on aimerait se débarrasser du nucléaire quand les technologies, l’organisation de la société et notre niveau de consommation nous le permettront ». Des « si » et des « quand » on peut en faire à loisir.

Le truc c’est qu’aujourd’hui ce n’est pas le cas, et ça ne changera pas sur un futur proche. Aujourd’hui nous avons des besoins et des urgences, et le nucléaire reste notre meilleur outil.

Un programme qui veut sortir du nucléaire dès maintenant et qui ne soit pas ouvertement pro nucléaire pour aujourd’hui face aux enjeux (quitte à tracer un avenir lointain et hypothétique différent si les conditions le permettent plus tard), c’est effectivement bloquant pour moi.

Deux raisons :

– déjà côté climat, parce que ce serait une politique toxique en l’état de nos connaissances

– mais aussi parce que ça montre un parti soit qui ne fait pas assez de place à la rationalité et au pragmatisme, soit qui ne sait pas changer (qui ne sait pas faire une virage à 180° sur cette question face à l’enjeu du climat)

Les deux me paraissent assez majeurs

Peut-être que ton angle sur le nucléaire est alors peut-être quel nucléaire et avec quelles conditions de mise en place. Si l’investissement sur le nucléaire suffoque le reste des ressources pour d’autres modes de production d’énergie, on ne pourra pas s’en sortir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *