Ce soir je porte le deuil

Non, personne n’est mort, ou plutôt si mais pas dans mes proches.

En bon privi­lé­gié, j’ai le loisir de me préoc­cu­per de choses qui semblent plus imma­té­rielles. Cela dit ça risque de ne pas être imma­té­riel si long­temps. Les consé­quences de tout ça sont tout ce qu’il y a de plus concret.

Aujourd’­hui la Hongrie vient de démis­sion­ner de la démo­cra­tie.

Ce soir la France vient d’aban­don­ner l’idée même de poli­tique publique budgé­taire et y préfé­rer l’ar­bi­traire indi­vi­duel de la charité.

Je crois que si nous ne profi­tons pas de tout ça pour recons­truire « autre chose » nous-même, on court au désastre. La direc­tion n’était pas déjà bonne, mais là on vient en plus de se mettre en courir en se bandant les yeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *