Catégories
Start-up

What are the most common mistakes first-time entre­pre­neurs make?

Je ne vais pas parler de ma start-up, je ne ferai peut être un jour quand je serai passé à autre chose, mais de ma maigre expé­rience je seconde très très forte­ment les trois premiers points de la réponse la plus votée :

1. Keeping your idea secret.
This is one of the most stupid miscon­cep­tions about star­tup ideas (If I tell it to someone they’ll steal it and make millions of it) Reality is that every loser has a busi­ness idea with a poten­tial but most are not capable to execute it. And people who are able to execute ideas have plenty of their own. Of course, it’s the execu­tion not the idea – face­book came after friend­ster and myspace and google came after plenty of search engines.

2. Trying to build a product for everyone.
He who tries to please every­body, pleases nobody.

3. Lack of focus.
All entre­pre­neurs are cursed with having too many ideas that are too temp­ting not to be execu­ted. The point is to be able to put every­thing else aside and focus on one with best timing and most poten­tial. Jack Dorsey mentio­ned somw­here that he had his Twit­ter idea almost a decade before he star­ted it and put it in shelf – which is his way of clea­ring distrac­tions.

Catégories
Métiers du web Start-up

Talents publi­ci­taires – star­tup

Quelle honte d’ac­cor­der 33% de son revenu à son espace de vie. À l’édu­ca­tion que l’on a reçu, aux soins dont on béné­fi­cie. Mais rassu­rez-vous, vous pouvez en être dispensé grâce au fabu­leux statut de JEI qui fait pâlir d’en­vie outre-atlan­tique

[…]

Et cerise sur le gâteau, on peut virer ses sala­riés dans les 6 mois sans aucun risque. Sous réserve de rester en-dessous des 50 sala­riés (excluant les stagiaires bien entendu). Et puis un déve­lop­peur français est si peu cher, pourquoi s’en priver ?

Voilà, Tariq, les talents français du code sont au mieux de la chair à canons publi­ci­taires US

Voici la meilleure réponse à l’article du NewYork Times. Parce que oui, la France est attrac­tive pour des star­tup. Les 33% de coti­sa­tions sociales ne sont en réalité pas payées par les JEI, et la préten­due rigi­dité des contrats de travail ne l’est pas tant que ça. Factuel­le­ment la plupart des études mettent la France comme bien moins chère pour les star­tup tech­nos que les US ou Londres.

D’autres ont fait des réponses sur les critères finan­ciers (pas de meilleure foi) mais on tape à côté. Pourquoi est-il si choquant de payer 30% du salaire en retraite, assu­rances et santé ? C’est encore plus crétin quand on compare avec des pays où ces frais sont décomp­tés du salaire net que reçois le sala­rié au lieu d’être pris plus haut au niveau de l’em­ployeur.

Mais même en dehors de la compa­rai­son, nous devrions être heureux d’avoir un tel équi­libre. Comment est-on arri­vés à s’enor­gueuillir de ne pas payer de pres­ta­tions sociales, d’échap­per à l’im­pôt collec­tif, de payer moins cher nos déve­lop­peurs ou de pouvoir les virer faci­le­ment ? Est-ce vrai­ment de ça que le monde a besoin ? L’in­no­va­tion et les nouvelles tech­nos ne savent-elles se déve­lop­per que sur ce terreau ? Si vous répon­dez « oui » alors il faut vite arrê­ter ce désastre.

D’au­tant que c’est juste crétin. Si Google ou Github attirent autant c’est par l’en­vi­ron­ne­ment qu’ils offrent (ou offraient). Sur le campus il y a tout ce qu’il faut, au restau­rant d’en­tre­prise on fait venir les meilleurs chefs, l’es­pace de travail est large, éclairé, atti­rant, en interne on glori­fie ceux qui agissent et renforce les déve­lop­peurs.

Ici on se fait concur­rence au moins disant social, on abaisse les déve­lop­peurs à de l’exé­cu­tion tech­nique, on leur retire l’idée qu’ils peuvent être le moteur.

Ce n’est pas d’un Github à la française dont nous avons besoin, mais d’une multi­tude de projets citoyens. Pour créer du lien social, du lien inter-géné­ra­tio­nel, du lien local, du lien poli­tique. Pour se sentir utile en tant que déve­lop­peur, pour se sentir agile en tant qu’hu­main.

Notre objec­tif ne doit pas être de créer des socié­tés de 50 milliards et de copier le voisin en étant plus profi­table ou plus gros finan­ciè­re­ment. L’in­no­va­tion se nour­rit du lien, de l’uti­lité, d’une culture. La réduire à son sens écono­mique et aux copy-cat ne ne mènera nulle part.

Il y a une culture à avoir, et ce n’est pas une culture busi­ness, c’est une culture de l’uti­lité, de colla­bo­ra­tion sociale. On ne la créera pas en jouant à celui qui propose le moins au niveau social pour un meilleur profit des inves­tis­seurs.

À lire entiè­re­ment : Talents publi­ci­taires de David Larlet

Catégories
Métiers du web Start-up

The star­tup free­lan­cer

Partage de lecture:

I deci­ded to stop doing the office job thing and star­ted doing exactly what I want with my time, seven days a week.

[…]

I’m also a free­lance program­mer. I help early stage star­tups get their MVPs out the door. That means I get invol­ved when the first server needs to be set up, the first data­base instal­led, the first repo crea­ted and the first line of code hastily banged out. There’s some­thing about those first moments of a star­tup’s exis­tence that is hard to repro­duce – the thrill of a newborn idea coupled with the urgency of the penni­less.

The star­tup free­lan­cer — Vassili van der Mersch

Catégories
Développement informatique Start-up

Offshore & star­tup

Je recherche des star­tups Europe/US dont une partie de l’équipe tech­nique a été basée hors Europe/US pour des raisons de coûts.

  • Est-ce que ça existe ? Vous avez des noms ?
  • Si vous l’avez vécu (quel que soit le côté), quelles en ont été les enjeux, les diffi­cul­tés et les résul­tats ?
  • Si vous avez choisi de ne pas le faire, pourquoi ?

Note : Je ne parle pas de régie offshore mais bien de gens internes à la star­tup.


I am looking for Euro­pean/US star­tups in which part of the team has been loca­ted outside Europe/US to lower the costs.

  • Did you heard about such expe­riences ? Do you have names ?
  • If you lived it  (whate­ver the side), what where the stakes, the diffi­cul­ties and the results ?
  • If you choose not to go this way: why ?

Note: I am not talking about offshore contrac­ting but about people who are direct employees of the star­tup

Catégories
Start-up Vie professionnelle

Hire For The Ability To Get Shit Done

Passer du rôle de consul­tant / expert à celui de direc­teur tech­nique d’une start up c’est apprendre plein de choses. Je crois que c’est mon approche du recru­te­ment qui a beau­coup changé.

Voilà *le* point avec un coef­fi­cient deux fois plus impor­tant que les autres : ability to get the shit done. Ce n’est pas un critère, c’est un pré-requis.