Lettre publique aux respon­sables de Nouvelle Donne

Bonjour,

Je me permets de vous écrire publique­ment parce que les contacts par email ou par réseau social restent malheu­reu­se­ment sans réponse.

J’ai lu le mani­feste et adhéré à l’es­sen­tiel. S’est posée la ques­tion d’adhé­rer, d’au­tant plus faci­le­ment que je n’ai pas besoin d’adhé­rer à tous les détails pour avoir envie d’ai­der à l’ar­ri­vée d’un renou­veau poli­tique.

Pour l’ins­tant le mouve­ment se résume toute­fois à une charte et vingt propo­si­tions. Le diable se cache dans les détails, sur comment tout ça peut être réalisé, sur la façon d’agir, sur la rela­tion avec les autres partis, sur les compro­mis à faire, et sur l’or­ga­ni­sa­tion du parti lui-même. Une belle charte et vingt propo­si­tions sur lesquelles je ne me sens pas trop en déca­lage PC, PS, UMP et FN pour­raient très bien arri­ver à le faire.

Bref, pour adhé­rer c’est trop tôt avant d’en voir un peu plus. Et c’est là que ça coince : Aucun échange, aucun contact local, et même aucun retour aux solli­ci­ta­tions élec­tro­niques que ce soit par le formu­laire de contact ou un réseau social. Le début de parti se résume pour l’heure à un nombre très limité de person­na­li­tés qui parlent dans les médias et une boite de contact à sens unique.

La seule écoute que j’ai pu voir s’est résu­mée à quelques réponses sur Face­book sur un créneau de deux heures un vendredi après midi aux horaires de bureau. D’au­tant plus frus­trant que ça se fait sur un réseau qui impose une commu­ni­ca­tion publique avec son vrai nom – donc de s’ex­po­ser publique­ment avant même d’en savoir plus sur le parti – et que les réponses aux ques­tions impor­tantes se résument à « le conseil natio­nal déci­dera bien­tôt » et « vous pour­rez rejoindre des comi­tés de campagne » (campagne ? avant même des discus­sions savoir ce que sera l’or­ga­ni­sa­tion ?).

Autant dire que ce n’est pas forcé­ment le meilleur signe d’un renou­veau démo­cra­tique. Je sais que tout ne se construit pas en un jour et qu’on peut être rapi­de­ment dépassé avec un déca­lage entre les inten­tions et la réali­sa­tion, mais à tout le moins il y a un problème ici.

Il reste qu’il y a un réel besoin d’autre chose au niveau poli­tique, que les idées expri­mées rentrent globa­le­ment en réso­nance avec ce que je souhaite voir arri­ver. Je suis prêt à avan­cer pour parti­ci­per à quelque chose – pour peu que ce quelque chose ne se résume pas à faire campagne élec­tive au nom de quelques uns dans leur tour d’ivoire.

Alors viennent les ques­tions :

  • Comment voyez vous votre parti ? Est-ce une machine à élire ou un élan de parti­ci­pa­tion démo­cra­tique ?
  • Comment voyez-vous des instances locales ? Tout ceci me parait essen­tiel, avant même de commu­niquer massi­ve­ment aux média ou d’en­vi­sa­ger une campagne.
  • Quelles sont vos inten­tions au niveau de la commu­ni­ca­tion pour arri­ver vite à des dialogues et pas une commu­ni­ca­tions top -> down ?
  • Où pouvons-nous parti­ci­per pour du concret qui ne soit pas simple­ment coller des affiches et distri­buer des tracts ?

Merci d’avoir lu jusqu’ici.

— Éric

3 réponses sur « Lettre publique aux respon­sables de Nouvelle Donne »

Bonjour.

Je comprends tes inquiétudes. J’irai même jusqu’à dire que j’en partage une partie.

Si je résume, de mon point de vue d’adhérent ayant eu quelques brefs contacts avec les fondateurs, c’est un problème classique de la poule et de l’oeuf : comment créer un parti de masse ? Il faut d’un côté donner envie de participer (ce qui vient forcément d’un petit groupe initial), et de l’autre permettre à tout le monde de participer à la structuration (ce qui ne peut venir que du collectif).

Je trouve que jusque là, le démarrage (auquel je n’ai en rien participé) est plutôt bien conçu : un socle programmatique qui pose un certain nombre de points précis, et qui surtout priorise les urgences. Une campagne média pour attirer, sans toutefois imposer une structure préconçue, à laquelle il faudrait se conformer sans réelle marge de manoeuvre.

Je comprends ta frustration. Mais c’est vraiment un parti tout neuf, dans lequel tout est à faire, et qui manque considérablement de main d’oeuvre (malgré la très bonne volonté de plusieurs bénévoles). Ce qui explique le silence que tu constates.

Je vais tenter de répondre à tes questions :
– Ce parti a vocation à durer, pour peser sur la politique nationale et européenne. Les élections ne sont qu’un moyen, parmi d’autres, à cette fin.
– Tu t’inquiètes de subir une politique top-down, et ensuite tu demandes comment seront les instances locales. Cela sera décidé par les adhérents, à partir de janvier. La phase de structuration est prévue pour 4 mois.
– Le lancement de cette structuration aura lieu mardi prochain. Je ne peux donc pas te répondre avant que les décisions ne soient prises.
– Une fois encore, on ne peut pas aller plus vite que la musique. Les adhérents de ton département se réuniront probablement pour la première fois en janvier. Je ne sais pas si cette réunion sera ouverte aux non-adhérents.

En conclusion, je ne peux que t’inviter à participer à l’aventure, pour avoir l’occasion de façonner ce nouveau parti dans la direction qui te convient.

Suite à discussion en ligne, j’ai pu discuter quinze minutes avec Isabelle Attard, que je remercie beaucoup pour le temps passé.

Je retiens qu’il y a une organisation en cours, avec beaucoup de choses qui me plaisent dans ce que j’ai entendu à l’oral et qui n’est pas forcément (encore) visible sur le site.

Les groupes locaux se montent rapidement. J’en reparlerai probablement une fois les premières étapes passées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *