Catégories
Droit d'auteur Livre PHP Vie personnelle

« PHP 5 avancé » en chiffres

Je vois les auteurs racon­ter leur histoire, leurs rému­né­ra­tions. Je n’ai pas trop envie de m’y mélan­ger vu que je n’ai jamais été auteur profes­sion­nel ni n’ai jamais cher­ché à l’être. Mes enjeux d’au­teur du dimanche sont bien diffé­rents. Ajou­tez y que j’ai écrit dans à propos de tech­nique infor­ma­tique, très loin des auteurs de romans et de bande dessi­née.

Pour autant, c’est aussi l’oc­ca­sion parce que je ne crois pas avoir déjà fait un tel bilan. Peut-être que ça inté­res­sera certain d’entre vous. Dites-moi s’il y a des ques­tions auxquelles je ne réponds pas.

Atten­tion, ce n’est repré­sen­ta­tif de rien d’autre que de mon cas person­nel. J’ai même tendance à penser que mon histoire entre dans l’ex­cep­tion à plus d’un titre. Le fait qu’il y ait des gros chiffres dans la suite ne doit certai­ne­ment pas vous amener à penser que les auteurs roulent habi­tuel­le­ment sur l’or.

Six éditions et quatre colla­bo­ra­teurs

Travail à quatre mains avec Cyril Pierre de Geyer. Le premier chapitre a été fait en février 2003 pour une publi­ca­tion de 700 pages en juin 2004.

PHP a pas mal évolué et le livre serait rapi­de­ment devenu obso­lète. Nous avons du mettre à jour le livre régu­liè­re­ment. Il y a eu une édition par an jusqu’en 2008 puis une sixième de 870 pages en 2012.

La troi­sième édition a été reti­rée sur un format « best-of » en 2007, en paral­lèle de la vente de la quatrième dans son format d’ori­gine. J’avoue que ça me semble toujours étrange, d’au­tant que si nous en avons fait une quatrième édition plutôt qu’un reti­rage c’est que l’évo­lu­tion de PHP rendait l’an­cienne version moins perti­nente.

Nous avons été épaulé par Hugo Hamon pour les relec­tures et l’in­dexa­tion de la cinquième édition. La sixième édition a été parta­gée avec un troi­sième auteur, Frédé­ric Hardy. Il est en petit sur la couver­ture, je le regrette aujourd’­hui.

Les tirages et les ventes

Le premier tirage était prévu à 3000 exem­plaires. Vus les chiffres de vente je suppose qu’il en a plutôt été tiré 3200 (ou alors on a vendu des livres qui n’exis­taient pas). Les chiffres des éditions suivantes ne tombant même pas proches de multiples de 250, j’ima­gine qu’on en imprime toujours un peu plus au cas où et que le chiffre final n’est pas tota­le­ment maitri­sable.

La seconde édition a été tirée à envi­ron 3700 exem­plaires, la troi­sième et la quatrième ont toutes les deux fait entre 3200 et 3300 exem­plaires, plus envi­ron 4000 exem­plaires pour la best-off. La cinquième a béné­fi­cié de deux tirages, proba­ble­ment respec­ti­ve­ment 3400 et 2000 exem­plaires. La dernière a été tirée à quelque chose comme 3800 exem­plaires, proba­ble­ment en deux fois.

Au total j’ai quelque chose comme 26 500 ventes sur les 12 ans de vie du livre.

Le travail d’écri­ture

Diffi­cile d’es­ti­mer le temps passé en écri­ture tant il était très frac­tionné, d’au­tant que ce n’était pas mon acti­vité prin­ci­pale. Sur les 16 mois de travail de l’édi­tion initiale, j’ai quand même du y passer une bonne majo­rité des soirs et week-end, et quelques mois quasi­ment à temps plein. À cela il faut bien entendu ajou­ter le travail de mon co-éditeur.

Chose éton­nante pour moi, nous n’avons pas utilisé de logi­ciel ou de format de fichier spéci­fique à l’édi­tion, juste du Micro­soft Word avec une feuille de styles interne : un fichier par version et par chapitre nommé d’après l’au­teur a avoir créé la version, le tout dans un FTP.

Les autres éditions ont été un effort variable, plus fort pour les premières que pour les dernières. On parle quand même géné­ra­le­ment de plusieurs mois pendant des soirs et des week-ends.

Je n’ai aucune idée du travail total en équi­valent temps plein 35h sala­rié. Si je devais donner un chiffre je dirais proba­ble­ment un an équi­valent temps plein sala­rié, mais en réalité ça peut faci­le­ment être la moitié moins ou moitié plus.

Malgré la moti­va­tion des premiers temps, faire ça en paral­lèle d’un job très prenant n’est pas aisé, surtout au moment des relec­tures. La colla­bo­ra­tion entre auteurs n’a pas toujours été évidente non plus. Ça parait évident après coup mais écrire à deux quand on ne se connait pas vrai­ment et qu’on ne se voit jamais en face à face, c’est forcé­ment un peu diffi­cile.

La rému­né­ra­tion

La rému­né­ra­tion est de 10% du hors taxe pour les ventes françaises grand format (4% sur les ventes à l’étran­ger, 5% sur le format poche — l’édi­teur a souhaité en sortir un une année, nous avons refusé), à parta­ger entre les auteurs initiaux, sans aucune avance, sur des livres qui ont varié de 35 à 45 € pour la collec­tion prin­ci­pale, 25 € pour le best-of.

Même en allant cher­cher dans les archives, je suis encore aujourd’­hui inca­pable de dire combien j’ai gagné que ce soit en net ou en brut. J’ai des comptes de vente, des détails de coti­sa­tions, des avis de paie­ment et des résu­més de sommes à décla­rer au fisc. Rien ne se recoupe vrai­ment, quand je n’ai pas deux docu­ments d’un même type tota­le­ment diffé­rents pour une même année.

Disons que la somme encais­sée avant impôts sur le revenu doit être entre 40 et 47 000 euros nets depuis le premier verse­ment en 2005. Précis hein ?

Ramené à un an de travail c’est effec­ti­ve­ment très bien payé, surtout par rapport à ce que je lis à propos de auteurs en litté­ra­ture, en jeunesse ou en bande dessi­née. Même dans la four­chette haute, en comp­tant deux ans de travail en équi­valent temps plein, ça reste bien au dessus du SMIC. Cela dit il était loin d’être dit que ça rému­nè­re­rait autant, et ce que ça m’a apporté a large­ment dépassé le finan­cier. Je ne pensais pas à l’argent. Je ne m’étais en fait même pas fait de prévi­sion quand j’ai dit oui, et je n’au­rais pas su dire si je m’at­ten­dais à 1 000 ou 10 000 euros.

Cette somme est après paie­ment de la TVA, de la CSG et CRDS, ainsi que d’une coti­sa­tion de 1% à l’Agessa. Tout ça est prelevé pour moi en amont par l’édi­teur. Pas de retraite, pas de prévoyance, et avec dans les 4000€ par an en moyenne je n’au­rais proba­ble­ment eu aucune couver­ture sociale si je n’avais pas eu un emploi sala­rié en paral­lèle.

Pour l’im­pôt sur le revenu je déclare ce que l’édi­teur me dit en trai­te­ments et salaires. C’est peut-être idiot ou anor­mal, je n’ai jamais su (on m’a donné des réponses diffé­rentes à chaque fois que je deman­dais ce que devait faire un auteur de loisir) mais du coup c’est imposé sur le barème progres­sif.

Autant Hugo (en relec­teur) que Frédé­ric (en co-auteur sur la dernière mise à jour) ont été rému­né­rés sur une base fixe, payée par l’édi­teur en plus de nos droits d’au­teur.

L’édi­teur

J’en­tends beau­coup de choses sur les éditeurs. Person­nel­le­ment moi j’ai plutôt eu une très bonne expé­rience d’Ey­rolles. Muriel, tu as été vrai­ment super, Karine aussi, et j’ou­blie certai­ne­ment des gens. Je n’ai eu à me plaindre de personne, au contraire.

Si je devais repro­cher quelque chose, c’est le refus total de consi­dé­rer une durée limi­tée pour la version numé­rique du livre. Je crains cepen­dant qu’il en soit de même pour l’es­sen­tiel des éditeurs et mon co-auteur a de toutes façons refusé toute vente numé­rique par peur du pira­tage (qui a tout de même eu lieu, visi­ble­ment par des fuites des PDF internes desti­nés à l’im­pri­meur, avec les marques de découpe). Oh si, si je devais pinailler, il y a briè­ve­ment eu une mise en vente de la quatrième édition sous forme numé­rique malgré le refus expli­cite au contrat, mais ils y ont mis un terme quand on l’a fait remarquer.

Je ne m’éten­drai pas sur ce point mais on a même eu une diffi­culté de répar­ti­tion des droits entre co-auteurs à un moment. Non seule­ment l’édi­teur a aidé à sa réso­lu­tion mais il a aussi pris le diffé­ren­tiel à sa charge pour solder le passé. Ok, vu les ventes ils pouvaient se le permettre, mais rien ne les y obli­geait non plus.

PHP 7 avancé

Aujoud’­hui PHP 5 avancé n’existe plus. Il y a eu réécri­ture partielle pour construire PHP 7 avancé mais consi­dé­rant les diffi­cul­tés de colla­bo­ra­tion, on a décidé de ne pas forcé­ment le refaire ensemble. Je suis toujours sur la couver­ture en grisé mais j’ai passé la main aux excel­lents Pascal Martin et Julien Pauli, au moins pour les deux premières éditions (la seconde arrive parait-il sous peu).

Catégories
PHP

Compo­ser paral­lel install plugin

Bench­mark Example
288s -> 26s

hirak/pres­tis­simo, compo­ser paral­lel install plugin

Non testé, mais je me dis qu’il y a peu de chances que ça fasse du mal

Catégories
Entreprise PHP Vie professionnelle

Le baro­mètre des salaires 2015 dévoile ses résul­tats

Rien de très éton­nant ni nouveau mais tout de même inté­res­sant :

  • une année d’ex­pé­rience corres­pond en moyenne à 3 à 5% de salaire en plus
  • la rému­né­ra­tion variable conti­nue d’être assez rare dans nos métiers
  • on recrute hommes et femmes globa­le­ment au même salaire mais les augmen­ta­tions ne suivent pas le même rythme, pour arri­ver à 20% de diffé­rence dans la dernière tranche d’ex­pé­rience
  • les rému­né­ra­tions en Île de France sont 20% plus hautes que dans le reste de la France.

Je comprends tout à fait l’ori­gine de cette dernière donnée mais sa perti­nence m’in­ter­roge.

Pourquoi l’en­tre­prise dépen­se­rait plus pour des infor­ma­ti­ciens sur Paris plutôt qu’en région alors qu’ils vont produire la même chose ? Ou vu de l’autre côté, pourquoi paie­rait-on moins un infor­ma­ti­cien hors Île de France alors qu’en plus les locaux et l’en­ca­dre­ment y coûtent moins cher  pour l’en­tre­prise ?

Si on consi­dère que c’est unique­ment l’en­tre­prise qui est légi­time à payer le moins possible, pourquoi donc est-ce qu’on conti­nue à tout concen­trer sur Paris ? Je ne vois pas la logique dans tout cela.

Des entre­prises qui viennent de Paris et qui décident de migrer en région sans en chan­ger les salaires risquent d’avoir un avan­tage compé­ti­tif signi­fi­ca­tif tout en descen­dant leurs coûts (pas sur le salaire, mais sur les locaux, les négo­cia­tions annuelles, les coûts de recru­te­ments…)

Atten­tion quand vous faites des filtres assez sélec­tifs, la base de réponses reste assez limi­tée.

Catégories
PHP

Deploying PHP 7

Il y a de tout et de rien dans cette présen­ta­tion de Rasmus à Paris, mais je reste impres­sionné par le gain en perfor­mance annoncé partout pour PHP 7. Si on en obtient même la moitié de ça, ça reste une révo­lu­tion pour PHP.

On parle de +30% de requêtes trai­tées dans le même temps au mini­mum, souvent +50% et plus, le tout en utili­sant moins de mémoire.

J’ai envie de mettre des graphiques mais on va me dire qu’il ne sont pas repré­sen­ta­tifs, alors faites les vôtres.

 

Catégories
PHP

Phan – Static analy­zer for PHP

  • Checks for calls and instan­tia­tions of unde­cla­red func­tions, methods, closures and classes
  • Checks types of all argu­ments and return values to/from func­tions, closures and methods
  • Supports @param, @return, @var and @deprecated phpdoc comments inclu­ding union and void/null types
  • Checks for Uniform Variable Syntax PHP 5 -> PHP 7 BC breaks
  • Unde­fi­ned variable tracking
  • Supports names­paces, traits and varia­dics
  • Gene­rics (from phpdoc hints – int[], string[], UserObject[], etc.)
  • Expe­ri­men­tal dead code detec­tion

Je me rappelle les bidouilles sur PHP_Code_Snif­fer à SQLi à partir du toke­ni­zer, et les essais d’ana­lyse statique de Pascal sur les montées en version de PHP à TEA.

Phan semble un vrai outil, basé sur un AST natif au langage. Je suis certain qu’on n’en est qu’au début des possi­bi­li­tés offertes par l’AST de PHP 7. Rien que l’aide à la migra­tion ne va pas être inutile.

J’ai un peu peur qu’on entre dans le monde Java, d’au­tant plus que les type hints sont main­te­nant la norme et que le langage se complexi­fie, mais pas mal de portes s’ouvrent en ce moment pour PHP, et c’est sacré­ment cool.

Catégories
PHP

Fluent inter­face are evil

  1. Fluent Inter­faces break Encap­su­la­tion
  2. Fluent Inter­faces break Deco­ra­tors (and some­times Compo­si­tion)
  3. Fluent Inter­faces are harder to Mock
  4. Fluent Inter­faces make diffs harder to read
  5. Fluent Inter­faces are less readable (perso­nal feeling)
  6. Fluent Inter­faces cause BC breaks during early deve­lop­ment stages

Fluent Inter­face are Evil

J’ai parfois l’im­pres­sion d’être dans les dino quand je me bats contre cette mode alors je suis heureux de voir ne pas être le seul.

Ce type d’écri­ture est juste magique pour créer des filtres succes­sifs, essen­tiel­le­ment dans les objets de construc­tion (buil­der).

Pour tout le reste, c’est juste un faux raccourci d’écri­ture. On casse beau­coup de choses pour gagner quelques carac­tères. Le plus souvent on ne les gagne pas vrai­ment puisqu’il faut bien penser à faire le return $this/self dans la méthode appe­lée et à gérer correc­te­ment l’in­den­ta­tion dans la méthode appe­lante.

 

Catégories
PHP

Extre­mely Defen­sive PHP

Comment faire un code qui évite les mauvaises pratiques et reste main­te­nable en élimi­nant les risques ? La présen­ta­tion de Marco Pivetta est à regar­der.

Il y a pas mal d’idées. Tout n’est pas forcé­ment à reprendre tel quel à mon avis, mais ça permet au moins d’y penser.

Catégories
PHP

Approa­ching coding style ratio­nally

[…] in most cases, there is no need to have Interface in the name of an inter­face.

Matthieu Napoli

Et d’en­chaî­ner de la même façon avec le suffixe Excep­tion, avec des exemples concrets et parlants.

Les préfixes et suffixes sont jolis pour la clas­si­fi­ca­tion et l’es­prit ingé­nieur avec plein de tiroirs hiérar­chi­sés, mais on finit avec des noms à rallonge, un code plus complexe, moins lisi­ble…

Pour moi c’était la diffé­rence entre Java et PHP il y a quelques années. Je la vois de moins en moins aujourd’­hui. Bien dommage, parce que si on ne se rend pas immé­dia­te­ment compte de la charge cogni­tive qu’ap­porte toutes nos sur-archi­tec­tures, l’im­pact est bien réel, lui.

Catégories
PHP

PsySH

A runtime deve­lo­per console, inter­ac­tive debug­ger and REPL for PHP

— PsySH

Le php -a est quand même inuti­li­sable par rapport à ce qui existe par exemple en ruby. Voilà une solu­tion.

Le site ne le dit pas, mais si vous êtes sous mac, l’ins­tal­la­tion passe logique­ment par home­brew:

brew install homebrew/php/psysh
Catégories
PHP

Tomber en marche

Celle ci je ne peux me rete­nir de la copier car elle est magni­fique :

$override = null;
if ($notify_admin and $conf['browser_language'])
{
  if (!get_browser_language($override['language']))
  {
    $override=null;
  }
}

À première vue, le code ne fait rien. À la seconde lecture non plus, je vous rassure.

Après expli­ca­tion, la méthode get_browser_language utilise un passage par réfé­rence (oui, avec ce nom là…), c’est à dire que la variable qui est passée en argu­ment pourra voir sa valeur modi­fiée.

Eureka! En sortie de code on pour­rait bien avoir une variable $override qui contient quelque chose. On a au passage fait une créa­tion de tableau impli­cite en utili­sant la syntaxe avec crochets sur une valeur nulle (conseil : ne jamais faire ça si vous souhai­tez rester lisible).

La seconde affec­ta­tion $override=null sert si jamais get_browser_language a bien modi­fié $override['language'] mais a renvoyé une valeur évaluée à false.

Mais pourquoi cette seconde affec­ta­tion à null ? Et bien il se trouve que la fonc­tion get_browser_language renvoie false si elle ne modi­fie pas la variable passée par réfé­rence. Dans ce cas le code d’ap­pel aurait quand même créé un tableau dans $override à cause de override['language'], il faut donc reve­nir en arrière et écra­ser ce tableau créé impli­ci­te­ment.

À rete­nir :

  1. Ne jamais créer de tableau implic­te­ment avec l’opé­ra­teur crochet sur une valeur null.
  2. Ne jamais attendre un retour par réfé­rence sur une fonc­tion qui s’ap­pelle « get_* »
  3. Globa­le­ment, ne quasi­ment jamais utili­ser le passage par réfé­rence pour récu­pé­rer une simple valeur.

Ici en plus vu qu’on utilise déjà l’éva­lua­tion à true ou false du retour de get_browser_language, autant lui faire retour­ner direc­te­ment la langue, ou null si aucune n’est trou­vée.