Apoli­tique


Je me crispe à chaque lecture du terme apoli­tique.

Je ne connais rien d’apo­li­tique. Tout ce qu’on fait, ce qu’on dit, ce qu’on mange, ce qu’on achète, a un impact poli­tique indi­vi­duel ou collec­tif. C’est d’ailleurs aussi vrai de ce qu’on choi­sit de ne pas faire ou de ne pas dire.

Prendre conscience de son impact c’est vider de sens ce terme d’apoli­tique. Au mieux on peut être non-mili­tant, éven­tuel­le­ment apar­ti­san. La diffé­rence est majeure.

De ceux qui se disent apoli­tiques, je vois deux caté­go­ries.

Les premiers veulent simple­ment igno­rer l’im­pact poli­tique de ce qu’ils font. Ils ne consi­dèrent que ce qui les touche direc­te­ment et person­nel­le­ment. Le bon terme n’est pas apoli­tique mais égocen­trique.

Les seconds ne veulent juste pas entendre parler des chan­ge­ments ou des débats autours de ces chan­ge­ments. Il s’agit juste d’une façon de défendre le statu quo, et en cela c’est un vrai mili­tan­tisme poli­tique. Refu­ser le chan­ge­ment et le débat est un acte mili­tant extrê­me­ment fort.

Souvent c’est un mélange des deux, à des degrés divers. On a plus de faci­lité à igno­rer l’as­pect poli­tique quand on vit bien dans le contexte actuel et qu’on n’as­pire pas à autre chose. On a plus de faci­lité à vouloir reje­ter tout chan­ge­ment au béné­fice de tiers quand on ne se préoc­cupe que de soi.


Une réponse à “Apoli­tique”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.