Catégories
Performance des sites web

Ce qui me fait aban­don­ner vos pages

Je suis un bouli­mique du web, je ne consomme pas que ça mais j’en consomme énor­mé­ment.  Poli­tique, tech­nique, travail, diver­tis­se­ment : tous les sujets y passent.

Je me plains régu­liè­re­ment que certains n’ont rien compris au web et me font fuir. Ça reste souvent instan­tané, je m’en vais, je râle, et j’ou­blie. Afin que ça serve, à moi-même ou à d’autres, voilà quelques unes des diffi­cul­tés régu­lières qui font que je fuis immé­dia­te­ment certains sites :

Contenu vidéo

Si le contenu est en vidéo ou en audio, sans trans­crip­tion, je suis inca­pable de le scan­ner rapi­de­ment pour savoir s’il m’in­té­resse vrai­ment, et quand bien même il m’in­té­resse il a toute les chances de me deman­der bien plus de temps qu’un contenu texte (et le temps est ma ressource la plus chère). Même quand je suis convaincu d’être inté­ressé au point d’avoir envie d’y passer du temps, je ne suis pas toujours en contexte où je peux lire une vidéo (bande passante dispo­nible en mobile) ou où je peux l’écou­ter (pas de son au boulot). Au final soit je quitte soit je stocke le lien pour plus tard et je n’y reviens fina­le­ment pas.

Redi­rec­tion vers la page d’ac­cueil du site mobile

Je pense à LCI mais pas unique­ment à eux. Si je suis un lien d’ar­ticle à partir de mon télé­phone mobile je suis redi­rigé vers la page d’ac­cueil du site mobile. Impos­sible de retrou­ver l’ar­ticle souhaité et de suivre les liens : c’est un départ immé­diat. C’est plus rare mais l’ex­pé­rience inverse est aussi problé­ma­tique. Au final vous avez une chance sur deux de mal tomber et que le lien parte immé­dia­te­ment à la poubelle.

Un article en plusieurs sous-pages

Je ne suis pas sur le web pour mimer les contraintes que j’ai sur papier. Je ne suis pas sur le web pour m’amu­ser à tour­ner les pages. C’est agaçant, j’ai réel­le­ment fuit des sites pour ça. Lais­sez-moi utili­ser l’as­cen­seur de mon navi­ga­teur.

Un site vrai­ment lent

Ceux qui me connaissent doivent s’y attendre, pour­tant c’est à dessein que je ne le mets pas dans les premiers critères : Si vos pages sont lentes, je risque bel et bien de repar­tir agacé avant même d’avoir eu l’oc­ca­sion de lire quoi que ce soit. Sur télé­phone portable, même dans le métro avec une mauvaise récep­tion, il est hors de ques­tion d’at­tendre plus de 10 secondes. Sur un poste bureau­tique ne me faites pas attendre la moitié de ça.

La grosse pop-in

Si votre contenu commence par être masqué par un gros pop-in, je ne passe­rai jamais à la suite, c’est aban­don immé­diat. Je me fiche que ce soit de la publi­cité, un formu­laire de feed­back ou un message de bien­ve­nue. En fait les deux derniers cas sont presque ceux qui m’agacent le plus de part leur imbé­cil­lité. Je ne ferme­rai pas la pop-in, je parti­rai. C’est encore plus vrai sur mobile où réus­sir à fermer le pop-in est souvent mission impos­sible de toutes façons.

Des lignes trop longues

Si vos lignes font plus d’une quin­zaine de mots, elles devien­dront rapi­de­ment pénibles à lire pour moi. Pire, j’au­rai beau­coup de mal à scan­ner la page rapi­de­ment en diago­nale.  Si ça semble futile comme critère, je vous assure que c’est un aban­don systé­ma­tique pour tous les sites qui ont des lignes trop longues. Si vous voulez une mesure, comp­tez une longueur maxi­mum de 45 fois la taille de votre police de carac­tères. Sur mobile c’est encore pire, si votre mise en page m’em­pêche de zoomer sur le texte de façon à ce qu’il tienne dans la largeur de mon télé­phone portable quand je double clique dessus, ça sera telle­ment pénible à lire que je n’es­saie­rai même pas.

Ça bouge partout

Vous tenez à la publi­cité et je le comprends, mais si ça bouge, si ça flash, si ça clignote, vous me verrez partir immé­dia­te­ment. Je serai simple­ment inca­pable de fixer mes yeux au bon endroit sans que ce ne soit pénible. Mon œil peut se lais­ser atti­rer hors du contenu une fois, mais la seconde fois je ferme la page. Notez que ça vaut aussi si c’est votre propre contenu promo­tion­nel ou carrou­sel qui attire l’œil et non de la publi­cité. Je ne fais pas de diffé­rence à ce stade là.

On mélange tout

Vous avez des publi­ci­tés ou des pavés promo­tion­nels au milieu du contenu, je sais, ça encou­rage les clics. Mais je sais aussi que ça me fera fuir immé­dia­te­ment là aussi. C’est encore plus vrai si j’ai un doute sur la sépa­ra­tion entre promo­tion­nel et rédac­tion­nel. Encore une fois, si je ne suis pas capable de filtrer et repé­rer l’in­for­ma­tion utile au premier coup d’œil, je repars immé­dia­te­ment. Même sans publi­cité, le trop plein d’illus­tra­tions hors contexte (même avec des légendes humo­ris­tiques ou sarcas­tiques) donne le même effet.

Texte rikiki

Votre graphiste vous l’a montré, la maquette est quand même bien plus jolie quand c’est écrit petit … sauf que c’est illi­sible, et ça aussi c’est un bloqueur pour moi. Non, 10 pixels de hauteur pour une police ce n’est pas suffi­sant pour moi. Notez qu’à l’in­verse je ne me souviens pas avoir jamais aban­donné un site parce que le texte était trop gros.

Et si je lis ?

Si vous avez passé le texte jusque là, bravo, il y a des chances que je lise votre contenu. Un autre jour je vous explique­rai ce qui peut faire qu’a­près la première lecture je ne revienne jamais chez vous.

Allez, pour la forme j’ajoute ce qui d’après la légende est gênant mais qui pour ma part ne m’a jamais freiné (ou en tout cas pas consciem­ment) : les textes trop longs, le manque d’illus­tra­tion, le trop plein de liens, le tutoie­ment ou le vouvoie­ment, la prise d’opi­nion subjec­tive, les propos « indé­cents », ou les sites person­nels sans répu­ta­tion. Rien de tout ça ne me gêne a priori.

Catégories
Politique et société

Lois prétextes

Je n’ai défi­ni­ti­ve­ment pas accepté qu’on ait pu produire cette dernière loi qui inter­dit la burqa dans l’es­pace public. Vrai­ment, j’ai essayé.

Certes, je suis gêné qu’on puisse inci­ter à avoir peur de l’autre et à encou­ra­ger l’in­to­lé­rance. Je suis aussi gêné qu’on puisse jeter la liberté reli­gieuse aux orties et prêter à la laïcité un sens qu’elle n’a jamais eu. Non, je ne suis pas seule­ment gêné de tout cela, je suis scan­da­lisé, et c’est peu dire.

Un état de droit

Mais je suis encore plus scan­da­lisé qu’on laisse notre répu­blique utili­ser de lois prétextes pour faire quelque chose qu’elle sait contraire à ses valeurs et à ses enga­ge­ments, aux liber­tés publiques et aux droits de l’homme. Peut importe l’ef­fet qu’on cherche à obte­nir, le procédé est inac­cep­table et devrait mener à une véri­table levée de boucliers dans n’im­porte quel état de droit.

Ici l’objec­tif est bien d’in­ter­dire la burqa, et ça a été présenté comme tel dès le départ. Il n’y a même pas de faux semblants.  On ne peut pas le faire ? qu’à cela ne tienne, nos astu­cieux dépu­tés trou­ve­ront une voie détour­née et un prétexte tiers pour avoir le même effet. Comme nos dépu­tés ne sont pas les derniers des idiots, ils ont trouvé : Si on inter­dit de se masquer le visage, on inter­dira de fait la burqa.

Je ne discute même pas de la perti­nence de vouloir inter­dire la burqa, ou de la légi­ti­mité d’im­po­ser un visage décou­vert dans l’es­pace public, ce qui en soit méri­te­rait pour­tant une fronde légen­daire : le simple fait qu’on utilise l’un unique­ment comme prétexte pour inter­dire l’autre est inac­cep­table.

Une accep­ta­tion coupable

Le drama­tique c’est que ça fonc­tionne, que notre conseil consti­tu­tion­nel, l’en­tité qui devrait être le garde fou de ce genre d’ex­cès, fait semblant de ne pas le voir. Le conster­nant c’est que nous sommes trop blasés de ce fonc­tion­ne­ment trop courant de nos insti­tu­tions pour nous en offusquer :

Pour pouvoir déga­ger des indé­si­rables qui ont le droit d’être où ils sont on lance des contrôles d’iden­tité à répé­ti­tion. Pour empê­cher les pros­ti­tuées dont l’ac­ti­vité n’est pas illé­gale on invente le raco­lage passif. Pour condam­ner les contre­façons sur Inter­net sans avoir à les prou­ver on invente le défaut de sécu­ri­sa­tion d’ac­cès Inter­net. Et main­te­nant pour inter­dire la burqa on invente l’in­ter­dic­tion de se masquer le visage dans l’es­pace public.

Nos repré­sen­tants ont une imagi­na­tion infi­nie

Nos repré­sen­tants ont une imagi­na­tion infi­nie, et ça commence à sentir très mauvais. Notre état de droit démo­cra­tique cache de plus en plus des abysses d’ar­bi­traire. Nos valeurs fonda­men­tales sont reniées sous un foulard presque trans­pa­rent.

Sans même parler du fond, la forme rete­nue devrait provoquer un tollé et mener à la démis­sion de tous les repré­sen­tants concer­nés. Je n’ose sortir le terme de révo­lu­tion mais il est dans mon esprit telle­ment j’ai l’im­pres­sion que si on conti­nue à perver­tir notre système ainsi il ne portera plus aucune des vertus qu’on lui prête encore.

Quand on se reveillera il sera trop tard pour jouer les vierges effa­rou­chées.

Catégories
Démocratie et institutions

Comp­ta­bi­li­ser le vote blanc

Il y a peu, un parti poli­tique majeur a appelé à voter blanc sur plusieurs scru­tins non négli­geables. De l’autre côté on a des mili­tants qui appellent à la comp­ta­bi­li­sa­tion, à la recon­nais­sance et à la légi­ti­mité du vote blanc. C’est à ne rien y comprendre.

Le vote blanc est comp­ta­bi­lisé

Tout d’abord tordons le cou à une première idée reçue : Le vote blanc est comp­ta­bi­lisé, dans le détail.

Il suffit de parti­ci­per à un dépouille­ment pour s’en aper­ce­voir. On note dans le détail chaque enve­loppe, qu’elle soit affec­tée à un candi­dat, nulle, vide ou avec un bulle­tin blanc. Dans le cas de nuls, vides et blancs, il y a même un détail pour distin­guer les diffé­rents cas de nullité.

J’en veux beau­coup à ceux qui font la promo­tion du vote blanc en deman­dant sa comp­ta­bi­li­sa­tion parce que ça veut dire qu’ils n’ont de leur côté jamais parti­cipé au dépouille­ment. Je trouve la situa­tion très hypo­crite pour des gens qui prétendent vouloir amélio­rer le fonc­tion­ne­ment des votes.

Une enve­loppe vide est comp­ta­bi­lisé comme un vote blanc

Sauf erreur de ma part,  il n’y a pas de défi­ni­tion précise du vote blanc dans les textes. On consi­dère qu’il s’agit d’un vote qui ne porte aucune mention de liste ou de candi­dat (et qui n’est pas nul pour une autre raison par ailleurs, donc qui ne porte aucune mention tout court).

Savoir si l’ab­sence de bulle­tin dans l’en­ve­loppe satis­fait à cette défi­ni­tion non expli­cite m’im­porte peu : Au final, au niveau du comp­tage, une enve­loppe vide atter­rit bien dans la même case qu’une enve­loppe avec un bulle­tin blanc.

C’est d’ailleurs heureux parce que je ne crois avoir jamais vu de bulle­tin blanc sans aucune mention et aux bonnes dimen­sions lors des dépouille­ments. Des enve­loppes vides (donc comp­tées avec les blancs), oui. Des bulle­tins vierges, jamais. Si ça arrive, je ne peux que croire que c’est vrai­ment rare. Conclu­sion hâtive basée sur l’ex­pé­rience : ceux qui veulent voter blanc votent avec une enve­loppe vide.

Ceux qui vous affirment qu’il faut abso­lu­ment un bulle­tin papier vierge n’ont proba­ble­ment eux non plus pas fait de dépouille­ment. Cela n’au­rait même pas d’in­fluence pour la promo­tion du vote blanc : Ceux qui voudront mesu­rer l’im­por­tance du blanc regar­de­ront le compte incluant les enve­loppes vides.

À l’heure actuelle personne n’est capable de faire le distin­guo entre les vides et les blancs, même une esti­ma­tion gros­sière. Vous n’avez donc pas besoin de vous bala­der avec un bout de papier blanc du bon gram­mage et des bonnes dimen­sions pour réali­ser un acte citoyen et faire recon­naître le vote blanc en haut lieu.

Les votes nuls sont rare­ment des erreurs de vote

Les votes blancs et nuls sont distin­gués au dépouille­ment, on pour­rait même diffi­ci­le­ment faire plus précis. Ils sont toute­fois agré­gés lors de la publi­ca­tion des résul­tats offi­ciels. C’est le seul point factuel que j’ac­corde aux promo­teurs du vote blanc au sujet de la comp­ta­bi­li­sa­tion.

Certains en déduisent une non recon­nais­sance du vote blanc, parce qu’il est fusionné ainsi à des erreurs de vote ou des votes nuls ayant un objec­tif tiers. L’idée paraît sensée mais elle ne résiste pas à l’ana­lyse.

Dans les votes nuls, outre les blancs et vides, on trouve :

  • des bulle­tins barrés ou déchi­rés (proba­ble­ment des « je ne veux pas de … »),
  • des bulle­tins diffé­rents dans la même enve­loppe (proba­ble­ment soit des « je n’ar­rive pas à choi­sir » soit des « ils sont tous les mêmes »),
  • des bulle­tins anno­tés (vu les anno­ta­tions il s’agit clai­re­ment de volonté qu’ils ne soient pas décomp­tés, pas d’er­reurs de vote),
  • des bulle­tins avec un nom de personne ou de mouve­ment qui n’était pas dans ceux propo­sés au vote.

Ces diffé­rents cas passent diffi­ci­le­ment pour des erreurs de vote. Le nul, sauf cas excep­tion­nel, n’est pas plus une erreur de vote que le vote blanc. J’irai même à penser qu’une enve­loppe vide, comp­tée donc comme un blanc, a plus de chances d’être une erreur de vote que deux bulle­tins diffé­rents, un bulle­tin annoté ou un bulle­tin d’un non-candi­dat.

Dans tous les dépouille­ments que j’ai fait, je n’ai pas souve­nir d’avoir jamais vu un bulle­tin qui ait vrai­sem­bla­ble­ment été une erreur de vote. Ça a certai­ne­ment pu arri­ver, ça arrive certai­ne­ment dans d’autres circons­crip­tions, mais si j’en crois mon expé­rience c’est extrê­me­ment rare.

Le vote blanc n’est pas un vote nul, mais ils ne sont pas diffé­rents

Blancs et nuls sont, sauf excep­tion, tous deux le résul­tat d’une volonté et d’une expres­sion. Cette expres­sion peut cepen­dant être multiple et diffi­cile à inter­pré­ter.  Je l’in­ter­prète sous un chapeau global de « la volonté de parti­ci­per au vote mais de ne pas effec­tuer un des choix propo­sés ».

Parler aussi des nuls est d’au­tant plus impor­tant que nous avons fina­le­ment peu de votes blancs, même en comp­tant les enve­loppes vides. Pour autant que je me souvienne, parmi les votes comp­ta­bi­li­sés nuls, j’ai eu une faible propor­tion d’en­ve­loppes vides à mes tables, et jamais de bulle­tin blanc. L’es­sen­tiel des refus de choi­sir ou des mécon­ten­te­ments ont bien été des nuls, pas des blancs (mais ce n’est que mon expé­rience).

Blancs et nuls ne sont pas distin­gués dans les résul­tats, mais c’est fina­le­ment plutôt posi­tif pour le mouve­ment de promo­tion du vote blanc : on évite de sépa­rer en deux un même mouve­ment pour des raisons pure­ment arti­fi­cielles de clas­si­fi­ca­tion.

Tout au plus pour­rait-on prétendre sépa­rer les erreurs de vote du reste, mais non seule­ment cela ne chan­ge­rait pas signi­fi­ca­ti­ve­ment le compte des blancs et nuls et risque d’être bien diffi­cile à inter­pré­ter dans certains cas. Dans des pays où les erreurs de votes invo­lon­taires sont signi­fi­ca­tives, cela peut avoir du sens. En France, j’en doute.

Tout au plus, et je rejoins là les défen­seurs du vote blanc, peut-on regret­ter que le détail des votes fait au dépouille­ment ne soit pas publié au jour­nal offi­ciel. C’est une infor­ma­tion qui peut être utile à certain, et ça ne coûte­rait pas cher. Ceci dit c’est une infor­ma­tion admi­nis­tra­tive exis­tante, je suis certain qu’elle doit être acces­sible pour qui veut avec une requête après de la CADA. Si quelqu’un souhaite publier ces infor­ma­tions, ce n’est pas si complexe, il suffit de se bouger.

On se moque de la notion de suffrages expri­més

Enfin, les votes blancs et nuls sont comp­tés en tant que suffrages non-expri­més. Derrière cette phrase qui ressemble à un « ça compte pour du beurre » se cache simple­ment un « ils n’in­fluent pas le gagnant de l’élec­tion ». La notion de suffrage exprimé ne sert qu’à ça, pas à dire si le vote blanc est impor­tant ou pas.

On peut d’ailleurs trou­ver un cas où aller voter mais poser un bulle­tin blanc a un effet : Voter blanc plutôt que pour un oppo­sant peut empê­cher un candi­dat d’être élu au premier tour, puisqu’il faut qu’il y ait eu au mini­mum 25 % des inscrits en suffrages expri­més. Ca reste cepen­dant pour l’anec­dote et ne pas voter du tout a tech­nique­ment le même effet.

Plus concrè­te­ment, dans ces chiffres offi­ciels de la dernière prési­den­tielle on vous dit qu’il y a eu 84 % de votants pour 16 % d’abs­ten­tion, sur les votants 96 % de votes expri­més pour 4 % de nuls en blancs, sur les votes expri­més 53 % pour un candi­dat et 47 % pour l’autre. Rien ne manque, d’au­tant qu’on a aussi à chaque fois à côté le nombre de bulle­tins en valeur abso­lue.

Reprendre les mêmes chiffres offi­ciels pour avoir la répar­ti­tion en comp­tant le blanc est l’af­faire d’une règle de trois si on utilise les pour­cen­tages ou d’une divi­sion si on utilise les chiffres en valeurs abso­lue. Dans notre exemple le premier candi­dat a eu 43 % des inscrits, 51 % des votants et 53 % des suffrages non nuls ou blancs. Si on présente les chiffres selon la première forme c’est parce que c’est ainsi qu’est déter­miné le gagnant de l’élec­tion, ni plus ni moins.

Il s’agit juste d’une affaire de présen­ta­tion des résul­tats. Donner ces mêmes résul­tats sous une autre forme est acces­sible à tous, et à fortiori d’un jour­na­liste si cela avait du sens à être annoncé ainsi, avec des calculs du niveau de l’école primaire. J’ose espé­rer qu’une simple divi­sion n’est pas une diffi­culté signi­fi­ca­tive au point de limi­ter l’in­for­ma­tion.

Cette notion de suffrage exprimé ne cache rien. Si vos JT mettent en valeur les pour­cen­tages par rapport aux suffrages expri­més et pas par rapport aux votants ou par rapport aux inscrits (voire par rapport à la popu­la­tion en capa­cité de voter), c’est simple­ment parce que c’est ce qui a le plus de sens selon eux. À vous de commu­niquer autre­ment si vous le souhai­tez, mais ce n’est pas un problème de comp­ta­bi­li­sa­tion ou de l’État.

Moti­va­tion, effet et prise en compte

Je n’ai parlé que de comp­ta­bi­li­sa­tion, en écar­tant super­be­ment les moti­va­tions et comment le vote blanc peut ou pas être prise en compte ensuite. Ce billet est déjà assez long ainsi.

Mon propos n’est pour l’ins­tant que de remettre au propre une discus­sion que j’ai trop souvent face aux gens qui appellent à une comp­ta­bi­li­sa­tion des votes blancs : elle existe, impar­faite mais large­ment suffi­sante pour ce qu’on veut (éven­tuel­le­ment) en faire.

Je vous remer­cie de vous restreindre à cette ligne direc­trice dans les commen­taires et de réser­ver vos inter­ven­tions sur la moti­va­tion ou la prise en compte du vote blanc pour un futur billet à venir (ou à les faire chez vous plutôt que chez moi).


Catégories
Politique et société

12 propo­si­tions pour le loge­ment

Je râle souvent, je diffuse pas mal de liens d’opi­nion. Parfois il faut finir par se jeter à l’eau, alors j’ai tenté de forma­li­ser un peu ce que je pense sur certains sujets.

Je sais que certaines propo­si­tions ne sont pas neuves. Je sais même que certaines sont déjà appli­cables, je parle de les appliquer réel­le­ment et complè­te­ment. Je sais aussi que ces posi­tions contiennent une part d’idéa­lisme. C’est conscient et volon­taire. Sans prag­ma­tisme nous n’avançons pas, mais l’idéa­lisme nous donne la direc­tion à prendre. Il faut non seule­ment avan­cer mais aussi le faire dans la bonne direc­tion, les deux sont indis­so­ciables.

Enfin, bien entendu, toute évolu­tion demande une mise en œuvre progres­sive. C’est impli­cite et ne comp­tez pas sur moi pour mettre des précau­tions oratoires à chaque phrase.

Bulle immo­bi­lière et aides publiques

Le loge­ment repré­sente une part trop impor­tante des budgets. Malgré toutes nos aides, ou plutôt à cause d’elles, la situa­tion reste plus diffi­cile que dans les autres pays.

Un temps on souhaite faci­li­ter le loge­ment en propo­sant une aide, mais assez rapi­de­ment les proprié­taires augmentent le loyer en consé­quence. Si vous pouviez faire l’ef­fort avant, vous le pour­rez après, et la diffé­rence va dans la poche du proprié­taire.

Évidem­ment si le loge­ment est plus rentable, le prix augmente à l’achat. Du coup on fait des aides à l’ac­ces­sion à la propriété et là aussi évidem­ment ça ne fait qu’aug­men­ter les prix en atter­ris­sant dans les finances des proprié­taires actuels.

Malheu­reu­se­ment la logique s’auto-entre­tient, augmen­tant le besoin d’aide et les prix. Il n’y a même pas forcé­ment de visée spécu­la­tive de l’es­sen­tiel des proprié­taires : Ceux qui n’ont qu’une seule propriété ont au mieux un jeu à somme nulle.

Cette hausse perma­nente ne sert que sont ceux qui sont déjà dans le système avec un parc impor­tant. Eux empochent au final toute la bulle immo­bi­lière, finan­cée entre autre par les aides publiques.

Il faut être clair qu’une baisse géné­ra­li­sée béné­fi­cie­rait à tous, y compris aux proprié­taires actuels. Certes ils vendraient moins cher en cas de départ, mais leur besoin de finan­ce­ment pour ache­ter le loge­ment suivant est aussi réduit d’au­tant. Tout au plus ils pour­ront avoir l’im­pres­sion d’avoir « payé cher pour rien », mais ils ne perdront pas de sous et ne seront pas dans une situa­tion plus néga­tive qu’ac­tuel­le­ment.

Achat, vente, et acces­sion à la propriété

Solu­tion simple : Taxer (plus) forte­ment les plus-values sur l’achat-revente, et encore plus forte­ment quand il ne s’agit pas d’un loge­ment prin­ci­pal. On peut même imagi­ner faire tempo­rai­re­ment des allè­ge­ments d’im­pôts sur les moins-values du loge­ment prin­ci­pal, pour encou­ra­ger les baisses tout en amor­tis­sant un peu l’im­pact sur les proprié­taires. Bien entendu cela demande d’ar­rê­ter en paral­lèle les aides à l’ac­ces­sion à la propriété, qu’elles soient à desti­na­tion des promo­teurs ou des ache­teurs, qu’elles soient directes, via des allè­ge­ment ou par d’autres moyens indi­rects.

Cela revient fina­le­ment à trans­fé­rer les aides à l’achat qui contri­buent à la hausse, dans des aides qui compensent et encou­ragent les baisses à la vente.

  1. Forte­ment taxer les plus-values sur les achats-ventes de loge­ment
  2. Réali­ser tempo­rai­re­ment des allè­ge­ments d’im­pôts en cas de moins-value
  3. Arrê­ter toutes les aides publiques à l’ac­ces­sion à la propriété

Prix des loca­tions

Une fois le système amorcé pour l’achat-vente, on pourra dimi­nuer les aides à la loca­tion en consé­quence (le loge­ment étant moins cher, la pres­sion retom­bant sur les loyers sera elle aussi plus faible, rendant moins néces­saires les aides).  Les seules aides perti­nentes qui n’en­cou­ragent pas la hausse des loyers ou du prix des surfaces, sont celles qui limitent le prix du loyer, comme les HLM.

Dans d’autres pays les loge­ments grand stan­ding sont parfois loués à prix plan­cher à des étudiants, qui en échangent en prennent grand soin. Ça coute moins cher que de ne pas louer, et le loge­ment est entre­tenu. C’est exac­te­ment l’ef­fet à recher­cher : que louer soit moins cher que de lais­ser vacant. Pour ça ce n’est pas une aide qu’il faut, sinon elle augmen­tera d’au­tant la renta­bi­lité, et donc les prix à l’achat-vente, mais bien une (forte) taxe aux surfaces vacante depuis plus de quelques mois. Je parle de surfaces pour inclure aussi les bureaux, sinon un effet pervers serait de rendre moins inté­res­sants la construc­tion de loge­ments et que les inves­tis­seurs se retournent vers la construc­tion exclu­sive de bureaux.

  1. Dimi­nuer les aides à la loca­tion jusqu’à extinc­tion
  2. Taxer forte­ment les surfaces vacantes
  3. Mettre en œuvre les réqui­si­tions de loge­ments vacants

Accès à la loca­tion

Les problèmes de loca­tion ne s’ar­rêtent pas au simple montant du loyer. Il faut à certains endroits plusieurs cautions person­nelles de proches ou amis, un revenu au moins équi­valent à quatre fois le loyer (fiches de paie à l’ap­pui), emploi CDI obli­ga­toire, histo­rique de des paie­ments sur les loca­tions précé­dentes (je vous assure, on le demande), quand ce n’est pas plus loin (copie des décla­ra­tions d’im­pôts du loca­taire ainsi que de toutes ses cautions).

J’au­rai envie d’en­ca­drer très plus stric­te­ment les pièces et les infor­ma­tions qu’on peut deman­der, ou non, dans un dossier. Je sais que forcé­ment les gens deman­de­ront quand même offi­cieu­se­ment, mais une vraie pres­sion et volonté poli­tique peuvent faire dégon­fler douce­ment les pratiques. Si les excès persistent, on peut aussi léga­le­ment auto­ri­ser le loca­taire à mentir et à produire de faux docu­ments (unique­ment à cet usage) à tout proprié­taire qui ferait des demandes illé­gales. Cela permet de ne pas jouer sur la répres­sion mais simple­ment de rendre caduques et inutiles toutes les demandes exces­sives.

Si cela peut vous sembler exagéré, pensez qu’une entre­prise clas­sique n’a, elle, pas toujours le droit de refu­ser une vente à un parti­cu­lier. Un maga­sin n’a pas le droit d’être réservé aux cadres mariés sans enfants. Sans en arri­ver à ce niveau là, il n’est pas forcé­ment légi­time ni bon pour notre société que le proprié­taire puisse aller aussi loin qu’il le souhaite dans la sélec­tion. C’est son bien, mais à partir du moment où il passe sur le marché de loca­tion public, il n’y a rien qui s’op­pose à respec­ter des règles de neutra­lité et de libre accès, au contraire.

  1. Enca­drer très forte­ment les pièces et infor­ma­tions que le proprié­taire peut deman­der au loca­taire

Garan­tie des proprié­taires

Restreindre la sélec­tion des loca­taires c’est aussi restreindre les possi­bi­li­tés de se prému­nir contre les impayés. Or s’il peut être légi­time de faci­li­ter l’ac­cès à la loca­tion et de rendre extrê­me­ment diffi­cile l’ex­pul­sion de loca­taires débi­teurs, le droit au loge­ment est à assu­rer par la société et l’état, pas à porter par un proprié­taire parti­cu­lier. C’est là qu’il faut inter­ve­nir.

Il doit exis­ter une procé­dure rapide et simple contre un loca­taire débi­teur. Cette procé­dure doit pouvoir mener soit vers un statu quo (si le proprié­taire a consciem­ment loué à quelqu’un qui n’avait pas les ressources), une expul­sion rapide et réel­le­ment mise en œuvre (proba­ble­ment essen­tiel­le­ment pour un loca­taire de mauvaise foi), ou vers une garan­tie de paie­ment de la part de l’état (qui assume alors son rôle de four­nir un loge­ment à tous).

Charge à l’état de se récu­pé­rer sa mise vers le loca­taire si c’est faisable plus tard, d’im­po­ser trans­fé­rer vers un autre loge­ment plus adapté si la situa­tion perdure, ou de finir par une expul­sion si cela se révèle vrai­ment le plus perti­nent. Dans tous les cas cela devient une affaire entre l’état et le loca­taire, dans laquelle le proprié­taire n’a plus part et plus d’in­té­rêt.

L’état devra certes finan­cer cette garan­tie mais le droit à loge­ment décent est bien une charge qui doit lui incom­ber à lui. Disons que je préfère finan­cer ça que la somme de toutes les aides à l’achat ou à la loca­tion. La taxe sur les loge­ments vacants peut aussi alimen­ter ce même fond de garan­tie. Enfin, pour ceux qui n’aiment pas la gestion publique, rien n’em­pêche d’en délé­guer la gestion à des pres­ta­taires privés comme le 1 % loge­ment.

  1. Faci­li­ter la réso­lu­tion des impayés par une garan­tie de l’état (ou une expul­sion rapide si c’est perti­nent)

Amélio­rer le loge­ment social et le loge­ment d’ur­gence

Quand je vois dans le projet socia­liste de monter à 25 % le loge­ment social, j’ai­me­rai juste qu’on arrive à respec­ter les 20 % partout. Cela implique de monter sérieu­se­ment le montant des amendes et de les faire appliquer partout plus stric­te­ment, et plus préci­sé­ment, quar­tier par quar­tier s’il le faut.

En réalité c’est encore plus fine­ment qu’il faudrait aller, en impo­sant à tout nouveau projet d’en­ver­gure suffi­sam­ment impor­tante d’in­clure direc­te­ment 20 % de loge­ment social. Si un immeuble ou un lotis­se­ment se monte, cela veut dire que 20 % de la surface doit être du loge­ment social. Sans excep­tion.

Il faut aussi mettre réel­le­ment en œuvre la capa­cité du préfet à prendre en main les choses quand la collec­ti­vité ne bouge pas ou pas assez vite. Il en a les moyens, il manque juste une volonté poli­tique.

Enfin, et je mets ça en rela­tion avec le point précé­dent, il doit être possible pour l’état de prendre d’of­fice un bail proposé au public (au prix proposé initia­le­ment par le proprié­taire, mais sans possi­bi­lité de refu­ser par ce dernier). Un bail proposé par une agence ou une annonce doit pouvoir être contracté par l’état en prio­rité. Charge à l’état d’y mettre ceux qui sont en urgence, et éven­tuel­le­ment de propo­ser un loyer plus faible (en payant la diffé­rence). Cela permet­trait de gérer en partie et tempo­rai­re­ment les besoins d’ur­gence. Je ne parle en réalité pas de pouvoir le faire, mais de le faire effec­ti­ve­ment.

  1. Augmen­ter les amendes pour faire respec­ter le 20 % social, en étant plus strict
  2. Impo­ser 20 % de loge­ment social dans tout nouveau projet suffi­sam­ment impor­tant
  3. Réel­le­ment mettre en œuvre les moyens qu’a le préfet pour impo­ser du loge­ment social aux collec­ti­vi­tés qui ne bougent pas
  4. Louer du parc privé au nom de l’état pour y héber­ger les gens en ayant besoin
Catégories
Sécurité informatique

Authen­ti­fi­ca­tion forte

Une authen­ti­fi­ca­tion par mot de passe sur le web est vite problé­ma­tique. Avec la multi­pli­ca­tion des sites web, chacun avec son compte, on a vite fait d’uti­li­ser le même mot de passe pour un même type de site, voire le même mot de passe partout. Tôt où tard on finit par s’au­then­ti­fier sur une machine publique, chez un voisin, sur un wifi public, ou alors un des services finit par avoir une faille de sécu­rité, voire quelqu’un a posé un spyware sur notre machine habi­tuelle.

Problé­ma­tique simple : Je veux que personne ne puisse s’au­then­ti­fier sur mes comptes frau­du­leu­se­ment, et le mot de passe n’est pas la solu­tion.

Mots de passes uniques

Pallia­tif simple : Je génère un mot de passe par site. Je l’ai fait un temps, mais on atteint vite les limite de ce qu’on peut rete­nir de tête, même en utili­sant une astuce pour déter­mi­ner le mot de passe en fonc­tion du site (genre faire chan­ger une partie du mot de passe en fonc­tion du site). Au final la faci­lité reprend le dessus et on utilise trop souvent le même, ou des trop proches.

C’est encore plus vrai pour les mots de passe « sensibles » (comptes mails prin­ci­paux, machines perso, machine pro) où le mot de passe devrait être complexe, diffé­rent à chaque fois, et renou­velé au mini­mum à chaque chan­ge­ment de société ou de pres­ta­taire. Jusqu’à quatre mots de passe forts c’est encore gérable, après ça devient ingé­rable, surtout si certains sont peu utili­sés (donc vite oubliés).

Géné­ra­teurs auto­ma­tiques de mots de passe

Dans la même lignée on peut utili­ser un système auto­ma­tique pour géné­rer un mot de passe à partir du nom ou de l’URL du service, ou aléa­toi­re­ment en tenant à jour une liste de mots de passe. C’est mieux, mais on reste dépen­dant de cet algo­rithme. Si je suis à l’ex­té­rieur, je risque de ne plus y avoir accès. Ensuite ça ne pallie qu’une partie du problème : ça n’em­pêche pas le mot de passe de se diffu­ser, et d’être utilisé frau­du­leu­se­ment par un tiers. Ça limite juste les dégâts si c’est le service tiers qui a un problème de sécu­rité.

OpenID

OpenID c’est une manière de résoudre le problème par l’autre bout. On centra­lise la gestion de l’au­then­ti­fi­ca­tion sur un seul site, et tous peuvent ensuite y faire appel. Du coup je n’ai aucun seul mot de passe à rete­nir : celui de mon compte openid. Je peux faire en sorte qu’il soit complexe, trans­mis sur une connexion sécu­ri­sée, et je ne crains pas les failles appli­ca­tives des services tiers.

Ça résout certaines ques­tions, mais en pose d’autres : Comment est-ce que je m’au­then­ti­fie sur le serveur OpenId ? si c’est un mot de passe alors j’ai un risque d’au­tant plus grand s’il est décou­vert. Tous mes services en dépendent.

RSA SecurID

SecurID c’est le système clas­sique en entre­prise. On vous donne une sorte de porte clef person­nel qui génère un mot de passe unique toutes les 15 secondes. Natu­rel­le­ment chaque porte clef est initia­lisé diffé­rem­ment donc seul le votre donne accès à votre compte. Le mot de passe est à usage unique, et tota­le­ment sans inté­rêt passé une minute. Les risques d’ac­cès frau­du­leux sont donc forte­ment limi­tés.

Malheu­reu­se­ment ça ne semble pas vrai­ment conve­nir à un usage person­nel courant. Tout d’abord je n’ai qu’un seul support physique, et aucun accès de secours. Si je perds mon accès, je dois me repo­ser sur un admi­nis­tra­teur tiers qui me redonne un nouveau support et le lie à mon compte.

En vacances, ou simple­ment si je n’ai pas ma veste avec moi, il peut arri­ver que je n’ai pas mon support. Sous réserve que je consi­dère mon accès comme « sans risques » je souhaite pouvoir passer sans le jeton d’au­then­ti­fi­ca­tion forte. Là je n’avais pas ce choix.

Ensuite le jeton repose sur un système de clefs et de secrets qui est détenu par Veri­sign. C’est un point qui est sensible pour moi, d’au­tant qu’il y a eu une faille chez eux récem­ment et qu’on se demande si les secrets n’ont pas été divul­gués. Un système open source sans serveur tiers me semble indis­pen­sable.

Enfin, pour éviter qu’il suffise de voler le porte clef plas­tique pour avoir accès à mon compte, je devais ajou­ter un PIN de quatre chiffres. Ce qui m’étonne c’est que ce PIN n’est pas à saisir sur le porte clef, mais à côté du jeton d’au­then­ti­fi­ca­tion, dans le formu­laire web. Quiconque regarde mon clavier, écoute sur le réseau, ou a réussi à poser un spyware sur ma machine connai­tra ce PIN. Bref, il n’est pas si secret que ça.

Pour ma société, voire pour l’ac­cès à mon compte en banque (et encore), pourquoi pas. Pour le reste, bof bof.

Google 2 steps veri­fi­ca­tion

Le système Google est pour moi un peu plus souple déjà. Il utilise une appli­ca­tion sur mon smart­phone et pas un porte clef tiers mais le système semble simi­laire. Ca n’a l’air de rien mais le télé­phone a beau­coup plus de chances d’être avec moi. Il inter­vient après l’au­then­ti­fi­ca­tion par mot de passe (d’où le nom de « deux étapes ») et on peut forcer la seconde étape à ne pas être rede­man­dée à chaque fois pour la même machine qu’on sait « sûre ».

Pour autant je ne suis pas toujours avec mon télé­phone, et il peut tomber hors batte­rie. Dans ces condi­tions, et si j’ai confiance dans le poste et la connexion sur lesquels je suis, j’au­rai aimé pouvoir saisir un mot de passe spéci­fique qui zappe l’au­then­ti­fi­ca­tion forte. Ça fonc­tionne tant que c’est excep­tion­nel mais Google ne me le propose pas. Google me propose par contre de géné­rer une série de mots de passe à usage unique. Malheu­reu­se­ment l’usage unique est poten­tiel­le­ment gênant et surtout ça implique de les noter quelque part, avec le risque de les perdre ou de se les faire voler. Bref, on peut mieux faire même si j’ap­pré­cie l’in­ten­tion.

Pour ne pas risquer de perdre des accès et comme il n’y a pas d’ad­mi­nis­tra­teur humain tiers, je peux propo­ser à Google un second numéro de télé­phone qui sert en backup, si jamais je perds le premier. Là aussi c’est posi­tif. Main­te­nant person­nel­le­ment j’ai un télé­phone perso, un de boulot, je risque parfois d’avoir l’un et pas l’autre. J’au­rai aimé auto­ri­ser les deux à me servir pour l’au­then­ti­fi­ca­tion forte et ce n’est pas proposé.

Point posi­tif, google garde une compa­ti­bi­lité avec toutes les appli­ca­tions qui conti­nuent à utili­ser un simple mot de passe comme inter­face. Je peux faire géné­rer autant de mot de passe que je veux (ils sont longs et complexes) et les affec­ter à des appli­ca­tions. J’ai ensuite la liste des appli­ca­tions dans mon inter­face d’ad­mi­nis­tra­tion et je peux en ajou­ter ou en reti­rer à la volée. Le résul­tat c’est que je peux vali­der ou refu­ser chaque appli­ca­tion indé­pen­dam­ment, sans secret partagé entre toutes.

Côté sécu­rité, rien ne m’in­dique qu’il est impos­sible de copier le logi­ciel présent sur mon télé­phone portable (ou les mots de passe à usage unique que j’ai en backup) et l’uti­li­ser sans que je ne le sache. Tech­nique­ment ça ne prend pas long­temps pour quelqu’un qui a accès à mon télé­phone, 10 minutes au plus. J’au­rai aimé un système qui détecte que deux télé­phones distincts utilisent la même clef et me l’in­dique. Si c’est présent Google n’en parle pas.

Enfin, tout ça est « google-only ». Je peux certes utili­ser google en openid, mais ça reste centra­lisé. J’au­rai aimé quelque chose d’uti­li­sable partout, y compris sur mes serveurs.

Clefs SSH

En rédi­geant tout ça je me suis rendu compte que j’uti­li­sais déjà un système assez ressem­blant : les clefs SSH. Pour me connec­ter à mes serveurs j’uti­lise des clefs privées. J’ai une clef par source, toutes diffé­rentes. Je peux auto­ri­ser faci­le­ment une nouvelle source, ou en griller une exis­tante, sans mettre à jour. J’ai aussi un mot de passe de secours que je peux utili­ser quand je suis à l’ex­té­rieur.

Malheu­reu­se­ment là c’est unique­ment pour ssh, et mes authen­ti­fi­ca­tions se font à 90% sur des formu­laires web. Ca demande aussi d’avoir ses clefs ssh sur soi, or le scéna­rio d’au­then­ti­fi­ca­tion forte est surtout utile juste­ment quand je suis ailleurs que chez moi, ou avec une machine qui n’est pas une machine de confiance.

Je n’ai non plus aucun système qui m’as­sure que ma clef n’a pas été copiée et utili­sée par un tiers.

Et vous ? Qu’a­vez-vous pour vos authen­ti­fi­ca­tions fortes ?

En regar­dant j’ai­me­rai :

  • Authen­ti­fi­ca­tion par un système de clefs privée/publique géré par une appli sur mon télé­phone portable
    • Possi­bi­lité de gérer une liste de clefs auto­ri­sées (une par télé­phone portable) pour ajou­ter/reti­rer faci­le­ment un accès
    • Le jeton renvoyé par le télé­phone est obtenu par une combi­nai­son d’un mot de passe ou PIN et de la clef (il faut les deux, et donc le mot de passe n’est pas saisit sur le PC public mais sur mon propre télé­phone)
    • Un système de numéro incré­men­tal est asso­cié au jeton d’ac­cès afin de repé­rer si un tiers utilise une de mes clefs après l’avoir copiée (si le numéro est égal ou plus faible que la dernière fois le serveur refuse l’ac­cès, je saurai donc que quelqu’un utilise ma clef ailleurs et je pour­rai la suppri­mer des auto­ri­sa­tions)
  • Authen­ti­fi­ca­tion alter­na­tive par un mot de passe que je choi­sis moi, pour quand je n’ai pas mes télé­phones et que je suis prêt à prendre le risque
  • Authen­ti­fi­ca­tion alter­na­tive par mot de passe pour les API, logi­ciels, etc. (mot de passe généré, long/complexe)
    • Possi­bi­lité de gérer une liste de mots de passe auto­ri­sés (un par appli­ca­tion/API) pour ajou­ter/reti­rer faci­le­ment un accès
Catégories
Droit d'auteur Geek Vie personnelle

Ache­ter de la musique déma­té­ria­li­sée, j’ai testé

Non mais vous rigo­lez ?

J’écoute person­nel­le­ment peu de musique. Les débats radi­caux sur la contre­façon musi­cale m’étaient un peu étran­gers et je ne regar­dais la ques­tion que sous l’angle des effets de bord induits par la lutte anti-pira­ta­ge… jusqu’à main­te­nant.

Aujourd’­hui nous avons voulu ache­ter un vieil album de musique plus à la mode. Avec un léger doute en nous connec­tant nous l’avons tout de même trouvé rapi­de­ment. Voilà le résul­tat de notre expé­rience. Ceci n’est pas une fiction.

C’est le bordel

FNAC. C’est là que nous sommes allés en premier. Quand on recherche on trouve plusieurs fois l’al­bum. Le prix est diffé­rent, l’un est aussi acces­sible en mp3 l’autre non. Le prix varie du simple au triple. Je comprends l’idée d’agré­ger plusieurs commerçants sur la même plate­forme mais là c’est fran­che­ment malvenu comme résul­tat. Ne propo­ser qu’une fois l’al­bum avec ensuite la liste de marchands serait plus natu­rel.

Bon, on clique sur le seul acces­sible en mp3. C’est le lien « offi­ciel », celui vendu par la FNAC elle-même. Sur la page de l’al­bum on nous propose le disque physique ou la version télé­char­geable. Très bien.

Ça coute moins cher mais vous l’ache­tez plus cher

Ah non, pas très bien en fait ! Ils nous font une bonne blague. La version déma­té­ria­li­sée, qui ne demande pas de stock et de trans­port, elle n’est pas au prix initia­le­ment affi­ché. On voit dans la page de l’al­bum qu’elle est un tiers plus cher. Oui, vous avez bien lu, le déma­té­ria­lisé coute quand même un tiers de plus que le support physique.

De qui se moque-t-on ? Indé­pen­dam­ment du prix lui-même, impos­sible de caution­ner un délire pareil. Nous partons ailleurs.

C’est *vrai­ment* le bordel

Amazon. On recom­mence là bas. Recherche de l’al­bum. Là ce n’est pas deux ou trois résul­tats mais plus d’une tren­taine, pour le même album (même pochette). Et je prends lequel moi ? Là aussi ça doit venir de plusieurs commerçants mais le nom du commerçant n’est pas expli­cité donc c’est vrai­ment du clic au hasard.

On ne peut même pas dire qu’on va prendre le moins cher, les prix sont stan­dar­di­sés. Sauf excep­tion c’est 0,99 € le titre et 9,99 € l’al­bum. La concur­rence n’existe pas, il y a visi­ble­ment un accord de groupe.

Seul le premier item, acces­sible avec et sans support physique, est un peu moins chère. Il se révèle que c’est l’item d’Ama­zon lui-même, les autres sont des parte­naires là juste pour la forme (et perdre le client).

Quand il y en a moins ça coute plus cher

En filtrant seule­ment ceux acces­sibles en mp3 on se rend compte, magie de l’in­ter­net que la version avec des pistes bonus est moins chère que la version nue. Je crois qu’on va prendre la version enri­chie de bonus alors. Bon, en même temps les bonus ne sont que deux remix. S’il faut se les farcir pour payer moins cher, j’ef­fa­ce­rai moi-même les deux fichiers mp3 ensuite.

Cette version avec bonus est au même prix que l’al­bum physique, qui elle a toujours eu les soit-disants « bonus » même si ce n’est pas indiqué. Comprendre : la version nue mp3 est plus chère parce qu’ils ont retiré des pistes présentes dans l’al­bum initial. C’est magique Inter­net non ?

Ça coute moins cher, alors on va quand même le faire payer plus

Soyons rede­vables à Amazon. Eux, à contenu égal, ne facturent pas plus cher pour la version sans support physique.

Pour­tant à y regar­der de plus près on peut quand même si dire qu’on paye encore plus cher le mp3 que le disque, alors que ce dernier a un stock et un objet à produire.

Amazon offre en effet gratui­te­ment la livrai­son express en moins de 24h quand on prend le CD physique. Hors Amazon Premium c’est un service qu’ils vendent entre 8 et 10 €. Au final on achète surtout la livrai­son. Le prix réel du CD est très faible, proba­ble­ment à peine la moitié de ce qui est affi­ché.

Sur la version déma­té­ria­li­sée il y a aussi un coût de mise en télé­char­ge­ment mais ce coût pour à peine 100 Mo est ridi­cule par rapport à un coût de livrai­son express.

Le résul­tat, c’est que si met de côté la livrai­son qui est un service inutile lors du mp3, on paye la musique bien moins chère sur CD que sur mp3, quasi­ment moitié moins.

Avez-vous le logi­ciel super indis­pen­sable mais inutile ?

Soyons fous, on va payer le même prix qu’a­vec support physique. On aura le support physique en moins, des fichiers de moins bonne qualité que ce qu’on aurait extrait nous, mais au moins ça va être simple et rapide. On est dimanche, le confort se monnaye, on achète.

Aie, Amazon impose le télé­char­ge­ment d’un logi­ciel Windows pour télé­char­ger la douzaine de fichiers mp3. C’est quand même étrange qu’ils ne soient pas capables de nous les propo­ser direc­te­ment dans le navi­ga­teur ou via une simple archive zip.

On télé­charge, ça remet le panier à zéro, on ne sait pas pourquoi. C’est juste agaçant. On ajoute de nouveau au panier, on n’a pas fait tout ce chemin juste pour rien quand même. On achète, soyons fous.

Oui, mais au moins c’est plus rapide et plus pratique avecle logi­ciel (ben tiens…)

Le logi­ciel est-il vrai­ment fait pour nous simpli­fier la vie ? À l’achat le navi­ga­teur télé­charge auto­ma­tique­ment un petit fichier avec une exten­sion bizarre et voilà. Oui, nous travaillons ou avons travaillé tous les deux dans le web mais il a fallu véri­fié dans nos mails et reve­nir lire la page de confir­ma­tion du site d’Ama­zon pour nous rendre compte qu’il avait télé­chargé ce petit fichier et qu’il fallait le lancer à l’aide du super outil de télé­char­ge­ment installé aupa­ra­vant. C’est peut être que c’est dimanche, mais je ne peux pas croire qu’on vient de simpli­fier la vie du client.

Télé­char­geons alors. Au bout de 35 minutes le télé­char­ge­ment en est à un tiers. Aux deux tiers le logi­ciel semblait bloqué, il a fallu lui dire d’ar­rê­ter puis reprendre les télé­char­ge­ments pour qu’il veuille bien conti­nuer. J’ai télé­chargé des DVD complets de distri­bu­tion linux plus vite que ça. Voilà pour les côtés pratiques et rapides.

Factuel­le­ment j’au­rai plus vite fait de faire 30 minutes de métro pour aller à la FNAC des Champs Élysées ouverte le dimanche, cher­cher le CD, faire la queue pour payer, reve­nir et extraire les pistes audio en mp3. Je ne parle même pas de l’idée d’al­ler trou­ver une version pira­tée sur Inter­net.

Oui, mais au moins c’est mieux fait qu’à la maison

Il faut quand même poin­ter le posi­tif. Cette fois ci on a des fichiers globa­le­ment de bonne qualité, avec l’illus­tra­tion inté­grée dans les pistes, et les méta-données prin­ci­pales déjà rensei­gnées.

Pas de quoi pavoi­ser tout de même : Pour des versions four­nies par la maison de disque ils auraient pu faire l’ef­fort de mettre la date de la piste et non la date de l’al­bum, de rensei­gner aussi le compo­si­teur et les autres méta-données de détail, mais c’est déjà ça.

Ouvrir une offre légale

Nous sommes dans la mauvaise blague depuis le début. Il a fallu presque deux heures, une expé­rience désas­treuse et un prix injus­ti­fié pour télé­char­ger un pauvre album léga­le­ment.

Sérieu­se­ment, ce qui pose problème ce n’est pas tant la dispo­ni­bi­lité de l’offre légale ou la volonté de payer, c’est vrai­ment la façon dont toute l’in­dus­trie musi­cale aborde le déma­té­ria­lisé.

Devoir subit un parcours du combat­tant, utili­ser un logi­ciel spécial, payer plus cher qu’un CD et mettre plus d’une heure trente pour télé­char­ger un pauvre album, je n’en reviens pas. Dire qu’on subven­tionne de façon déli­rante tous les acteurs de ce cirque qui osent après consi­dé­rer que c’est la faute des méchants pirates si leur offre légale fonc­tionne mal…

Catégories
Politique et société

Avoir des valeurs est devenu une tare

Je suis impres­sionné par le cynisme et l’ac­cep­ta­tion de certains auteurs de blogs poli­tiques.  Ce n’est pas tant qu’ils analysent tout sous l’angle d’am­bi­tions person­nelles  ou d’in­té­rêts de groupe, c’est que non seule­ment ils trouvent cela normal mais en plus ils consi­dèrent comme tota­le­ment irréa­liste voire néga­tif l’idée de remettre en cause ces atti­tudes.

Les exigences morales, les prin­cipes, les valeurs semblent avoir dispa­rus. Du moins c’est ainsi que je le ressens. Je ne parle pas des exigences d’un ou deux poli­tiques qui touchent à des choses pas nettes, mais des exigences de la société face à sa repré­sen­ta­tion, ses élus, ses règles, et son fonc­tion­ne­ment.

Pouah ! un puriste

Tout ceci n’est que pure subjec­ti­vité, et d’autres y verront du réalisme ou du prag­ma­tisme. Pour autant il y a de bons symp­tômes de ces ques­tions, et ça ne date pas d’hier :

Idéa­liste et puriste sont presque deve­nus des insultes, c’est un moyen certain de dimi­nuer la consi­dé­ra­tion des tiers. « idéal » et « pur » sont pour­tant des racines indé­nia­ble­ment posi­tives.

Notre société a pour­tant un tel niveau de renon­ce­ment et de compro­mis­sion qu’on rejette ceux qui ont foi dans leur idéal et s’ef­forcent de s’y confor­mer, un peu comme pour se prou­ver que c’est impos­sible ou pour éviter de se sentir insulté en conten­tant de moins. Le sens posi­tif de l’idéa­liste, qui pour­tant ne démontre qu’une notion d’ef­fort dans un objec­tif et pas un refus des réali­tés, a laissé tota­le­ment place à au sens mino­ri­taire péjo­ra­tif qui montre une oppo­si­tion à la réalité.

Ne l’écou­tons pas, ce n’est qu’i­déo­lo­gie

Ce vire­ment est encore plus facile à voir avec la notion d’idéo­lo­gie. L’idéo­lo­gie c’est une vision ou un ensemble d’idées qui inspire ou qui fonde un mouve­ment intel­lec­tuel, un groupe social ou une action poli­tique. Tout cela a l’air posi­tif sur le prin­cipe, c’est ainsi que se fonde une société : sur des idées et les mouve­ments qu’elles entraînent. Mais qui aujourd’­hui entend idéo­lo­gie dans un sens posi­tif ? Il est employé par les poli­tiques eux-mêmes, eux qui pour­tant sont l’illus­tra­tion directe de l’idéo­lo­gie, pour décrire des gens qui spéculent et qui n’ont pas prise avec la réalité.

C’est dans la notion d’in­té­grisme que ce détour­ne­ment des termes me fait le plus mal. Le terme est récent, sa créa­tion date du XXème siècle. À partir d’une racine des plus posi­tives, on invente un sens exécrable, celui qui refuse toute évolu­tion. Le fait de souhai­ter rester intègre s’est plus ou moins assi­milé à cette notion d’in­té­grisme, de par la proxi­mité des termes.

Cela se traduit d’ailleurs dans les faits. De plus en plus, refu­ser de renier ses prin­cipes est critiqué comme un refus d’évo­lu­tion et un rejet par prin­cipe de toute idée diver­gente : « si vous consi­dé­rez ma propo­si­tion comme inac­cep­table c’est que vous êtes contre le chan­ge­ment ».

Qu’a­vons-nous perdu ?

J’exècre ceux qui ont fait glissé ces termes vers des sens néga­tifs, ou qui ont réuti­lisé des racines si pures pour y donner des sens dépré­cia­tifs. Mais tout ceci n’est fina­le­ment que le reflet d’une évolu­tion de la société. Croire à des valeurs est vu comme néga­tif, tenter de les respec­ter est vécu comme un rejet du reste du monde.  À tout moment celui qui vous propose d’y renon­cer trou­vera inac­cep­table que comme compro­mis vous n’ac­cep­tiez pas d’y renon­cer à moitié, en coupant la poire en deux.

Fina­le­ment si on n’est pas prêt à faire l’inac­cep­table plei­ne­ment, peut être devrions-nous être prêts à le faire à moitié. Telle est du moins la pres­sion que je ressens autour de moi, mais encore plus quand je regarde les débats publics.

Purisme, idéa­lisme, idéo­lo­gie, tout ça est fonciè­re­ment posi­tif, refu­sons d’en caution­ner ce glis­se­ment de sens. Sur ce point j’ai envie d’être intègre. Oui, inté­griste, mais dans un sens posi­tif.

Catégories
Politique et société

Indé­cence des faits divers

Indé­cent !

Mais au fait, pourquoi est-ce indé­cent d’abor­der sous l’angle poli­tique les faits divers récents ou en cours ?

Le respect des victimes ne passe certai­ne­ment pas par l’ou­bli du fait divers. Au contraire, pouvoir en parler, évaluer les choix faits, discu­ter des solu­tions poten­tielles, c’est le mini­mum qu’on puisse faire.

Est-ce alors indé­cent de le faire sur le vif au lieu d’at­tendre ? Peut être n’est-ce pas déli­cat, mais notre société est obèse d’in­for­ma­tion et oublie aussi vite qu’un pois­son rouge lobo­to­misé ayant pris un coup sur la tête. Dans ce contexte, profi­ter de l’ac­tua­lité et de la média­ti­sa­tion est quasi­ment la seule manière de faire avan­cer le sujet.

Alors, indé­cent ? je ne vois toujours pas en quoi.

L’in­dé­cence vient parfois ensuite. Explo­rer un sujet lié à l’ac­tua­lité est une chose. S’en servir pour des fins tierces en est une autre. Avoir une réac­tion dispro­por­tion­née, popu­liste et sans recul est effec­ti­ve­ment ce qui menace le plus la décence.

Ne nous trom­pons pas de problème en voulant taire un débat ou une ques­tion qui juste­ment est perti­nente. Assu­rons-nous seule­ment de trai­ter cette ques­tion avec tout le sérieux néces­saire, sans effet d’an­nonce stupide qui ferait plus de mal que de bien, mais sans rejet par prin­cipe non plus.

Catégories
Métiers du web Vie professionnelle

N’éco­no­mi­sez pas sur votre maté­riel infor­ma­tique profes­sion­nel

Choi­sis ce que tu veux

J’ai inté­gré une nouvelle société il y a peu. Première surprise, on m’a demandé avant que j’ar­rive ce que je voulais comme poste infor­ma­tique. Agréable. Mieux : On m’a simple­ment dit d’al­ler prendre ce qui me corres­pon­dait sur les sites de Dell ou d’Apple. Pas de choix prééta­bli ou de guide sur le budget.

Avec un cahier des charges aussi inexis­tant le moindre DAF risque­rait une attaque cardiaque. L’es­sen­tiel des effec­tifs peut faci­le­ment se faire coller l’étiquette « geek », c’est un coup à dépen­ser 3 000 euros par poste ça.

Qu’est-ce qui peut bien pous­ser une société à lâcher la bride ainsi à ses infor­ma­ti­ciens ?

Que ceux qui n’ont jamais pesté devant leur machine qui ne réagit pas assez vite lèvent la main !

À mon arri­vée à Yahoo! j’avais eu pendant un moment un vieux Dell qui avait 10 minutes de batte­rie (montre en main) et 8 minutes pour démar­rer. Je n’avais pas le temps de lancer un logi­ciel qu’il s’ar­rê­tait. Chan­ger la batte­rie ? ah non, pas avant les trois ans d’amor­tis­se­ment. Résul­tat : une horreur pendant les réunions.

Plus récem­ment à mon précé­dent poste j’ai béné­fi­cié d’un Dell Lati­tude E5510 tout neuf. Proces­seur Intel i3 dual core à 2,4 Ghz et 4 Go de mémoire, sur le papier c’est même surdi­men­sionné pour quelqu’un qui fait un peu de code et majo­ri­tai­re­ment de la bureau­tique. Pour­tant, que ce soit l’anti-virus ou le maté­riel, il me fallait presque 10 minutes pour démar­rer la machine, plus d’une minute pour avoir accès à MS Word ou Fire­fox après les avoir lancé, et le wifi mettait du temps à accro­cher.

Je ne prends même pas en compte toutes les fois où j’ai du noter sur papier et ressai­sir à cause d’une mauvaise batte­rie et d’un manque de prises en salle de réunion, vous ne croi­riez pas le temps perdu ainsi cumulé.

La renta­bi­lité comme seul objec­tif

Depuis une semaine c’est une joie. J’ouvre le portable et je peux commen­cer à frap­per au clavier. Pas de minute d’at­tente, pas même 30 secondes. Je clique sur l’icône de MS Word et je peux taper immé­dia­te­ment. Je dis bien immé­dia­te­ment. J’ai véri­fié si c’était une impres­sion ou si c’était objec­tif. J’ai cliqué et tapé immé­dia­te­ment.  La batte­rie je n’en parle même pas, je pour­rai tenir la jour­née dessus sans rechar­ger. Quant au wifi, c’est en rédi­geant ce billet que je me suis rendu compte que je n’ai jamais fait atten­tion à savoir si le wifi était en recherche ou connecté : j’étais en ligne dès l’ou­ver­ture du capot, ou du moins je n’ai jamais ressenti le délai.

En ce moment je fais des entre­tiens auprès de mes clients. Deux entre­tiens par jour, c’est un démar­rage à froid et trois reprises à chaud. Entre le wifi, la sortie de veille, le lance­ment des logi­ciels et la réac­ti­vité géné­rale, je gagne un grand mini­mum de 3 minutes à chaque fois, le double pour le démar­rage à froid, soit 15 minutes par jour.

Comp­tez vous-mêmes, j’ai renta­bi­lisé une jour­née de travail à peu près tous les deux mois. 15 minutes ça peut sembler exagéré, on ne se rend pas toujours compte de tous ces petits temps d’at­tente, on met instinc­ti­ve­ment en place des contour­ne­ments (le café après avoir allumé la machine, la présen­ta­tion avec le client le temps que MS Office se lance) … jusqu’au jour où on n’en n’a plus besoin et qu’on devient vrai­ment effi­cace.

N’éco­no­mi­sez pas sur l’ou­til de travail

Le « choi­sis ce que tu veux » est très diffi­cile pour moi. Ça veut dire que c’est à moi de défi­nir les limites de ce qui est accep­table ou rentable. Mes expé­riences passées m’in­ci­taient d’un côté à ne surtout pas rogner trop, mais de l’autre à croire que je risquais de me faire remarquer par une facture refu­sée avant même de faire mon premier jour.

Heureu­se­ment un futur collègue m’a incité à ne pas faire l’éco­no­mie d’un poste de travail et m’a rappelé que le coût était quand même ridi­cule au final pour du profes­sion­nel.

Résul­tat : Je me suis lâché. Raison­na­ble­ment, mais mon poste a proba­ble­ment coûté quatre fois plus que celui que m’avait alloué mon précé­dent employeur.

Le montant repré­sente tout de même moins de trois jours de factu­ra­tion client. La diffé­rence avec un poste milieu de gamme sera amor­tie en moins de six mois sur la base des calculs plus haut. Avec un renou­vel­le­ment tous les trois ans, mon employeur précé­dent aurait fait une écono­mie de 15 jours de factu­ra­tion en faisait le même choix.

Tout n’est pas chif­frable

Mais le gain réel n’est même pas là. Le gain c’est par exemple que j’ai envie de travailler, que j’ai une impres­sion de confiance et d’ef­fi­ca­cité indé­niable pour commen­cer dans mes nouvelles affec­ta­tions. Je commence motivé et non frus­tré.

Pour savoir combien cette frus­tra­tion peut tuer toute moti­va­tion sur le long terme au fur et à mesure des embê­te­ments et des mauvaises expé­riences, le retour sur inves­tis­se­ment chif­fré plus haut est tota­le­ment négli­geable. La vraie valeur ajou­tée elle ne se chiffre pas, mais c’est elle la plus impor­tante : je suis effi­cace est motivé.

Faites tour­ner ce retour à votre service infor­ma­tique le jour où on vous annonce que fran­che­ment votre poste coûte déjà assez cher comme ça et que ce que vous deman­dez n’est pas vrai­ment indis­pen­sable, qu’on peut très bien faire sans.

Photo d’en­tête sous licence CC BY-NC-ND par Kmeron

Catégories
Politique et société Vie personnelle

Modem, Club DSK, et détour­ne­ments de données person­nelles

Il y a quelques temps j’avais adhéré au MoDem, prin­ci­pa­le­ment par convic­tion qu’un parti centriste indé­pen­dant du PS et de l’UMP était néces­saire à la vie poli­tique française, et que les posi­tions du parti sur la démo­cra­tie avaient du sens à mes yeux.

Je n’ai pas parti­cipé, à aucun moment. Je tiens à le préci­ser parce que ça explique que mon e-mail n’a à aucun moment pu être reçu à des fins poli­tiques dans le parti ou à desti­na­tion de personnes en parti­cu­lier en dehors de mon adhé­sion. En fait j’ai vu la commu­ni­ca­tion externe du parti perdre en perti­nence jour après jour, et mon inté­rêt dimi­nuer d’au­tant. Je n’ai pas renou­velé mon adhé­sion. J’ai parfois encore des e-mails venant de listings MODEM. Ils sont rares, aussi je ne m’en offusque pas.

Détour­ne­ment

Il y a quelques jours je vois tout de même appa­raitre un e-mail (en fait deux) d’An­to­nio Duarte, ancien membre du MoDem, ancien vice-président de son antenne pari­sienne. Ce dernier écrit pour consti­tuer un mouve­ment de soutien à Domi­nique Strauss-Kahn, le Club DSK 75.

Là j’ai du mal à comprendre comment et pourquoi on utilise mes coor­don­nées, visi­ble­ment en prove­nance des listings internes du MoDem, pour un autre mouve­ment, par quelqu’un qui a quitté le parti. Bien entendu il n’y a aucun lien de désins­crip­tion ni aucune infor­ma­tion sur comment exer­cer mes droits d’ac­cès à mes données person­nelles, et aucune réponse à mes inter­ro­ga­tions par retour de mail.

Visi­ble­ment la base de données des membres a été détour­née pour un usage person­nel par quelqu’un qui en avait la respon­sa­bi­lité et a aban­donné depuis ses fonc­tions. Je serai étonné que cela ne tombe pas sous le coup de l’abus de confiance, toute propor­tions gardées. Même en dehors de ça, il y a proba­ble­ment un problème avec le droit des bases de données (copie de la base des membres), la cnil (fichier de données person­nelles consti­tué sans mon accord à cet usage), et la loi infor­ma­tique et liber­tés (aucun moyen d’exer­cer mes droits).

Il serait tota­le­ment hors de propos de consi­dé­rer que l’e-mail que j’ai laissé dans le cadre du MoDem implique un accord pour une utili­sa­tion en dehors de la struc­ture, et encore moins pour une acti­vité poli­tique diver­gente. Je n’ai donné mon accord ni pour une telle diffu­sion, ni pour une telle utili­sa­tion, et en France mon accord doit être obtenu au préa­lable.

Mais surtout ce n’est pas la première fois. En juillet dernier c’était Chris­telle De Cremiers, elle aussi ancienne vice-prési­dente de l’an­tenne pari­sienne, qui utili­sait elle aussi mes données person­nelles après son départ, avec les mêmes problèmes. Là j’avais eu une réponse, mais clai­re­ment non satis­fai­sante.

Absence de réponses

Je trouve cela des plus sensibles non seule­ment parce que le non-respect de la loi me parait incom­pa­tible avec cette volonté de repré­sen­ta­tion poli­tique et d’en­ga­ge­ment public, mais aussi parce que la présence sur ces listes reflète des opinions et des enga­ge­ments privés qui n’ont rien à faire hors de ces struc­tures, leur détour­ne­ment est très dange­reux.

Malheu­reu­se­ment je n’ai pas non plus de réponse de l’an­tenne pari­sienne concer­nant l’usage des fichiers, leur poli­tique d’uti­li­sa­tion, la sécu­ri­sa­tion des listes, et ce qu’ils comptent faire pour éviter que cela ne se repro­duise une troi­sième fois. Quand au natio­nal, je n’ai aucune adresse e-mail qui me réponde et le twit­ter me propose d’en­voyer mes ques­tions, sans y répondre.

mise à jour : J’ai eu rapi­de­ment depuis un respon­sable MoDem au télé­phone. Quelqu’un de très clair et qui comprend le problème. Il déplore ce qu’il s’est passé, me garan­tit qu’ils feront une piqure de rappel mais qu’ils font déjà signer aux respon­sables des antennes locales une clause de confi­den­tia­lité et de respon­sa­bi­lité concer­nant les fichiers d’email.
Il ajoute qu’il ne peut malheu­reu­se­ment pas contrô­ler le mauvais usage de la part de gens qui ont eu accès à ces fichiers par le passé. N’étant pas eux même victimes du SPAM ils m’in­citent à donner suite à la CNIL mais ne peuvent rien faire eux-même (ce en quoi je ne suis pas d’ac­cord vu qu’il y a utili­sa­tion de leurs données internes et peut être abus de confiance, mais j’avoue que c’est « juste un spam » donc je ne m’at­tends pas à ce qu’ils coulent le parti pour ça non plus).
Il semble que j’au­rai pu avoir une réponse par télé­phone au numéro natio­nal. J’avoue ne pas avoir essayé, trop habi­tué aux stan­dards inter­mi­nables et aux pratiques élec­tro­niques. Il y aurait eu malheu­reu­se­ment au même moment des problèmes d’ac­cès puis chan­ge­ment d’adresse pour les moyens de commu­ni­ca­tion de l’an­tenne pari­sienne, donc il y a peut être aussi à être indul­gent ici.

Des ques­tions

Voilà les raisons de cette lettre publique.

Aux repré­sen­tants du MoDem, au natio­nal et à l’an­tenne pari­sienne :

  • Comment mon e-mail peut-il se retrou­ver dans des mailings d’an­ciens vice-prési­dents dans des commu­ni­ca­tions qu’ils ne font pas au nom du parti ?
  • Quels sont les actions que vous allez entre­prendre pour proté­ger à l’ave­nir mes données person­nelles ?
  • Quelles sont les actions que vous allez entre­prendre rapport à ces détour­ne­ments pour prou­ver que vous ne les caution­nez pas ?
  • Pourquoi faut-il une lettre publique pour obte­nir une réponse sur un sujet aussi sensible ?
  • Où puis-je vous joindre effi­ca­ce­ment pour obte­nir des réponses et des actions de votre part ?

Aux deux spam­meurs poli­tiques (puisque factuel­le­ment il s’agit bien de cour­riers non solli­ci­tés) :

  • Comment justi­fiez-vous l’uti­li­sa­tion de mes données person­nelles ?
  • Pouvez-vous m’in­for­mer du numéro d’en­re­gis­tre­ment à la CNIL du fichier nomi­na­tif concerné ?
  • Pouvez-vous me donner la source de la récolte ou du fichier afin que je puisse faire valoir mes droits ?
  • Comment justi­fiez-vous de ne pas respec­ter la loi (au mini­mum la mention d’une désins­crip­tion possible) dans un e-mail qui propose une voca­tion poli­tique ?

Pour me joindre vous avez le lien de contact en bas de page, si jamais l’as­pect public vous incite à enfin réagir.