Alain Juppé – Ses vingts propositions clés

Parce qu’en ne parlant pas, on peut parfois apparaitre comme l’homme de la situation… jusqu’à ce qu’on expose son programme. Attention, A. Juppé est loin d’être le modéré réfléchi qu’on croit.

De l’inutile, du contre-productif, du pré-existant.

Le 3 est juste idiot considérant que ces aménagements ont un taux de récidive bien inférieur à la prison – quand ils sont exécutés – et qu’on n’a pas la place dans les prisons pour les exécuter de toutes façons. Même avec la proposition 5 de construire 10 000 places de plus on est déjà loin des besoins actuels.

Je passe sur la proposition 4 qui est purement idéologique et dont il a été montré qu’elle ne servait à rien à part flatter l’image « ferme » des politiques qui la soutiennent.

La 6 est sympathique. On créé donc une division spécialisée en plus au lieu d’avoir une police judiciaire polyvalente comme actuellement. Non seulement ça n’aide pas à l’optimisation des ressources mais il va falloir expliquer comment ça cadre avec l’idée de simplification de la première proposition. D’autant qu’il va falloir y affecter des gens, forcément pris sur les divisions existantes (ou sur les 4 500 de la première proposition). Sur la 6 comme la 1, on ne décharge pas la police, on dédie des gens à des tâches spécifiques, renforçant l’administratif du « toi tu es affecté à ça et uniquement à ça ». Au final le travail reste à la charge de policiers ou des personnels affectés à la police.

Le 7 relève totalement de l’exécutif, c’est assez bien méconnaitre la séparation des pouvoirs (ou faire semblant de l’oublier, parce que Alain Juppé sait très bien comment ça fonctionne). Purement populiste donc.

La 8 est une ignominie pour les droits de l’Homme. Conditionner la vie de famille à un emploi permanent. On ajoute à ça la jolie légende des étrangers qui ne font que profiter des aides sociales. Donc Mme A réfugiée politique ne pourra pas faire venir son conjoint et ses enfants, qui devront rester dans le pays d’origine, suivant qu’elle a ou pas un emploi. Quand la gauche de plaint de ne pas avoir de valeurs, la droite ne semble plus s’en émouvoir.

Le 9 on s’est déjà fait condamner pour ça par la Cour européenne des droits de l’Homme. Comme si on n’avait pas déjà assez de boulets au pieds sur ce sujet.

La liste prévue au 10 existe déjà, et ça fonctionne tellement bien qu’y figurent des dictatures et des pays en guerre. C’est dire combien l’idée est géniale. Proposer à l’État de définir officiellement une liste des pays sûrs, c’est y mêler la diplomatie et les intérêts politiques ou économiques internationaux. Si on y vend des Rafales, les réfugiés n’en sont pas acceptés. Magnifique, non ?

Je reformule la 11 : un enfant né en France ayant toujours vécu uniquement en France et totalement intégré pourra se voir refuser sa nationalité, non pas suivant ce qu’il fait ou qui il est lui, mais comme peine annexe de ce que ses parents ont pu vivre ou non. Condamner les enfants pour toucher les parents. Ça fait toujours envie ?

Reformulons aussi la 12 : Vous avez un problème, il faudra attendre d’en être au point d’appeler le SAMU pour avoir droit aux soins. Outre l’ignominie d’une telle mesure, il est connu que de telles politiques coûtent au final bien plus cher que le remboursement des soins en temps et en heure. Là aussi, le seul bénéfice c’est flatter l’idéologie xénophobe qui croit que les étrangers ne sont que des gouffres à fric.

Pour le 13 j’aimerai qu’on me pointe en quoi c’est contraire à la laïcité. Je rappelle que les lois concernées font au contraire porter une obligation pour l’État de permettre à chacun de vivre sa religion (oui, en public aussi). Bref, exactement le contraire de ce qui est proposé.

Puisqu’on en parle, au 14 il s’agit bien de permettre à l’État d’influencer ou de donner des règles sur qui est nommé au niveau religieux ? S’il y a une atteinte à la laïcité c’est bien celle là. C’est de plus totalement méconnaitre – ou faire semblant de méconnaitre – le fonctionnement des imams musulmans, qui ne sont pas hiérarchisés dans un clergé comme les catholiques, et qui rend cette idée totalement hors sujet.

Le 17 est juste idiot. Non seulement on mélange celui qu’on surveille pour savoir ce qu’on doit en penser et celui qui est un risque avéré, mai en plus on tue immédiatement l’objet de la fiche S en avertissant ainsi les concernés.

Faut-il encore débattre du 18 et rappeler qu’abaisser les conditions de vie des familles suffisamment en difficulté pour ne plus tenir leurs enfants ne va certainement pas aider à reprendre la bonne route ? que c’est même un peu le contraire en fait. Hors cela, on pénalise les pauvres qui ont ces aides et pas les riches qui n’en profitent pas. Qu’on m’explique. Si on veut mettre des amendes, faisons des amendes, au moins ça sera clair.

Le 19 est encore pur populiste, les policiers n’ont jamais perdu leur légitime défense. On peut même considérer que dans les faits on leur accorde plus facilement le bénéfice du doute vu le nombre de policiers condamnés pour coups et blessures en France…

Le 20 a la prime du ridicule. On fait quoi s’ils n’ont pas 100 euros sur eux ? (non parce qu’à part les ministres, tous ne se promènent pas avec 100 euros). Surtout si on parle de mineurs. L’idée même que la consommation de cannabis soit un problème spécifique des mineurs (puisqu’on parle d’information à la famille) montre qu’on est encore une fois dans les légendes urbaines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par OVH SAS, joignable par téléphone au +33 (0)9 72 10 10 07 et dont le siège social est au 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France.