Astuces marke­ting de l’an­née


Mais si vous n’ache­tez pas immé­dia­te­ment, et que vous rées­sayez un peu plus tard, l’opé­ra­teur a gardé en mémoire que vous aviez mani­festé un inté­rêt pour ce trajet, et il vous propose alors un prix un peu supé­rieur « p+e », ceci afin de susci­ter l’achat immé­dia­te­ment en vous lais­sant penser que le nombre de places dimi­nue et que le prix augmente.

[…]

Les achats de billets entre 9 h et 11 h sont typique­ment les achats réali­sés par les secré­ta­riats/services géné­raux des entre­prises au profit de leurs colla­bo­ra­teurs. D’où une tari­fi­ca­tion plus élevée, l’achat profes­sion­nel étant moins sensible au prix que l’achat parti­cu­lier.

[…]

Les algo­rithmes incluent aussi des modules de « rappro­che­ment passa­gers ». […] vous êtes très très très certai­ne­ment prêt à débour­ser + 1 %, + 5 % voire + 10 % pour être dans le même appa­reil que vos proches […]. Le système vise donc à vous faire payer cet extra qu’on appelle le premium.

Commer­cia­le­ment c’est génial, mais jusqu’à quel point est-ce accep­table ?


2 réponses à “Astuces marke­ting de l’an­née”

  1. C’est la loi de l’offre et de la demande. Si on ne trouve pas ça acceptable, c’est l’intégralité de notre système économique (voire celui du monde entier) qu’il faut revoir (et c’est sans doute le cas).

    • Oui et non, c’est l’individualisation des prix, ce qui n’est pas forcément autorisé partout et pour tout. Il y a des règlementations côté B2C physique par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.