Le déséqui­libre des échanges impose-t-il vrai­ment d’at­ten­ter à la neutra­lité du net ?


Le billet de Ludo­vic Pénet sur le déséqui­libre des échanges réseau et la neutra­lité du net ne parle fina­le­ment que peu de déséqui­libres mais j’en profite pour m’ac­cro­cher à la discus­sion.

Tout d’abord je suis agacé quand j’en­tends parler de ce fameux déséqui­libre. Un tuyau fait passer des données. Elles consomment une partie de la bande passante du tuyau, néces­site des ressources pour les routeurs et l’ache­mi­ne­ment, mais fina­le­ment rien dans tout ça n’est dépen­dant du sens de l’in­for­ma­tion lui-même. L’asy­mé­trie n’est en rien un « problème ».

Fut-ce t’il d’ailleurs un problème qu’il serait fran­che­ment hypo­crite de la part des opéra­teurs de s’en plaindre. On ne peut décem­ment pas offrir un accès à l’uti­li­sa­teur 20 fois plus large en descente qu’en montée, puis râler ensuite qu’il y a plus de descente que de montée. Il faudrait rester un mini­mum cohé­rent.

La ques­tion est par contre éven­tuel­le­ment de savoir sur quel réseau circule la donnée avant d’ar­ri­ver à son point de chute, ainsi que de savoir qui est respon­sable du trafic, et donc de son paie­ment.

Là aussi je trouve le compor­te­ment des opéra­teurs très hypo­crite. Le contenu trans­féré l’est parce qu’il est demandé par le réseau de l’opé­ra­teur (par l’abonné). Le respon­sable est-il celui qui répond à la demande ou celui qui demande ? Fina­le­ment, ne serait-ce pas plutôt à l’opé­ra­teur de payer le four­nis­seur de service pour les ressources serveur qu’il consomme ? Ces ressources serveur coûtent certai­ne­ment plus cher que les ressources réseau.

Ludo­vic parle de marges arrières et je pense qu’il est en plein dans le sujet. L’opé­ra­teur est bien dans une démarche de distri­bu­tion d’un contenu payé par ses clients et four­nit par d’autres. Il remplit un service qui mérite  finan­ce­ment mais sa posi­tion de force trop impor­tante finit par lui permettre des compor­te­ments nocifs pour tout le monde.

À long terme ces compor­te­ments sont même nocifs même pour l’opé­ta­teur lui même, mais à la limite c’est peu impor­tant. Ici on touche de trop près à la  à la capa­cité de commu­niquer, d’in­for­mer, au lien social, à la capa­cité d’ac­cé­der au monde, pour qu’on ait le droit de lais­ser faire un jeu qui favo­rise certains four­nis­seurs de services (qui payent) par rapport à d’autres.

Il faut convaincre nos poli­tiques de bouger pour faire de l’ac­cès à Inter­net un service neutre et protégé, comme peut l’être l’ac­cès à l’élec­tri­cité. Problème : ces derniers voient encore Inter­net comme un ennemi qu’il faut surveiller et contrô­ler. Leur voie se situe sur le DPI (contrôle profond du tran­sit réseau), ce qui arri­vera forcé­ment si on renforce le contrôle des opéra­teurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.