Blanc sur orange, c’est noir sur noir


Parce que ça m’a servi récem­ment, ça peut servir à d’autres.

Du vert clair sur du blanc c’est illi­sible. Du marron sur du noir, c’est illi­sible. Quelle est la limite, le blanc sur orange est-il lisible ? Se fier à sa propre vision c’est oublier que tous n’ont pas les mêmes diffi­cul­tés, et oublier le contexte diffé­rent entre le visi­teur et le créa­teur de l’illus­tra­tion.

Donc pour avoir une mesure objec­tive, je vous recom­mande la lecture du billet Open­web (une ressource excel­lente qui n’est jamais assez recom­man­dée), et l’ou­til Contrast-A. Par la même occa­sion faites atten­tion aux diffé­rents dalto­niens : Ça repré­sente tout de même presque 10% de la popu­la­tion mascu­line.

J’en profite : même si c’est proba­ble­ment ce que je fais ici, vous avez en géné­ral inté­rêt à ne pas faire du noir sur blanc et encore moins du blanc sur noir. Atté­nuer le noir, voire le blanc, est souvent une bonne idée même si c’est moins épatant lors des présen­ta­tions à la direc­tion.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.