Recommandations de sauvegarde

Je vois encore des gens parler sauvegarde et le sujet est trop souvent mal maîtrisé alors j’ajoute quelques notes à mes billets précédents :

Un disque dur ne suffit pas. Ça peut durer plusieurs décennies mais aussi tomber en panne dès demain. Une surtension électrique ou un peu de poussière mal placée sur la carte mère du PC peuvent suffire. Un DVD ou une clef USB ont une espérance de vie encore plus faible.

Deux disques en RAID ne suffisent pas. Une surtension peut tout à fait les griller en même temps. Le moindre crash de l’OS ou la moindre mauvaise manipulation humaine qui corromprait les données risque de toutes façons d’impacter les deux disques à la fois (et des mauvaises manipulations vous en ferez, la seule question est quand).

Un logiciel de synchronisation dans le cloud ne suffit pas non plus. La moindre mauvaise manipulation (et vous en ferez une) y serait automatiquement répliquée. Il vous faut un historique de vos fichiers pour pouvoir revenir en arrière d’au moins deux versions.

Un NAS à la maison avec un logiciel de sauvegarde automatique c’est déjà mieux (mais vous ne serez couverts que pour les données qui sont à la fois sur votre poste de travail et sur le NAS, celles qui ne sont que sur le second auront un problème de sauvegarde). Maintenant il suffit d’un dégât des eaux, un incendie ou un cambriolage pour tout perdre d’un coup.

Un disque externe stocké chez un ami ou au boulot, que vous ramenez régulièrement chez vous pour faire vos sauvegardes et débranchez ensuite ne suffit pas, même si vous avez l’auto-discipline suffisante pour bien le faire très régulièrement. Un jour vous ferez une mauvaise manipulation qui risque de supprimer les données sur les deux supports à la fois (« oups, j’ai copié mes anciennes données vers les nouvelles par erreur »), et vous risquez toujours tout à chaque fois que vous le ramenez chez vous.


Il vous faut une sauvegarde sur un second support, avec historique, dans un lieu tiers… et bannir toute solution maison ainsi que toute opération manuelle, qui forcément faillira un jour.

Il y a de superbes solutions en ligne. Ça coute cher mais on branche et on ne s’occupe plus de rien. Pour le même prix ces sauvegardes sont chiffrées donc la confidentialité est garantie même si les données fuitent un jour.

L’alternative maison c’est la sauvegarde par internet sur un NAS hébergé ailleurs (ami, bureau, famille) et qui sait garder un historique des anciennes versions. C’est moins cher sur le long terme mais plus cher en coût initial. Ça demande un peu de maintenance et ça pose d’autres problèmes (un NAS auto-géré ouvert sur internet c’est un problème de sécurité potentiel si vos données sont confidentielles). C’est encore mieux si le NAS sait chiffrer les données lui aussi (histoire qu’un cambrioleur n’accède pas aux données confidentielles).

Les plus paranos auront les deux, un NAS (local ou distant) et une solution en ligne par dessus. Ceinture et bretelle mais la solution en ligne suffit généralement. C’est opéré par des professionnels qui gèreront ça vingt mille fois mieux que je ne le ferais avec mon NAS, autant sur la pérennité, sur la fiabilité que sur la sécurité.

La solution du pauvre ce sont deux disques externes. Vous en ramenez régulièrement un à la maison pour y faire une sauvegarde avec un logiciel qui garde l’historique. À tout moment il y en a un à distance au cas où il y ait un incident lors de la manipulation de l’autre (fausse manip humaine, cambriolage, incendie, je ne sais quoi). Ça ne coûte pas cher mais ça demande de l’organisation, une grande discipline pour faire les sauvegardes régulièrement, de l’emmerdement pour transporter les disques, et du temps à perdre.

Rejoindre la conversation

3 commentaires

  1. Tiens d’ailleurs, j’en profite : un snapshot N’EST PAS une sauvegarde !!

    Le nombre d’informaticiens que je vois affirmer ce genre de choses me rend littéralement malade !

  2. J’ajouterai que quitte à utiliser des solutions redondantes pour éviter les mauvaises surprises (= plusieurs disques durs) il est à mon avis une bonne idée d’utiliser des logiciels différents, des fois qu’il y ait bug. L’exemple typique est TimeMachine, il fonctionne très bien quand il fonctionne mais le système de developpement fermé d’Apple ne permet pas vraiment de s’en sortir quand on a un problème (=on ne peut pas bidouiller).

    Personnellement j’utilise Deja-dup et BackInTime sur mon Linux mais je compte passer à un système plus avancé genre duplicity/tar/rsync sous peu.

    Voilà c’était juste mes 2 centimes.

    1. Il y a des outils pour ouvrir et bidouiller TimeMachine, mais je m’adressais surtout à des non-tech. Ma reco c’est surtout un logiciel en ligne type blackbaze. Deux disques, deux logiciels, ça fait beaucoup à maintenir, à choisir, à utiliser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À propos de ce site, du contenu, de l'auteur
Je poste parfois ici des humeurs ou des pensées. Parfois je change, parfois je me trompe, parfois j'apprends, et souvent le contexte lui-même évolue avec le temps. Les contenus ne sont représentatifs que de l'instant où ils ont été écrits. J'efface peu les contenus de ce site, merci de prendre du recul quand les textes sont anciens. Merci

À toutes fins utiles, ce site est hébergé par OVH SAS, joignable par téléphone au +33 (0)9 72 10 10 07 et dont le siège social est au 2 rue Kellermann, 59100 Roubaix, France.