Tele­net qui freine offi­ciel­le­ment le P2P et la consom­ma­tion massive


Si vous ne connais­sez pas encore plus.net, il faut faire un tour sur leur tableau de gestion de trafic en fonc­tion des offres. Heureu­se­ment nous n’en sommes pas encore là en Europe, mais ce qui se profile n’est pas forcé­ment meilleur.

L’exemple de ce que je crains c’est Tele­net qui freine offi­ciel­le­ment le P2P et la consom­ma­tion massive. Ça n’a l’air de rien et à la première lecture on pense faci­le­ment que la mesure est sage tout en permet­tant à chacun de parta­ger les ressources en bonne intel­li­gence.

Là où les choses prennent du relief c’est en reli­sant deux ou trois fois le dernier para­graphe : Tele­net nie avoir des problèmes de capa­cité. Pour­tant, l’objet même de la mesure c’est de /parta­ger/ une ressource limi­tée pour qu’elle soit utili­sable à tous. Ça n’a de sens que dans le cadre d’un four­nis­seur d’ac­cès qui sature.

Facile de cibler les plus gros consom­ma­teurs et les offrir en pâture. Main­te­nant ne serait-il plutôt pas légi­time d’at­tendre que le four­nis­seur réalise les inves­tis­se­ments néces­saires ?

On voit d’ailleurs bien que c’est une ques­tion pure­ment commer­ciale en ce qu’on peut indis­po­ser les autres avec plus de volume tant qu’on paye une offre plus chère.

Le danger est encore plus fort quand on parle de filtrer par proto­cole ou par appli­ca­tion. Qui décide quel trafic est légi­time et quel trafic est de trop ? pourquoi ? selon quels critères ?

Pourquoi le « P2P » est-il visé mais pas Skype qui en fait un usage des plus larges ? Pourquoi le P2P et pas la vidéo ? Pourquoi même juge-t-on le P2P illé­gi­time ? Des appli­ca­tions P2P audio concur­rentes à Skype seront-elles libres d’ac­cès ou l’ex­cep­tion est-elle propre à Skype ?

Le passé nous a déjà amené des choses bien jolies, avec des opéra­teurs Inter­net mobile qui au nom d’une ressource limi­tée inter­disent la voix sur IP mais auto­risent hors quota l’ac­cès à la télé­vi­sion via 3G. Nous avons aussi des opéra­teurs qui ont nié pendant des années un bridage P2P et qui se sont fait condam­ner 6 ans après par la justice pour ce même bridage. Les mêmes ont une inter­con­nexion Youtube trop pour­rie pour regar­der une vidéo en qualité stan­dard mais qui diffusent de la HD avec une QoS bien réglée sur leur VOD. D’autres ont acheté le concur­rent de Youtube.

Qui va dire quelle situa­tion est légi­time, où est la limite, qui décide quel inves­tis­se­ment est raison­nable et quel pour­ris­se­ment vient d’une volonté de favo­ri­ser ses propres services ?

Cela ne résou­dra pas tout, mais nous avons plus que jamais besoin que l’Eu­rope mette quelque part une ligne rouge à ne pas fran­chir. Lais­ser l’opé­ra­teur déci­der quel proto­cole, quelle appli­ca­tion ou quel usage est légi­time, me paraît être bien au delà de la ligne rouge souhai­table.


Une réponse à “Tele­net qui freine offi­ciel­le­ment le P2P et la consom­ma­tion massive”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.