Choisir sa liseuse numérique – fin d’année 2012

–> Mis à jour pour Noël 2014 <–

La question revient encore et toujours. D’abord les recommandations, pour remplacer celles de juin, puis je ferai un peu plus de blabla explicatif :

  • La solution conseillée : La Cybook Odyssey Frontlight, à 129 € chez les bons libraires [1]. Haute définition, éclairage « par devant » débrayable, écosystème ouvert, légère, française : C’est le top à prix abordable.
  • En ultra-nomade, la Kobo-mini peut être un choix intéressant. Elle est plus petite, moins chère, mais a aussi un écran potentiellement de moins bonne qualité (même pour un simple définition). Ce n’est pas forcément une recommandation pour un premier achat, qui risquerait d’être déceptif si vous ne savez pas à quoi vous attendre, mais ça peut être intéressant pour certains.
  • Si c’est pour offrir à la grand-mère afin qui a déjà du mal avec son magnétoscope mais qui aimerait pouvoir lire en gros caractères, la Kindle Basic peut être envisagée. Elle a l’avantage de fonctionner uniquement par boutons (non tactile), et le mode « push » d’Amazon vous permet de lui envoyer des livres à distance. Attention tout de même à l’environnement très fermé d’Amazon et au fait que le push nécessite du WIFI. Lisez le blabla plus bas pour le détail : si je continue à refuser et lutter contre le modèle Amazon, c’est la seule demie-solution pour ce cas très précis.
  • Si vous souhaitez vraiment une tablette de lecture, la Nexus 7 à 199 € est un bon choix. Si c’est pour de la lecture, je ne saurai trop insister pour que vous envisagiez plutôt l’encre électronique que la tablette. Là aussi, lire le blabla plus bas est utile avant de vous lancer dans votre achat.

[1] 129 € sur Decitre.fr et Cultura.com. Au même prix, si vous préférez l’accompagnement d’une librairie physique, vous pouvez les acheter dans 9 librairies Decitre en Rhône-Alpes, la librairie Cheminant à Vannes, la librairie Montbarbon à Bourg-en-Bresse, la librairie Bisey à Mulhouse et la librairie Planet’R à Saint-Lô, ainsi que 51 magasins Cultura dans toute la France. Celles à 99 € sont identiques d’apparence mais avec une définition standard et sans éclairage.

Liseuses HD à haute définition

Une nouvelle gamme de liseuses est arrivée depuis mes dernières recommandations. Elles sont HD et avec éclairage « frontlight ».

Le HD c’est comme pour les tablettes ou les télévisions : Une meilleure résolution d’écran. Ici on gagne 60% de points en plus. Ça se ressent sur le lissage des caractères et sur la qualité générale de l’affichage.

L’éclairage se traduit par quelques LED et un filtre quasi invisible sur l’écran. La lumière des LED se diffuse sur le filtre et éclaire l’écran, permettant de lire la nuit ou en faible luminosité. Cette lumière vient donc d’au dessus puis se reflète sur l’écran avant d’atteindre vos yeux. C’est une différence fondamentale avec les tablettes LCD, écrans d’ordinateurs et télévisions qui sont en rétro-éclairage et qui projettent la lumière directement vers vos yeux, en les fatiguant (surtout en environnement sombre). Les craintes de fatigue oculaire sont donc bien plus faibles. Pour ne rien gâcher cet éclairage est débrayable : Une fois éteint on se retrouve avec un écran à encre électronique classique, et tous ses avantages.

Dernier point particulier, la liseuse HD éclairée d’Amazon, la Kindle Paperwhite, a pris de l’embonpoint (+25% en poids) mais c’est la seule. La Cybook Odyssey reste à 180 grammes (ce qui est appréciable) par exemple. Ça n’a l’air de rien mais le poids est un élément essentiel sur ces appareils. Pour le reste, toutes les marques ont le même type d’éclairage, le même écran, le wifi, le tactile, le même contraste, et une autonomie similaire.

Liseuse ou tablette

L’écart de prix se réduit entre les tablettes et les liseuses. On trouve des tablettes tout premier prix à moins de 100 €, des tablettes 7″ correctes à partir de 160 € des tablettes 7″ plutôt haut de gamme à 199 €.

La réaction de beaucoup est « pourquoi ne pas mettre quelques euros de plus et avoir une tablette qui fait bien plus de choses ? ». Je répondrai qu’on trouve des voitures familiales pour à peine plus cher qu’une smart ou qu’une mini. On peut même en trouver des moins chères. Elles permettront bien plus de choses mais ne seront pas forcément adaptées à vos usages.

Si vous vous destinez à la lecture de textes, essentiellement des livres numériques au format EPUB, je conseille très (très) fortement les liseuses à encre électronique et non une tablette : Poids, format pour

  • La liseuse fait 180 grammes (moins qu’un livre de poche), là où une tablette LCD 7″ est au minimum à 400 grammes (plus qu’un gros livre). À la longue ça joue beaucoup, surtout à bout de bras.
  • La tablette a un rétro-éclairage. Elle projette de la lumière directement sur vos yeux. Pour de la vidéo ou du jeu ça a un petit effet hypnotique mais pour la lecture ça va énormément vous fatiguer à la longue (vive les yeux rouges). C’est d’autant plus vrai qu’une page de livre est quasiment toujours essentiellement du blanc (ce qui projette le plus de lumière et fatigue le plus). La nuit c’est aussi un très bon encouragement à l’insomnie.
  • Dans le meilleur des cas, en autonomie théorique, une tablette LCD ça se recharge tous les jours ou tous les deux jours. La liseuse vous l’oubliez totalement. En théorie c’est un à deux mois sans recharge. Dans la pratique même si c’est une fois par quinzaine, la différence est flagrante avec une tablette.

Rien ne vous empêche d’acheter une tablette pour vos autres usages, mais si vous pouvez vous le permettre je vous conseille plutôt une bonne tablette 9 ou 10″ pour le multimédia. La lecture de textes hors lignes restera à côté sur son matériel dédié : liseuse à encre électronique.

Une liseuse pour mes (grands)-parents

Le livre numérique c’est aussi la capacité à lire en gros caractères. Sur papier l’offre est limitée, pas toujours évidente à trouver. Pour les moins technophiles (vous savez, ceux qui ont du mal à utiliser le magnétoscope) il faut un appareil ultra-simple. Je considère les liseuses comme simple, mais peut être pas encore assez. Même le tactile peut être perçu comme une difficulté supplémentaire. Le second critère est de pouvoir facilement ajouter du contenu, soit à distance (par la famille), soit en passant en librairie avec l’aide du libraire.

Je n’ai pas encore trouvé de liseuse qui corresponde à ces critères, et ma grand-mère n’aura donc pas de liseuse sous la cheminée pour Noël. La plus proche semble être la Kindle Basic (non tactile). J’ai peur que même avec les boutons, je crains qu’on soit encore peu accessible. La capacité à pousser des contenus à distance pourrait quand même m’inciter à tenter l’expérience (malgré l’aspect fermé de la liseuse, c’est dire si je suis prêt à essayer) mais ça nécessiterait d’avoir chez elle une connexion Internet avec une borne WIFI. Ce n’est pas le cas. Si vous avez tenté une expérience similaire, discutons-en.

Environnement fermé ou écosystème ouvert

Le point de vue n’a pas changé depuis l’année dernière. Il s’est même renforcé avec plusieurs épisodes récents, dont un qui a fait du bruit. Amazon a créé quelque chose d’exceptionnel avec Kindle, surtout considérant qu’ils ont créé le marché de zéro, mais le résultat reste inacceptable pour moi.

Les plus geeks peuvent dire qu’ils vont acheter leurs livres ailleurs et n’utiliser que le matériel, mais ça veut dire passer par des convertisseur et refuser la simplicité de l’écosystème, qui est un argument principal. Il est très probable que tous finiront pas céder et se faire enfermer, malgré toute la bonne volonté initiale. Les quelques irréductibles auront simplement un bon matériel mais castré, avec encore moins de facilité que sur les autres appareils. C’est juste dommage et pas forcément un bon choix.

La recommandation principale est et restera : Pas de Kindle, pas d’iPad, pas de système fermé qui met des menottes aux utilisateurs, mettant à bas la pérennité de mes contenus et ma capacité à butiner facilement ailleurs.

C’est d’autant plus vrai que si Amazon et Apple ont indéniablement des points forts, le matériel lui même a désormais des concurrents au même niveau. Choisir des alternatives ouvertes n’est plus du masochisme.

Je ne donne que mon point de vue

Je ne fais que donner mon point de vue personnel. Je ne prétends pas à une totale objectivité : Ce me serait difficile étant donné que je suis professionnellement impliqué dans le milieu du livre numérique (j’opère les solutions numérique pour les libraires en [1]). Au contraire, j’assume totalement d’avoir des choix basés sur mes valeurs, mes expériences, et mes crédos. Faites en ce que vous voulez, mais la géniale grille objective manquera toujours certains points essentiels comme l’ouverture, la confiance et l’éthique (si le mot vous semble grandiloquent, lisez-y « volonté de faire évoluer les choses dans le bon sens »).

Rejoindre la conversation

29 commentaires

  1. Hello,

    Juste pour donner un point de vue sur l’écran de la Kobo Mini suite à ce passage :

    “mais a aussi un écran potentiellement de moins bonne qualité (même pour un simple définition). Ce n’est pas forcément une recommandation pour un premier achat, qui risquerait d’être déceptif si vous ne savez pas à quoi vous attendre, mais ça peut être intéressant pour certains.”

    En fait, pour avoir les deux sous la main, l’écran d’une Kobo Mini paraît d’une qualité supérieure à l’écran d’une Kobo Touch de l’année dernière à pas mal de monde lorsqu’on les présente côte à côte.
    C’est d’autant plus visible quand on s’amuse à régler au mieux la typo utilisée avec TypeGenius d’ailleurs.

    Par contre, je ne cache pas qu’il y a un effet de ghosting bien visible sur la Mini, ce qui peut un peu gêner à la lecture pour peu que le livre contienne des images.

    Donc pas forcément de réticences à avoir. Il me semble d’ailleurs que les propriétaires d’une Kobo Mini sont plutôt très satisfaits et la recommandent facilement. Pas encore entendu de grosses critiques en tout cas. :-)

    1. Oui, les retours sont plutôt positifs. Je n’ai pas vu de « c’est génial » mais pas non plus de critique vraiment négative. Pour moi la mini couvre une niche qui n’est pas encore prise par les autres marques.

      Globalement c’est de la bonne qualité (comme toutes les liseuses de marque, quasiment sans exception), sinon je ne la recommanderai pas. L’écran est juste de la gamme en dessous de toutes les autres (Viziplex au lieu de Pearl). Difficile Difficile d’en dire plus vu que le ressenti de chacun est très subjectif et que ça peut varier suivant les séries. Une moins bonne qualité peut -potentiellement- se voir sur le contraste ou la rémanence.

      Rien de grave et comme tu le signales les retours sont positifs, mais ça valait le coup de le signaler, surtout face aux liseuses HD qui sont donc désormais deux gammes de qualité au dessus.

      Pour un usage générique je conseille quand même plutôt les HD éclairées, qui ne sont pas tellement plus encombrantes au final mais qui sont à priori plus qualitatives et plus passe-partout du fait de l’éclairage.

  2. je vous conseille plutôt une bonne *liseuse* 9 ou 10″ pour le multimédia
    Vous ne vouliez pas plutôt dire tablette?

    Sinon, quels sont les avantages de l’odissey sur la kobo glo?

    Et sur un autre segment, le marché des liseuses 10″ (utile pour lire des docs techniques, par exemple, ou des pdf au format A4) est toujours aussi moribond?

    1. C’était une erreur, corrigée. Merci.

      L’Odyssey Frontlight est de la même gamme que le Kobo Glo. Ils partagent le même écran avec le Kindle Paperwhite. Au niveau des différences de surface :
      * Il y a des boutons physiques pour changer de page sur l’Odyssey, j’ai appris à les apprécier
      * Les menus et pages sont plus « classiques » sur l’Odyssey. Ca peut être vu comme positif ou négatif suivant les personnes. Ceux du Kobo sont très attirants visuellement mais pas forcément pratiques à l’usage (avis purement subjectif)

      Après il y a des différences non matérielles :
      * L’Odyssey est conçu en France par une société française
      * L’Odyssey est vendu par des libraires, petits et grands, avec une proximité physique un peu différente de celle de la FNAC

      À l’inverse il est arrivé à Kobo de fournir des (k)epub pas toujours pleinement compatibles avec l’extérieur.

      L’argument principal pour moi, et j’assume qu’il est pleinement subjectif, est que je travaille à l’intégration de libraires dans l’Odyssey donc je sais dans quelle direction ils vont, que le matériel est bon, et que les valeurs d’ouverture de la société dans laquelle je collabore sont les bonnes. Bref, il y a aussi un positionnement éthique/choix qui fait que je recommande l’Odyssey et non la Kobo.

      L’une comme l’autre sont toutefois de bonnes liseuses : même prix, qualité similaire, même positionnement, même fonction. Si vous choisissez une Kobo plutôt que ma recommandation, choisissez plutôt une noire (pour de bêtes questions de contraste ressenti quand vous n’utiliserez pas l’éclairage).

      Pour le marché des liseuses 10″ ça m’a l’air assez mort, oui. Il faut dire que le marché est plus professionnel que grand public. Sur ce segment la concurrence des tablettes pour la couleur et l’accessibilité d’un navigateur web rend le positionnement encore plus complexe.

      Je crois toutefois beaucoup à une idée que j’ai vu passer il y a quelques temps sur un lien : avoir des liseuses numériques A4 qui reçoivent les documents qu’on « imprime » et qui permettent les annotations au stylet (un peu comme la Sony PRS-T1).

      Dès que l’encre électronique couleur arrivera en bon marché (même pas forcément de qualité géniale), ça risque de vite se développer côté pro. Par contre, côté grand public, à mon avis il y a peu de chances que ça trouve sa place au milieu des tablettes. (mais ce n’est qu’un avis et bien malin celui qui pourra faire des prédictions sur un marché qui bouge si vite et dont les usages sont encore largement à découvrir)

  3. Merci pour cet éclairage sur l’environnement fermé. C’est vrai qu’on ne pense pas toujours à cela lorsqu’on achète sa liseuse.

    Peut être que si on souhaite quand même un Kindle ou un iPad, il faut plutôt utiliser les librairies en ligne alternatives qui proposent du EPUB bien propre sans DRM ?

    1. Le catalogue est très similaire chez les différents libraires. Seuls Amazon et Kobo continuent à positionner des DRM pour quelques éditeurs qui n’en veulent pas (ça mériterait un billet complet parce que le sujet mérite pas mal de détails et nuances que je ne peux mettre dans un commentaire, mais le résultat est celui là) et ne proposent pas de watermarking.

      La présence de DRM est liée uniquement au choix de l’éditeur. Les libraires n’ont pas de pouvoir de décision là dessus (à part ne pas vendre). Mis à part Amazon, tous mettent plus ou moins en avant la présence ou l’absence de DRM. Certains libraires que j’ai l’honneur d’opérer mettent même une fiche technique très détaillée récapitulant les différents « droits » associés dans le cas des DRM.

      Alors oui, Kindle et iPad peuvent fonctionner si vous achetez vos livres ailleurs sans DRM. Cela limitera le catalogue, nécessitera une conversion epub->mobi pour le Kindle, mais surtout ça sera pénible au final. Les librairies intégrées sont bien faites, confortables. La majorité finira pas céder, et les autres sortiront frustrés ou sans le ressenti de simplicité. C’est dommage (mais faisable). Pas certain que les atouts du matériel Kindle (qui diminuent par rapport à la concurrence) suffisent à contrebalancer

      1. Petite précision : iTunes vend des livres sans DRM. Comme tu l’as dit, c’est l’éditeur qui choisit de les appliquer ou pas. ;-)

        Perso j’ai une dizaine de livres achetés chez Apple et aucuns n’a de DRM. Je suis content qu’Apple ait choisit le format ePub.

        J’ai vu passer une étude qui disait que les tablettes n’étaient pas moins nocives que les liseuses au niveau écran. Plus le lien, désolé.

      2. c’est plus complexe que ça malheureusement. Tous les livres ne sont pas sans DRM, mais surtout de nombreux livres sont spécifiques à la plateforme et ne seront pas lisibles ailleurs.

        Comme partout : si tu fais attention à ce que tu achètes et que tu es prêt à quelques manipulations pour extraire ce qu’il faut quand il faut, tu peux jouer, mais c’est juste un effort quotidien (faible mais quotidien)

        Pour les études : aucun écran n’est nocif. Le reste c’est là aussi complexe, il faudrait un long billet pour en parler. Rien ne vaut une bonne expérience. J’en connais qui lisent très bien sur tablette pendant longtemps, d’autres pour qui comme moi la différence est indéniable en termes de confort.
        Je ne fais que donner mes recommandations basées sur mes ressentis personnels, je ne prétends rien d’autres.

  4. J’ai craqué pour une Kobo glo il y a quelques semaines, c’est ma première liseuse et j’en suis très content.

    Je ne connaissais pas la Cybook Odyssey Frontlight quand je l’ai achetée, donc je n’ai pas d’argument pour ou contre l’une ou l’autre. Par contre, par rapport au Kindle Paperwhite, il y avait l’argument « ouverture » (formats supportés, montage du kobo comme disque usb sous Linux, pas de suppression de compte à la va-vite).

  5. Bonjour, en études littéraires je vois ma bibliothèque se remplir de livres chaque année mais la place dans mon appartement elle ne grandit nullement. J’hésite à m’offrir pour mon anniversaire une liseuse numérique, mais j’ai peur de ne pas pouvoir prendre de notes comme je le fais aujourd’hui dans mes livres et aussi de ne pouvoir trouver certains livres assez rares et dont sont friants les professeurs de l’université. Pourriez vous me conseiller ? j’ai lu l’article ainsi que les commentaires mais heuuuu :$ je suis littéraire pas informaticienne et moi pas tout comprendre !!!

    A l’aide !!!!

    1. Les notes sont pour l’instant le point faible. Ajouter des marques pages est exceptionnellement simple. Surligner reste tout à fait faisable facilement.

      Faire deux annotations de quelques mots par ci par là, OK. Pour un réel usage d’annotation il faut avouer que les claviers tactiles des liseuses ont encore beaucoup de progrès à faire pour que ce soit facile. Les interfaces utilisateurs nécessiteraient aussi de vraies améliorations ergonomiques pour que ce soit une activité autre qu’anecdotique.

      Pour l’instant le salut est dans la tablette concernant les annotations (en choisissant bien votre application de lecture avec ce critère en tête). Ca changera, mais si c’est pour vous un usage principal, vous risqueriez de vous retrouver bridée.

      La liseuse c’est « lecture ». Ca le fait bien, très bien, et c’est exceptionnellement pratique pour ça, mais dès qu’on en sort ça devient très limité.

  6. Bonjour,

    J’étais jusque là assez sceptique sur l’utilité de prendre une liseuse. Et je crois toujours que ces avantages au niveau des romans et alii ne dépassent de loin pas les inconvénients, qui sont certes difficilement quantifiables et très personnels (le plaisir du geste de tourner une page en portant un livre n’a pour moi pas de prix), mais bien réels.

    Cependant, je lis souvent des articles scientifiques téléchargés en PDF sur des plateformes comme persée, revues.org pour les libres et JSTOR et PAO pour les payantes. Du coup, je me retrouve quand même à lire sur un écran, ce qui est fatigant et pas pratique pour les notes et le transport (elles sont stockées sur mon ordi portable, qui dépasse de loin les 800 grammes d’une tablette ;-) ). Je me demande donc si acheter une liseuse ne règlerait pas ces problèmes. Vous qui en utilisez, qu’en pensez-vous ? Puis-je lire des PDF téléchargés gratuitement ? Puis-je prendre des notes, par exemple avec un stylet pour celles qui sont tactiles ? Me le conseilleriez-vous ?

    Désolé si mes questions sont bêtes, je n’en ai jamais utilisé.

    Merci,
    Emmanuel

    1. Je ne peux pas vous donner des arguments sur le ressenti de tourner les pages. C’est simplement trop personnel. Je ne peux que vous inciter à essayer tout de même. Le ressenti à tendance à s’attacher à quelque chose de physique, donc à la page ou à la couverture, mais le plaisir vient en fait probablement de la lecture et non de la page.

      Pour les PDF, sauf s’ils sont générés volontairement à destination du format liseuse 6″, je vous déconseille celles dont je parle plus haut. Vous auriez à zoomer et naviguer dans un document trop grand qui ne se reformate pas à la bonne taille (ou pas correctement). Il existe quelques rares liseuses 10″ mais je ne suis même pas certain qu’elles se vendent en France. Tant que c’est du PDF (et pas du HTML ou de l’EPUB) vous risqueriez d’être déçu par une liseuse. La tablette 10″ ou le PC portable 13″ risquent d’être les seules vraiment bonnes solutions (pour l’instant)

      Côté annotation la plupart sont très basiques. La Sony est légèrement meilleures que les autres en ce qu’elle prévoit des annotations au stylet, graphiques. Je ne sais cependant pas trop quelle pérennité on peut leur donner, comment les extraire sans casser la liaison avec le texte.

      Pour l’instant les liseuses sont très cadrées « roman », et j’ai peur que votre usage ne soit pas encore correctement couvert.

      1. Merci beaucoup ! Oui, je suis conscient que le ressenti est personnel, c’est pour ça que je n’entre pas non plus dans un débat sur ce genre d’argument, et comme c’est, pour les tablettes « ouvertes », le seul argument que j’ai, je ne rentre pas dans le débat du tout.

        Bon, ben je continuerai à trimballer mon fidèle ordinateur portable et à sacrifier nos forêts pour pouvoir travailler ;-)

  7. Bonjour monsieur, et un grand merci pour le temps que vous prenez à donner toutes ces explications !
    Pourriez- vous me dire quelle liseuse vous nous recommanderiez dans les cas suivants, sachant que
    – nous sommes de gros lecteurs vivant à l’étranger, et fatigués de rapporter une fois par an des kg de livres par avion…
    – nous avons un iPad et le poids et la luminosité de l’appareil sont rédhibitoire pour une lecture journalière
    – je cherche une solution simple et rapide, je veux pouvoir lire le livre des l’achat

    Donc, quelle liseuse recommanderiez- vous
    – pour une jeune adolescente boulimique de lecture, qui aime relire ses livres, mais bien sûr aime aussi les nouveautés (et bien sur nous ne voudrions pas que ce soit trop cher, on parle d’une petite fille quand même…)
    – et pour un adulte lisant beaucoup également, surtout des nouveautés.

    Merci pour vos conseils !

    1. À l’étranger vous aller vous confronter à toutes les restrictions géographiques. Le problème n’est donc pas vraiment au niveau des solutions de lecture elles-mêmes.

      Je n’ai pas assez d’information pour prétendre vous conseiller un libraire étranger, que ce soit pour des livres français ou pour des livres étrangers.

      Côté liseuse les conseils sont toutefois globalement les mêmes partout. Vous aurez Amazon qui risque de vous enfermer, Kobo ou son équivalent, et des solutions de libraires tiers, voire des liseuses indépendantes.

      Vous trouverez d’ailleurs probablement des Cybook Odyssey Frontlight vers chez vous. Je ne peux simplement pas vous dire si vous pourrez acheter des livres en français avec.
      Si vous avez un doute, le mieux est peut être de choisir une bonne liseuse, et de planifier vos achats via des sites web (et non via la librairie embarquée). Ca fonctionne parfaitement avec toutes les liseuses (sauf la Kindle d’Amazon qui se montrera limitée en compatibilité).

      Pour les solutions j’ai tendance à proposer la même à vos deux cibles : une liseuse eink 6″ HD. C’est 130 € environ. Si c’est trop cher la Kobo mini peut être sympa, ce d’autant plus qu’elle n’est vraiment pas chère, mais j’ai peur qu’elle puisse être décevante et je m’en voudrais de risquer de détacher votre adolescente de la lecture numérique.
      J’ai tendance à déconseiller les liseuses eink « bas de gamme », qui vous feront gagner quelques euros mais au prix d’un confort potentiellement contestable.

  8. Bonjour

    Je suis dans un moment très délicat : le choix de la liseuse que je souhaite offrir à ma femme !
    En fonction des forums ou tests que l’on parcourt, le choix oscille facilement de l’un à l’autre des 3 « grands » modèles.
    L’ouverture de la Cybook FrontLight me ferait presque craquer … si je n’avais pas lu autant de commentaires négatifs sur le matériel (pb de prise usb fragile mais est-ce vrai … il n’y a que les gens qui se plaignent qui écrivent dans les forums en général) et le logiciel (changement de page parfois bloqué …)
    L’argument le plus fort pour moi est malgré tout le fait de ne pas se lier à un fournisseur de contenu en particulier …
    En fermant cette page, mon choix sera sans doute fait … jusqu’à ce que je parcours encore un peu le web et tombe sur un avis contraire :)

    1. La prise USB fragile c’était sur le premier modèle de la version sans Frontlight. C’est un non-problème depuis déjà un an. Le logiciel il faudrait que je sache mieux ce qui est reproché pour pouvoir répondre, mais globalement elle est de qualité similaire aux liseuses de Kobo et Kindle, autant sur le matériel que sur le logiciel. Seule l’ergonomie est vraiment différente entre les trois.

      1. Bonjour … quelle réponse rapide ! Merci.

        Les problèmes de logiciel étaient liés à la fonction qui permet de tourner les pages qui parfois se bloquait ou, d’un coup, faisait tourner plusieurs pages. Mais on dirait qu’il y a régulièrement des mises à jour du firmware afin de corriger les bugs et proposer des nouveautés !

        Autre question pour laquelle je n’ai pas trouvé de réponse claire : un dictionnaire permettant d’obtenir la définition et/ou la traduction de l’anglais ou de l’allemand sont-ils disponibles sur la Frontlight ? Ce n’est pas installé par défaut si j’ai bien lu mais il serait possible d’en installer plus tard.

      2. Pour les dictionnaire les liseuses sont encore vendues avec uniquement un (bon) dictionnaire français. Par contre il est assez simple d’intégrer un dictionnaire anglais, ou un dictionnaire de traduction anglais-français (ou allemand, ou …)

        Les liens sur http://bookeen.com/blogfr/dictionnaires-c-est-parti/ fonctionnent toujours, mais le format étant standard, il devrait être possible de trouver aussi un dictionnaire allemand au même format.

      3. Achetée !
        Il ne reste plus qu’à la mettre en route avant de l’offrir … j’espère que le cadeau plaira !
        Merci pour les renseignements trouvés ici et pour les réponses rapides à mes questions.

  9. Bonjour
    J’aimerai acquérir une liseuse, et je parcours les sites de comparatifs. J’ai éliminé le choix « tablette », dont les fonctionnalités ne m’intéressent pas (double emploi avec mon mini pc 10 p), je veux donc un liseuse , pour la fonction lecture, et je suis attirée par la KOBO GLO. Ce qui me fait hésiter, c’est la couleur, car je souhaite également pouvoir lire des BD (même si cela n’équivaudra jamais au rendu d’un PC… )
    Je viens de lire tous vos commentaires et conseils, qui me donnent déjà un très bon « éclairage » sur la matière.. . Me conseilleriez vous d’attendre les prochaines « sorties » de liseuses à écran couleur? les fnac et autres vont ils se lancer enfin? je suis persuadée ne pas être la seule a attendre!!! tout le monde n’est pas fan de « tablette »: le poids et l’autonomie sont un vrai écueil . Merci par avance de votre réponse

    1. Dans l’électronique vous pouvez toujours attendre 6 mois pour une prochaine génération, mais ça n’aura pas de fin.

      ici toutefois, je n’ai aucun élément me permettant d’affirmer qu’il y aura de l’e-ink couleur de qualité avant la fin de l’année, et encore moins que les offres des éditeurs de BD permettront d’en profiter.

      J’ai plutôt tendance à vous inciter à suivre votre besoin d’aujourd’hui pour la lecture, et de vous laisser y repenser dans un an pour la BD si jamais ça devient pertinent. (ou alors de prendre dès aujourd’hui une tablette).

      Bon, par contre je préfère vous voir prendre une Odyssey Frontlight chez un de mes clients plutôt qu’une Kobo Glow ;)

  10. Bonjour,

    Merci pour cet article fort intéressant. Je vois que tout le monde vous demande conseil, alors je vais faire de même.

    J’ai depuis quelques mois une grande envie de me procurer une liseuse, essentiellement pour des raisons de confort, parce que j’ai toujours un ou deux bouquins de poche dans les poches et c’est assez encombrant (et inélégant). J’ai également envie de pouvoir transporter mes bouquins de cours dans un format plus réduit, et moins coûteux de surcroit.

    Du coup, n’ayant aucun « gadget moderne » (à part mon ordinateur), je ne sais pas trop vers où porter mon choix. Les critiques que je lis sur internet parlent de rémanence, de problèmes d’accès internet (mais je n’ai pas besoin d’un livre qui se connecte à internet ! J’ai un ordinateur pour ça !), de DRM, de trucs et de machins qui m’inquiètent un peu.

    Du coup, compte tenu de mon besoin principal (avoir plusieurs bouquins de poche en un seul, et dans un format raisonnable), et du fait que les options internet/musique/réseaux sociaux me semblent relever davantage du gadget que du réel intérêt, sans oublier le fait que je n’ai pas envie de dépendre d’une boutique en ligne, est-ce que la Cybook est VRAIMENT un bon choix, ou bien y a-t-il des liseuses moins populaires/plus anciennes (et moins chères) qui font ça très bien ?

    1. * Les 3 liseuses courantes (cybook, kobo, kindle) sont des bons choix techniquement.
      * Les 3 ont un problème lié aux DRM (ce problème prend sa source chez les éditeurs, donc tout le monde le partage) même s’il est exacerbé dans le cas du Kindle.
      * Les 3 vont proposer un accès wifi et pour acheter et pour activer les DRM même si Kobo et Cybook permettent techniquement de passer uniquement par le PC si vous le souhaitez (une fois passée l’activation initiale).
      * Les 3 ont de la rémanence, c’est lié à l’écran à encre électronique et à ses spécificités (mais ça ne dérange pas à l’usage), écrans qui sont les mêmes pour les 3 liseuses
      * Les 3 restent des objets « techniques », ceci dit même si je ne les donnerai pas à ma grand-mère, ils sont accessibles même aux gens peu technophiles (contrairement à un micro-ordinateur)

      Bref, la réponse à votre commentaire implique plus de savoir si vous collez aux liseuses ou si c’est encore trop tôt pour vous (pas techniquement, mais parce que les craintes rejaillissent sur le plaisir d’usage, parfois attendre de ne pas les avoir permet de profiter réellement), mais ça n’influe pas vraiment sur le choix de la liseuse elle-même.

      Ah si : si vous ne voulez pas dépendre d’une boutique en ligne, évitez Kindle. Voilà au moins un choix de fait.

      1. Merci pour cette prompte réponse !

        Je suis développeuse, je n’ai pas peur de la technologie ;) Je n’ai juste pas les moyens de m’acheter tous ces gadgets hors de prix (sur lesquels je suis sensée savoir programmer *tousse*), et j’avoue être également assez rétrograde dès qu’on me dit que quelque chose nécessite une connexion à internet pour fonctionner.

        Les liseuses m’intéressent beaucoup en ce moment, des proches et collègues ne cessant de m’en vanter les mérites – ils le font aussi pour les tablettes et smartphones cela dit – et me semble plus « utile » (dans le sens rentable compte tenu de mes habitudes personnelles) qu’une tablette ou un smartphone.

        La question est de savoir si une activation « par wifi » est vitale au fonctionnement de ces liseuses ou s’il reste possible de se contenter d’un fonctionnement de base et de simplement acheter les livres directement sur internet, puis les transférer sur la liseuse ? Vous venez de préciser que c’était possible, « mais une fois passée l’activation initiale ». C’est à dire ? Par exemple si j’achète un des ebooks du site du Zéro pour pouvoir le consulter plus facilement… ?

      2. Pour la Cybook une activation par WIFI est nécessaire pour faire fonctionner le système de DRM. Si vous n’utilisez pas de livres avec DRM, ça devrait fonctionner sans.

        Pour les ebooks du site du zéro, il faudrait regarder. Si ce sont des livres techniques, parfois les graphiques ou illustrations sont plus faits pour des tablettes que des liseuses. Ces objets sont par nature plus faits pour de la littérature que du livre technique (mais tout dépend comment est rédigé le livre technique).

        Si vos collègues vous en vantent les mérites, pourquoi ne pas en emprunter une une semaine pour vous faire une idée ? Ce sera certainement la meilleure méthode pour juger.

  11. J’ai une Cybook Odyssey sur laquelle j’ai téléchargé un livre. Est-il possible via l’ordinateur de le mettre sur une autre liseuse ? Si oui comment fait-on ?
    Il semble que l’ordinateur ne puisse accepter 2 identifiants adobe. Mais je ne suis vraiment pas spécialiste.
    Merci de votre réponse/aide.

    1. Il suffit de brancher la liseuse sur l’ordinateur. Elle est reconnue comme une clef USB et le livre y est quelque part (il faut chercher « PDF » ou EPUB »).

      Sinon je vous conseille de télécharger le logiciel « Calibre » qui peut bien faciliter cette tâche. Si c’est un livre sous DRM, il faudra que tous vos outils de lecture aient le même identifiant Adobe (ce n’est pas spécifique à la Cybook comme contrainte, c’est lié au DRM)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par OVH SAS, joignable par téléphone au +33 (0)9 72 10 10 07 et dont le siège social est au 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France.