Bref, je suis inquiet

Je vois notre sphère poli­tique crier victoire et prépa­rer le relâ­che­ment de toutes les mesures en un à deux mois. Ça y est, nous aurions gagné contre le virus.

Nous n’avons pour­tant que 28 % de la popu­la­tion avec au moins une dose de vaccin. Même si ça augmente vite, c’est trop peu pour espé­rer conte­nir le virus sans mesure restric­tive. À aller trop vite alors qu’on est encore à des inci­dences hautes, on prend évidem­ment un risque de flam­bée.

Ce qui m’inquiète n’est même pas ça.

De quelle propor­tion de vacci­nés avons-nous besoin pour que la diffu­sion du virus soit limi­tée ? Avec la conta­gio­sité natu­relle du virus, il semble que ce soit « beau­coup ».

https://twit­ter.com/DrEricDing/status/1393090966928637952

Avec la souche histo­rique, il nous fallait près de 70% de la popu­la­tion vacci­née avec un vaccin Pfizer effi­cace à 95% pour conte­nir la diffu­sion. Les fameux gestes barrières vont j’es­père partiel­le­ment passer dans les habi­tudes et nous aider à réduire plus vite. C’est tout à fait jouable.

Mais…

Tous les vaccins qu’on utilise n’ont pas une effi­ca­cité à 95%. L’As­traZe­neca est à 70%. C’est en soi beau­coup mais ça fait forcé­ment bais­ser l’ef­fi­ca­cité moyenne, et poten­tiel­le­ment nous faire perdre l’ef­fi­ca­cité collec­tive.

Plus gênant, cette effi­ca­cité annon­cée est celle vis à vis des formes graves de la mala­die. On a de très bonnes raisons de penser que ça limite aussi la trans­mis­sion au moins dans le cas du Pfizer. Limite, mais pas forcé­ment à 95% non plus. Bref, là aussi on est dans la mouise.

Et là viennent les variants…

On parle de conta­gio­sité plus élevée, et d’ef­fi­ca­cité des vaccins forte­ment réduite. Mettons 70% dans le cas du Pfizer, bien pire dans le cas de l’As­tra­ze­neca. Autant dire que même en vacci­nant 100% de la popu­la­tion au Pfizer, on l’a dans l’os.

Quand peut-on espé­rer une évolu­tion des vaccins ARNm ? Je ne sais pas. Ils ne sont pas là, encore moins produits et injec­tés. Autant dire qu’on va avoir un sujet au moins jusqu’à la fin de l’an­née. Et si les mauvais variants se diffusent d’ici là, on est reparti pour rejouer 2020.

Bref, je suis inquiet.


Mais faites-vous vacci­ner, parce que même si ça n’offre pas la solu­tion ultime à long terme, ne pas le faire est indé­nia­ble­ment pire. Peu importe le vaccin, si vous êtes dans les classes d’âge où il est recom­mandé alors la balance béné­fice/risque est bonne et vous serez mieux avec que sans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *