Budget de l’Edu­ca­tion natio­nale


Parce qu’il est facile de rabâ­cher les mêmes intox sur nos dépenses publiques. Nous consa­crons peu à l’édu­ca­tion, moins que la plupart des pays, y compris ceux chez qui l’édu­ca­tion privée (donc non comp­ta­bi­li­sée ici) est plus impor­tante que chez nous.

Facile de se moquer du recru­te­ment de fonc­tion­naires à l’édu­ca­tion natio­nale mais quand on regarde les chif­fres…

La France avait, en 2011, le taux d’en­ca­dre­ment scolaire le plus faible de l’OCDE – même si elle a progressé depuis. Selon le dernier rapport de l’OCDE, sorti en 2014, en ce qui concerne le secon­daire, la France n’est plus dernière mais désor­mais pile dans la moyenne de l’OCDE, soit treize élèves par ensei­gnant.

Mais surtout, nous inves­tis­sons au mauvais endroit :

Plus en détail, la France inves­tit surtout dans le secon­daire. En termes d’argent public consa­cré aux collèges et lycées, elle est septième en Europe. Mais pour ce qui est du primaire et de l’en­sei­gne­ment supé­rieur, la France est en dessous de la moyenne euro­péenne, aux alen­tours de la 20e place dans les deux cas.

Quand juste­ment on se plaint du niveau des élèves à l’en­trée au collè­ge… peut-être faudrait-il se poser des ques­tions et juste­ment augmen­ter les moyens humains.

— Plus sur l’ar­ticle Desin­tox de Libé­ra­tion.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.