Catégories
Uncategorized

La rela­tion client Sosh

Bonjour Sosh

J’écris à la place de mon beau père. Il paye actuel­le­ment 5 € pour un forfait mobile 2 h + 100 Mo.

En réalité il paye bien plus, parce que vous faites quand même payer 50c les 10 Mo hors forfait. Oui, rien que ça est un scan­dale en 2020. Ça s’ap­pelle exploi­ter les plus pauvres.

Soit, on va chan­ger d’offre. Sauf que… ben toutes les offres sont des offres spéciales qu’il ne peut pas sous­crire vu qu’il est déjà abonné. Du coup on appelle, ou plutôt on écrit vu que tout se passe par chat.

Et là, on lui propose de passer à une offre à 9,99 €. Ok, pourquoi pas mais j’ai la présence d’es­prit de deman­der ce que contient l’offre et oh, elle contient… 100 Mo.

Oui, la même chose, pour deux fois le prix actuel, c’est l’offre qu’on lui fait. Bon, il y a des commu­ni­ca­tions illi­mi­tées mais ce n’est pas là dessus qu’il y a du hors forfait. C’était moi au clavier, heureu­se­ment. Mon beau père se serait peut-être laissé avoir à accep­ter la propo­si­tion et payer le double pour aucun chan­ge­ment.

Ok, on recom­mence, quelles offres possibles ? Aucune. Il y a plein d’offres en cours mais toutes sont réser­vées aux nouveaux abon­nés.

Une seule solu­tion : Une option à 5 € pour 2 Go, donc 10 € au total Pour 2,1 Go. Oui, vous avez bien lu. C’est l’unique propo­si­tion, l’unique possi­bi­lité.

Je ne cherche pas forcé­ment à avoir les promo­tions en cours, pas même un truc au niveau de la concur­rence, juste une offre stan­dard un mini­mum honnête. Non, même pas.

Est-ce parce que la date de nais­sance de mon beau père est dans les années 50 que vous cher­chez à l’ar­naquer ainsi ? Je n’ose le penser mais je n’ai pas d’autres expli­ca­tions.

Catégories
Uncategorized

Télé­tra­vail progres­sif

Je n’aime pas la pola­ri­sa­tion autour du télé­tra­vail.

C’est facile de se moquer et de trai­ter d’idiots tous ceux qui ne lâchent pas toutes les vannes. La réalité est, comme toujours, bien plus complexe.


Il y a des socié­tés qui ne veulent pas de télé­tra­vail autre­ment que ponc­tuel, et c’est tout à fait respec­table.

Parfois c’est juste un choix. Certains préfèrent sortir le soir avec les collègues, faire des jeux de société, ou être sur place ensemble. Ça ne dit pas que le télé­tra­vail est mal, juste tout le monde ne souhaite pas vivre ainsi.

Vouloir complé­ter une équipe hors du télé­tra­vail n’est pas plus illé­gi­time que complé­ter une équipe en télé­tra­vail.


Parfois les entre­prises ne savent simple­ment pas encore tout, et en ont conscience. Passer du présen­tiel au télé­tra­vail c’est quand même une sacré révo­lu­tion.

Elles peuvent préfé­rer y aller par étapes, se confron­ter aux problèmes au fur et à mesure avec un impact limité.

Il y a la stra­té­gie de commen­cer par du télé­tra­vail partiel et celle de limi­ter le télé­tra­vail total à certains sala­riés plus auto­nomes, voire qui ont déjà une première expé­rience dans une entre­prise précé­dente.

J’ai parfois dit à des candi­dats « ici le télé­tra­vail on connait déjà, ce n’est pas impro­visé », parce qu’ils prennent bien moins de risques ainsi. Ça ne m’étonne pas que des entre­prises aient la même poli­tique dans l’autre sens, et préfèrent commen­cer avec des sala­riés qui savent déjà.

Vous pouvez penser que c’est de la défiance, j’y vois de la sagesse. Celles qui me font peur sont plutôt celles qui se lancent sans savoir, sans réflé­chir, sans comprendre. Ce sont ces dernières qu’il faut éviter de rejoindre.


Il ne suffit pas de dire « ok, à partir de demain on fait du télé­tra­vail ». Ce serait aussi simpliste que dange­reux.

Du point de vue de l’en­tre­prise on parle de risques psycho­so­ciaux. Comment évite-t-on que quelqu’un ressente de l’iso­le­ment ? Comment évite-t-on qu’il se mette de lui-même la pres­sion ? Comment l’aide-t-on à gérer la sépa­ra­tion pro-perso quand il travaille de chez lui ? Comment détec­ter les prémisses d’un burn-out ?

Comment commu­niquer dans cette nouvelle orga­ni­sa­tion ? Avec quel outil ? quelles pratiques ? Quelle gestion des noti­fi­ca­tions ? Comment sait-on à quel moment on peut inter­agir avec une personne et à quel moment on risque d’em­pié­ter sur sa vie perso quand on ne peut plus se baser sur la présence au bureau ?

Comment former les mana­gers à une nouvelle approche et de nouveaux réflexes ? Comment gère-t-on la rela­tion avec son mana­ger en visio et par écrit ? Comment faci­li­ter l’in­té­gra­tion des nouveaux ? L’or­ga­ni­sa­tion est-elle iden­tique pour les sala­riés auto­nomes et ceux qui font de l’exé­cu­tion ? La culture infor­ma­tique est-elle suffi­sante dans tous les dépar­te­ments ? Comment les dépar­te­ments basés sur l’ému­la­tion locale vont-il chan­ger de culture ? Comment évite-t-on de tout faire explo­ser si certains groupes n’avancent pas vers le télé­tra­vail à la même vitesse et génèrent des jalou­sies ou des frus­tra­tions ?

Comment assu­rer une instal­la­tion correcte au sala­rié ? Faut-il finan­cer écran, fauteuil et bureau ? si oui comment ? avec quelle poli­tique d’uti­li­sa­tion person­nelle vu que le sala­rié ne voudra pas forcé­ment tout dupliquer chez lui ? quelle poli­tique si c’est une utili­sa­tion person­nelle qui casse quelque chose ? Faut-il impo­ser un débit de connexion mini­mum ? une pièce sépa­rée des enfants le mercredi après-midi ? Faut-il finan­cer des espaces de cowor­king ?

Comment gère-t-on les rencontres une fois de temps en temps dans l’an­née ? Avec quel budget pour les dépla­ce­ments ? Faut-il pour cela impo­ser un temps de trajet maxi­mum pour faci­li­ter ces dépla­ce­ments ?

Admi­nis­tra­ti­ve­ment, se limite-t-on à la France ? Sinon quelles sont les règles et les impacts ? Un français peut-il télé­tra­vailler ponc­tuel­le­ment depuis ailleurs que chez lui ? depuis l’étran­ger ? qu’en dit l’as­su­rance ?

Que fait-on si un sala­rié vit fina­le­ment mal le télé­tra­vail ? Faut-il un bureau local pour ceux-là ? Que faire avec ceux qui ne s’adaptent pas au télé­tra­vail des autres ? Comment évite-t-on de faire des groupes étanches entre ceux en télé­tra­vail et ceux en local ? Comment est-ce qu’on quali­fie l’adap­ta­tion au télé­tra­vail d’un nouveau colla­bo­ra­teur lors de sa période d’es­sai ?

Et du point de vue du sala­rié, comment gérer les livrai­sons de colis qui inter­rompent une réunion impor­tante ? Comment gérer l’en­fant qui pleure ou qui solli­cite sur les horaires de travail ? Faut-il d’ailleurs impo­ser quelques heures de présence communes ou être plus souple ? Que fait-on si la connexion saute ? Sait-il régler son débit pour éviter que l’ado­les­cent à côté ne prenne toute la bande passante ?


Honnê­te­ment il y a des réponses à tout ça. Il ne s’agit pas de dire que ce sont des problèmes bloquants ou que le télé­tra­vail est fonda­men­ta­le­ment plus problé­ma­tique que la présence.

Ce sont par contre des enjeux qui ne s’ignorent pas, ou qui ne devraient pas s’igno­rer dans la tran­si­tion.

Malheu­reu­se­ment ça ne s’in­vente pas forcé­ment. Une partie des réponses dépend de choix très subjec­tifs et on ne peut ni ne doit se conten­ter de suivre un livre ou un consul­tant.


Bref, critiquer les entre­prises qui ne font pas leur révo­lu­tion en un claque­ment de doigts c’est espé­rer que ces entre­prises jouent aux appren­tis sorciers.

S’il y a des entre­prises à éviter ce ne sont pas celles qui y vont avec prudence mais réelle ouver­ture, ce sont celles qui y vont sans réflé­chir, avec un big bang naïf.

Ça peut très bien se passer et tomber en marche sans trop y penser, surtout dans une petite struc­ture, mais ça peut aussi merder grave­ment avec des consé­quences irré­pa­rables autant pour l’en­tre­prise que pour les sala­riés. Les entre­prises recom­man­dables cher­che­ront à anti­ci­per un peu.

Catégories
Uncategorized

La faute de la hiérar­chie

L’his­toire le montre : le compor­te­ment des poli­ciers dépend large­ment des ordres qui leur sont donnés, de la fermeté des rappels aux procé­dures et au droit, de l’im­pu­nité promise ou non. « Vous serez couverts », décla­rait aux poli­ciers pari­siens le préfet Maurice Papon quelques jours avant le massacre de mani­fes­tants algé­riens le 17 octobre 1961. A l’in­verse, on sait ce que l’ab­sence de drame pendant les émeutes de Mai 1968 doit aux consignes du préfet Maurice Grimaud : « Frap­per un mani­fes­tant tombé à terre, c’est se frap­per soi-même en appa­rais­sant sous un jour qui atteint toute la fonc­tion poli­cière. »

Or, lundi, à Paris, dans un tout autre contexte, c’est un commis­saire divi­sion­naire, haut gradé de la brigade anti­cri­mi­na­lité de Seine-Saint-Denis, qui fait un croche-pied à un mani­fes­tant. C’est le préfet Lalle­ment qui couvre une opéra­tion où des hommes entraî­nés pour courir après des délinquants sont char­gés d’éva­cuer des migrants instal­lés dans des tentes et au cours de laquelle un jour­na­liste est molesté. En juillet, devant les dépu­tés, c’est Gérald Darma­nin qui déclare : « Quand j’en­tends le mot violences poli­cières, person­nel­le­ment, je m’étouffe », repre­nant le verbe utilisé à sept reprises, au cours de son agonie, par Cédric Chou­viat, ce livreur mort en janvier, à la suite d’un contrôle poli­cier.

Édito­rial sur Le Monde, « Police : une grave crise de comman­de­ment »
Catégories
Uncategorized

« Je peux faire sans »

J’aime bien l’ap­pli­ca­tion de l’effet Dunning Kruger à la gestion des dépen­dances externes dans la program­ma­tion.

On commence par inclure un peu tout et n’im­porte quoi sans trop y réflé­chir avant. Avec l’ex­pé­rience on réalise les risques et on se prend quelques méchants mûrs. À cette étape les plus techos finissent vite avec un « je refais tout moi-même, après tout il n’y a rien de magique et je sais faire ».

Cette phase de crise est appe­lée « vallée de l’hu­mi­lité » dans les graphiques de l’ef­fet Dunning Kruger. À propos de la gestion des dépen­dances c’est tout le contraire : une crise d’égo. On se croit meilleur que tout le monde. On croit pouvoir tout faire soi-même, et que ce sera mieux.

La sagesse vient de se rendre compte qu’on va faire moins bien, pour avoir au final les mêmes problèmes, mais après avoir dépensé tout son temps pour rien. Là on commence alors à réuti­li­ser de nouveau des briques tierces. On fait juste plus atten­tion à quoi, quand, comment, et surtout au cycle de vie de ce qu’on intègre.


Oui vous savez faire, mais vous ne ferez proba­ble­ment pas aussi bien, faute de temps, faute de relec­teurs, faute d’ex­pé­rience. Vous ferez des erreurs. Vous oublie­rez des cas. Vous ne verrez pas certains problèmes de sécu­rité. Vous n’im­plé­men­te­rez pas toutes les fonc­tions utiles.

Ce n’est pas que l’au­teur de la biblio­thèque de code trou­vée sur inter­net est meilleur que vous, c’est qu’il a choisi de se concen­trer sur un ou deux problèmes là où vous en avez bien d’autres à gérer. Ce n’est pas qu’il fera moins d’er­reurs, c’est qu’il béné­fi­ciera des correc­tions de tiers. Ce n’est pas qu’il a plus de temps ou plus de connais­sances, c’est que lui ne sera pas tout seul.

Ce n’est pas forcé­ment vrai aujourd’­hui, mais avec le temps les projets communs gagnent forcé­ment sur les projets indi­vi­duels, pour ces raisons. Et si vous pensez avoir le temps et l’ex­per­tise pour faire mieux ou pour corri­ger le code déjà en ligne, contri­buez afin d’en­ri­chir pour les autres. Ayez juste l’hu­mi­lité de voir que vous ne pouvez le faire que sur un nombre limité d’items. Sur le reste il sera préfé­rable de réuti­li­ser ce que d’autres auront réalisé.

Catégories
Uncategorized

Un peu de Pixel­fed

Je voulais voir depuis un moment comment faire inter­agir mon site photo ou mon compte Masto­don photo avec Pixel­fed.

TL;DR: Ça commu­nique, mais ça reste deux espaces distincts. Masto­don sera le seul à avoir les messages pur texte, Pixel­fed le seul à avoir les story.

Par rapport à Insta­gram

Les story sont limi­tées à une photo telle quelle. Il n’y a pas de widgets à ajou­ter, pas de possi­bi­lité d’y mettre du texte, pas de possi­bi­lité de réfé­ren­cer une publi­ca­tion exis­tante ou un compte exis­tant.

De la même façon, il n’y a pas de « publi­ca­tion à la une » permet­tant de donner une péren­nité à certaines story. Il semble aussi que la suppres­sion manuelle des story avant leur expi­ra­tion ne soit pas encore implé­men­tée.

Sur le fond, sinon, au moins du point de vue des publi­ca­tions du flux stan­dard, ça semble très simi­laire.

Accé­der aux conte­nus Masto­don

Je peux, depuis Pixel­fed, m’abon­ner à des comptes Masto­don. Je verrai alors dans mon flux toutes les nouvelles images publiques qui seront publiées depuis l’abon­ne­ment.

Je vois aussi les réponses publiques faites depuis Masto­don, qu’elles soient faites à des publi­ca­tion Masto­don ou des publi­ca­tions Pixel­fed.

Enfin, je vois les messages privés qui me sont envoyés depuis Masto­don, et peux y répondre.

Je ne vois cepen­dant pas les messages texte publics des comptes Masto­don. Je ne vois non plus aucun contenu « réservé aux abon­nés » publié sur un compte Masto­don, même si j’y suis abonné. Enfin, je ne vois pas les like faits pas des comptes Masto­don sur les publi­ca­tions Masto­don. Plus éton­nant, Pixel­fed ne voit même pas les photos de profils des comptes Masto­don.

Accès depuis Masto­don

Ça fonc­tionne aussi dans l’autre sens.

Depuis Masto­don je peux m’abon­ner à un compte Pixel­fed, y voir les publi­ca­tions du flux stan­dard et les réponses qui y sont faites. Je peux aussi voir les réponses ou likes de Pixel­fed sur mes propres conte­nus, ainsi que les messages privés qui me sont envoyés.

Je ne vois cepen­dant pas les story publiées. Je m’at­ten­dais à les voir sous forme de message effacé au bout de 24h.


Et alors ?

Alors, sauf à utili­ser les story, je vois mal l’in­té­rêt de Pixel­fed pour celui qui publie. Mieux vaut se lais­ser toutes les possi­bi­li­tés ouvertes par Masto­don, et une compa­ti­bi­lité agran­die quant aux inté­rac­tions. Ce serait dommage de louper un utili­sa­teur Masto­don qui nous inter­pelle en public, l’in­ter­face Pixel­fed n’en montrera rien.

Je vois par contre l’in­té­rêt de l’in­ter­face Pixel­fed pour la lecture de tiers avec une navi­ga­tion pure­ment photo, surtout pour un habi­tué d’Ins­ta­gram.

Je me demande pourquoi Pixel­fed n’a pas été conçu comme un front-end aux serveurs Masto­don exis­tants, plutôt qu’en réim­plé­men­tant un serveur moins complet à côté.

Catégories
Uncategorized

« POSSE » pour les photo­graphes

Tumblr, Face­book, Twit­ter, Insta­gram, 500px et autres. Les condi­tions changent, les comptes sont suppri­més parfois arbi­trai­re­ment, le modèle écono­mique devient un peu trop pesant. Ça a déjà eu lieu, et ça recom­men­cera. Le problème n’est pas celui de choi­sir la bonne plate­forme, mais de s’en rendre dépen­dant.

Publish (on your) Own Site, Syndi­cate Elsew­here

POSSE, Indie­web

POSSE c’est le mantra d’In­die­web.

Publiez chez vous

L’idée c’est d’avoir un espace à vous, pérenne, où vous êtes tota­le­ment libre. Quoi qu’il se passe, c’est votre point de réfé­rence.

D’un point de vue tech­nique c’est une adresse, un espace et un contenu :

  • L’adresse web c’est ce que vous tapez dans la barre d’adresse du navi­ga­teur, l’équi­valent de « insta­gram.com ». On trouve des noms de domaine (c’est ainsi que ça s’ap­pelle) pour entre 3 et 15 euros par an.
  • L’es­pace c’est le serveur et le disque. Les coûts sont variables suivant ce dont vous avez besoin. Ça va du gratuit, parfois inclut avec le nom de domaine, jusqu’à quelques dizaines d’eu­ros par an.
  • Pour gérer votre contenu le choix est vaste. Il y a plein de possi­bi­li­tés gratuites comme Piwigo ou Word­press, et les payantes ne sont pas forcé­ment meilleures.

Tout ça est un peu tech­nique mais vous trou­ve­rez des pres­ta­taires avec des solu­tions tout-en-un pour quelques dizaines d’eu­ros par an. Le cas échéant il y a souvent un ami infor­ma­ti­cien qui sera prêt à vous aider dans ce type de démarche de prise d’in­dé­pen­dance plutôt que de vous réins­tal­ler une énième fois votre impri­mante.

Véri­fiez juste que le nom de domaine vous appar­tient et que vous pour­rez le redi­ri­ger ailleurs si un jour vous souhai­tez chan­ger de pres­ta­taire.

Sur votre tout nouveau site il n’y a qu’une seule chose indis­pen­sable : Le flux RSS. C’est un proto­cole qui permet à des tiers de s’abon­ner à votre site et de suivre ce que vous y publiez, souvent asso­cié à une petite icône orange. Word­press et quasi­ment tous les logi­ciels de gestion de contenu en ont un. Si un ami vous fait votre site à la main, deman­dez-lui d’en faire un.

Mettez en avant l’adresse de ce flux RSS pour que les gens suivent votre fil pérenne plutôt que les comptes vola­tiles que vous avez sur les plate­formes.

Je laisse les lecteurs propo­ser des pres­ta­taires en commen­taire.

Diffu­sez partout

On est d’ac­cord, votre site web ne suffira proba­ble­ment pas. Il n’y a rien de mal à cher­cher une présence sur les diffé­rentes plate­formes.

L’idée est juste de consi­dé­rer que ce que vous postez n’est qu’un lien vers la page corres­pon­dante de votre site, éven­tuel­le­ment avec une image ou une copie du contenu pour s’in­té­grer à la plate­forme.

On vous supprime un contenu ou un compte sur une plate­forme ? Tout le monde a déjà le lien vers votre site web, partout. Ils pour­ront éven­tuel­le­ment retrou­ver votre nouveau compte à partir de là. Certains vous suivront déjà par votre site et ne verront même pas la diffé­rence.

Profi­tez des plate­formes décen­tra­li­sées

Si vous cher­chez à dimi­nuer la main mise des plate­formes tout en cher­chant une alter­na­tive « sociale », je vous encou­rage à trou­ver une instance Pixel­fed. C’est un réseau simi­laire à Insta­gram mais décen­tra­lisé. Vous avez aussi Masto­don, en alter­na­tive à Twit­ter.

Si un serveur se met à avoir un compor­te­ment qui ne vous corres­pond pas, il suffira d’en chan­ger. Vous pour­rez toujours inter­agir, like commen­taires et repar­tages, avec les gens situés sur d’autres serveurs.

Ok, il faudra recons­truire un réseau d’abon­nés et ces plate­formes ont globa­le­ment moins d’ins­crits, et pas forcé­ment qui vous cher­chez, mais on ne sortira pas de la dépen­dance aux plate­formes centra­li­sées sans faire un effort.

Si vous suivez le prin­cipe de POSSE il ne s’agit pas d’aban­don­ner les anciennes plate­formes, juste de faire l’ef­fort de four­nir une alter­na­tive pour amor­cer la pompe. Votre effort compte aussi.

Catégories
Uncategorized

Et si on jouait au loto ?

« Combien faudrait-il gagner au loto pour assu­rer une rente à vie à toute la famille et oublier les contraintes finan­cières ? »

La ques­tion de ce midi

Oui, parfois j’ai des occu­pa­tions étranges.

Bon, forcé­ment, ça dépend de la durée de la vie, du montant de la rente, du montant de l’in­fla­tion, du taux d’in­té­rêt net qu’on peut attendre du capi­tal, et de l’âge actuel du capi­taine.

TL;DR: Il faut gagner bien plus que je ne l’an­ti­ci­pais.

Pour une rente égale au revenu médian pour chaque adulte (40 ans aujourd’­hui) et la moitié pour les enfants (un, 10 ans aujourd’­hui), une infla­tion moyenne de 2%, un taux d’in­té­rêt net de 1%, et une vie jusque 100 ans, ça demande quand même un capi­tal de 7 millions d’eu­ros.

Si on s’amuse à pous­ser les curseurs ça peut monter très très vite.

En imagi­nant 3 reve­nus médians au lieu d’un seul (si on gagne au loto, c’est bien pour vivre dans le confort, faire des voyages et en profi­ter), un taux d’in­té­rêt net plus conser­va­teur de 0,5% (évitons les mauvaises surprises) et une vie jusque 120 ans (soyons très opti­mistes mais ce serait dommage de tomber à court avant d’être mort), ça monte à 39 millions d’eu­ros.

Le point posi­tif c’est qu’un grand gagnant à l’euro-millions a encore de quoi payer une grande villa avant de mettre en place sa rente.


Si ça vous amuse de jouer vous aussi, vous pouvez cloner cette feuille de calcul et modi­fier les valeurs des cases en jaune sur la première page.

Catégories
Uncategorized

Licen­cie­ment écono­mique ou rupture conven­tion­nelle ?

On vous dira que les indem­ni­tés de licen­cie­ment sont iden­tiques. C’est vrai mais ça ne dit que la moitié de l’his­toire. La réalité est toute autre.

Le licen­cie­ment écono­mique est très protec­teur en France. Si on vous le propose et que vous avez au moins un an d’an­cien­neté, ce n’est évidem­ment pas une bonne nouvelle en soi mais ça l’est par rapport aux alter­na­tives. Si on ne vous le propose pas et qu’il y a un motif écono­mique, vous avez proba­ble­ment inté­rêt à lever vous-même la ques­tion, voire à l’exi­ger.

Quelques points de diffé­rence avec un licen­cie­ment clas­sique (ruptures conven­tion­nelles incluses) :

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Indem­nité de licen­cie­mentstan­dardstan­dard
Indem­nité négo­ciéepossiblepossible
Durée d’at­tente4 à 5 semaines
pas de préavis
21 jours
(hors prépa­ra­tion employeur)
pas de préavis
Délai de carence7 jours à 6 moisaucun
Indem­ni­sa­tion chômage57%75%
Prime de reclas­se­mentnonjusqu’à 5 mois de salaire

TL;DR:

  • Si tu as plus d’un an d’an­cien­neté et que tu penses mettre entre 1 et 24 mois pour commen­cer un nouvel emploi ou un projet de créa­tion d’en­tre­prise, il est très probable que le licen­cie­ment écono­mique soit bien plus avan­ta­geux pour toi.
  • Dans le cas contraire il y a un calcul à faire. Il est possible que l’in­té­rêt d’un licen­cie­ment écono­mique soit faible ou nul, mais il reste peu probable que le solde finan­cier soit néga­tif.

Pour toute la suite je pendrais un exemple de déve­lop­peur logi­ciel, cadre conven­tion collec­tive syntec dans une petite entre­prise avec un salaire brut de 48 k€ annuels et 4 ans d’an­cien­neté. Il lui reste envi­ron moitié de congés non pris au comp­teur (4 RTT + 12 CP). Il commen­cera un poste dans les 4 mois.

NDLA 1 :Aucun des calculs ne se prétend exact, ils sont unique­ment là pour illus­trer le scéna­rio en donnant un ordre de gran­deur. Faites-moi signe si vous voyez des erreurs ou des oublis.

NDLA 2 : Je ne suis pas expert du sujet et ce n’est pas mon métier. Je ne prétends pas à plus que donner une infor­ma­tion et vous inci­ter à vous rensei­gner plus avant si ça vous semble impor­tant pour vous. Faites-moi cepen­dant signe si vous voyez des erreurs ou des oublis.s

Indem­ni­tés de licen­cie­ment

L’em­ployeur vous mettra en avant l’in­dem­nité de licen­cie­ment. Elle est effec­ti­ve­ment iden­tique dans les deux cas, et assez réduite :

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Théo­rique⅓ de mois de salaire
si > 2 ans d’an­cien­neté
⅓ de mois de salaire
si > 2 ans d’an­cien­neté
Exemple5 300 € (bruts)5 300 € (bruts)
Indem­ni­tés de licen­cie­ment

Dans les deux cas vous êtes libres de négo­cier une indem­nité supé­rieure avec votre employeur.

Le supplé­ment, l’in­dem­nité extra-légale, sera cepen­dant conver­tie les délais de carence du Pole Emploi. Vous n’avez donc inté­rêt à en négo­cier une que si vous pensez réem­bau­cher avant la fin des délais de carence du Pole Emploi.

Durée d’at­tente

Dans les deux cas, vous n’ef­fec­tue­rez pas le préavis de 3 mois prévu au contrat. Les durées d’at­tente corres­pondent aux temps de réflexion ou de vali­da­tion des procé­dures.

Pour la rupture conven­tion­nelle, il y a un délai de rétrac­ta­tion de deux semaines, plus un délai de vali­da­tion de la direccte de deux semaines, plus un ou deux jours au milieu. Comp­tez 5 semaines. Ajou­tez-y un premier entre­tien formel avant de pouvoir contrac­tua­li­ser l’offre. Si c’est l’em­ployeur qui vous le propose il faudra aussi comp­ter quelques jours pour que vous réflé­chis­siez, donc 1 mois et demi au total.

Pour le licen­cie­ment écono­mique vous avez 21 jours de délai entre la noti­fi­ca­tion et le licen­cie­ment lui-même, plus la prépa­ra­tion en amont côté employeur.

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Théo­rique4 semaines
+ entre­tien préa­lable
21 jours
+ prépa­ra­tion employeur
(0 à plusieurs mois)
Exemple1 mois et demi1 mois du point de vue sala­rié
+ 2 semaines à 1 mois
de prépa­ra­tion côté employeur
Délais d’at­tente

La prépa­ra­tion côté employeur est variable suivant qu’il s’agit d’une procé­dure indi­vi­duelle ou collec­tive, suivant la taille de l’en­tre­prise, et suivant la bonne volonté des instances repré­sen­ta­tives le cas échéant.

Un licen­cie­ment écono­mique indi­vi­duel dans une petite entre­prise ne demande pas un délai de prépa­ra­tion vrai­ment signi­fi­ca­tif par rapport à une rupture conven­tion­nelle (même si souvent l’em­ployeur en fera une montagne pour vous en dissua­der, et parfois en y croyant lui-même). Au final l’un ou l’autre sont assez simi­laires sur le délai.

Un licen­cie­ment écono­mique collec­tif dans une grande entre­prise peut effec­ti­ve­ment prendre plusieurs mois (mais si vous lisez mon billet pour savoir quoi négo­cier, vous n’êtes proba­ble­ment pas dans ce cas).

Délai de carence

On entre dans la partie « Pole Emploi » et c’est là que se logent les diffé­rences.

Sur une rupture conven­tion­nelle vous avez déjà un délai de 7 jours francs, puis un différé d’in­dem­ni­sa­tion corres­pon­dant au nombre de congés non pris payés par votre employeur à votre départ. Ce sont autant de jours qui ne vous seront pas indem­ni­sés par l’em­ployeur (23 jours dans notre exemple, soit ¾ de mois d’in­dem­ni­tés chômage).

Si vous avez négo­cié une indem­nité de licen­cie­ment extra-légale, elle génè­rera un différé d’in­dem­ni­sa­tion supplé­men­taire elle-aussi, suivant une formule assez peu avan­ta­geuse pour les gens bien payés. Vous n’y aurez rien gagné (sauf à trou­ver un nouveau job avant la fin de ce différé d’in­dem­ni­sa­tion).

Sur un licen­cie­ment écono­mique vous êtes indem­nisé dès le premier jour, sans carence ni différé. Simple et effi­cace. Les éven­tuels congés payés vont direc­te­ment sur votre compte en banque.

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Théo­rique7 jours
+ solde de CP et RTT
Aucun
Exemple23 jours de non indem­ni­sa­tion23 jours d’in­dem­ni­sa­tion
(~ 2 250 €)
Délai de carence

Si vous ne pensez pas commen­cer immé­dia­te­ment un nouveau poste dans le mois, vous venez déjà de perdre litté­ra­le­ment plusieurs milliers d’eu­ros en accep­tant la rupture conven­tion­nelle.

Indem­ni­sa­tion chômage

Là c’est plus simple. L’in­dem­ni­sa­tion brute est de 57% du salaire brut de réfé­rence dans le cas de la rupture collec­tive. Dans le cadre d’un contrat de sécu­ri­sa­tion profes­sion­nelle (ce à quoi vous avez le droit dans le cadre d’un licen­cie­ment écono­mique et plus d’un an d’an­cien­neté), la première année est indem­ni­sée à 75% au lieu de 57%. 18 points ce n’est pas rien.

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Théo­rique57% du salaire de réf.75% du salaire de réf.
Exemple
(3 mois)
~ 6 800 €~ 9 000 €
Indem­ni­sa­tion

Pour l’exemple, je compte 3 mois après les 23 jours du sous-titre précé­dent. On vient d’aug­men­ter la diffé­rence entre les deux scéna­rios de plusieurs milliers d’eu­ros supplé­men­taires.

Outre le finan­cier, le contrat de sécu­ri­sa­tion profes­sion­nelle ouvert par le licen­cie­ment écono­mique vous fera proba­ble­ment aussi accé­der plus faci­le­ment à des forma­tions. Il risque aussi de vous donner un enca­dre­ment plus serré, on aime ou on n’aime pas.

Prime de reclas­se­ment

C’est la grande oubliée. Dans le cadre d’un contrat de sécu­ri­sa­tion profes­sion­nelle, si vous repre­nez un travail durable ou un projet de créa­tion d’en­tre­prise dans la première année, vous pouvez deman­der une prime de reclas­se­ment.

Il s’agit d’une prime qui corres­pond à la moitié des indem­ni­sa­tions restant à pour­voir au titre de la première année. Si vous trou­vez un poste dans les 4 mois, on vous offre 3 mois d’in­dem­ni­sa­tion en prime (la moitié de 12 mois – 4 mois).

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Théo­rique(rien)La moitié de l’in­dem­ni­sa­tion
restante des 12 premiers mois
Exemple09 000 €
Prime de reclas­se­ment

Théo­rique­ment vous pouvez deman­der à la place une compen­sa­tion de la diffé­rence entre votre nouveau salaire et votre ancien salaire. Faites le calcul mais la prime de reclas­se­ment est proba­ble­ment plus inté­res­sante.

Note : Le conseiller Pole Emploi ne vous parlera pas forcé­ment, ou alors en ne vous propo­sant que la compen­sa­tion de diffé­rence de salaire. S’il vous en parle il ne vous le rappel­lera pas forcé­ment quand ce sera le moment, ou ne vous donnera les papiers que si vous les exigez expli­ci­te­ment vous-même. Pensez-y, d’au­tant que vous n’avez qu’un mois à comp­ter de votre embauche pour faire la demande.

Un petit calcul

Dans mon exemple, la diffé­rence entre les deux scéna­rios est d’en­vi­ron 13 500 € (bruts). Le vrai calcul dépen­dra de votre solde de congés payés et de la date à laquelle vous pensez retrou­ver un emploi ou initier un projet de créa­tion d’en­tre­prise.

Rupture co.Licen­cie­ment éco.
Indem­nité de licen­cie­ment5 300 €5 300 €
23 premiers jours de chômage0 €2 250 €
3 mois suivants de chômage6 800 €9 000 €
Reprise après 3 mois et 23 jours0 €9 000 €
Total12 100 €25 550 €
Diffé­rence13 450 €
Total

Il ne s’agit pas de rentrer systé­ma­tique­ment en confron­ta­tion avec l’em­ployeur ni de cher­cher à le faire plon­ger alors qu’il est poten­tiel­le­ment déjà en situa­tion diffi­cile. Il ne s’agit pas non plus d’igno­rer ce que ça veut dire pour le sala­rié, parce que c’est plus que signi­fi­ca­tif.

Main­te­nant voilà, vous avez un ordre de gran­deur de la diffé­rence entre une rupture conven­tion­nelle et un licen­cie­ment écono­mique.

Exigez le licen­cie­ment écono­mique

Si vous accep­tez la rupture conven­tion­nelle dans une situa­tion où un licen­cie­ment écono­mique serait théo­rique­ment possible, c’est comme si vous faisiez un don de plusieurs milliers d’eu­ros à votre employeur. Dans notre exemple on parle de 13 500 € (bruts) quand même.

Est-ce vrai­ment légi­time ? Est-ce vrai­ment ce que vous souhai­tez faire ?

Sinon exigez le licen­cie­ment écono­mique, même si on ne vous le propose pas d’em­blée, même si on vous dit que ce sera long et compliqué (parfois l’em­ployeur le croit vrai­ment, parfois à tort), même si ça l’est vrai­ment (dans le cas d’une entre­prise de plusieurs centaines de sala­riés avec des instances repré­sen­ta­tives qui veulent bloquer).

Souve­nez-vous que votre employeur, lui, ne vous aurait pas fait don de 13 500 € dans une situa­tion simi­laire. Il le montre d’ailleurs très clai­re­ment s’il cherche à éviter le licen­cie­ment écono­mique.

Et si on me propose une plus grosse indem­nité ?

« Faites le calcul » mais n’ou­bliez pas qu’une indem­nité extra-légale augmente d’au­tant le différé d’in­dem­ni­sa­tion. Ça n’a d’in­té­rêt que si vous comp­tez retrou­ver un emploi avant la fin du différé d’in­dem­ni­sa­tion. Dans le cas contraire c’est surtout Pole Emploi qui profi­tera de l’in­dem­nité, pas vous.

Une alter­na­tive, ça se faisait beau­coup pour les cadres avant l’exis­tence des ruptures conven­tion­nelles, c’est de faire un licen­cie­ment pour faute simple tout en sachant qu’il n’est pas motivé, et de faire un accord tran­sac­tion­nel dans la foulée pour compen­ser le licen­cie­ment irré­gu­lier. Les sommes en jeu sont hors coti­sa­tions et hors différé d’in­dem­ni­sa­tion.

Cela dit il faut qu’on vous propose une grosse sur-prime pour que ce soit inté­res­sant face à un licen­cie­ment écono­mique. C’est peu proba­ble­ment le cas (si ça coûte plus de 3 mois de salaire, l’em­ployeur a aussi bien fait de faire ce licen­cie­ment écono­mique, comme c’est détaillé plus bas).

Le coût pour l’em­ployeur

Ne nous le cachons pas, ce n’est pas équi­valent non plus pour l’em­ployeur. Il y a un coût de prépa­ra­tion et un coût d’exé­cu­tion.

La prépa­ra­tion pour une petite entre­prise ça veut peut-être dire payer 1 000 € de conseil juri­dique pour bien confir­mer et appliquer la procé­dure.
Pour une entre­prise de plusieurs centaines de sala­riés qui fait une procé­dure collec­tive, il y a un coût interne d’oc­cu­pa­tion des ressources RH et légales ainsi que le coût humain d’une négo­cia­tion avec les instances repré­sen­ta­tives. C’est diffi­ci­le­ment mesu­rables mais c’est impor­tant.

Ensuite c’est en partie l’em­ployeur qui finance le contrat de sécu­ri­sa­tion profes­sion­nelle proposé par le Pole Emploi. Au lieu de vous payer à exécu­ter votre préavis, l’em­ployeur verse le même montant au Pole Emploi (3 mois de salaire brut dans notre exemple).

Ce n’est pas l’exact équi­valent mais, pour faire court, si l’ex sala­rié gagne plus, c’est que l’em­ployeur paye plus, avec un ordre de gran­deur simi­laire.

Mais la boite risque de couler !

Est-ce vrai­ment le cas ? unique­ment à cause des 3 mois de salaire qu’elle versera en plus à Pole Emploi ?

Possible, mais aussi peu probable malgré tout ce qu’on vous dira (nous sommes en période de covid, c’est encore moins probable en ce moment vue la faci­lité à avoir des aides sous forme de prêt pour juste­ment éviter les dépôts de bilan). L’en­tre­prise est-elle vrai­ment à ça du dépôt de bilan ? de « situa­tion accep­table » à « on met la clef sous la porte » ?

Et si c’est le cas (soyez-en vrai­ment certains, ne vous conten­tez pas des dires de l’em­ployeur, même si vous avez confiance en lui), êtes-vous prêts à faire un don de 10 à 15 000 euros pour que lui éviter ça ? Est-ce votre rôle plutôt que celui des action­naires de la société ?

Et si vrai­ment la boite est à ça près, et que vous avez les moyens de donner cet argent néces­saire, et que vous seul pouvez le faire (pfiou, vous cumu­lez quand même, hein ?) : Est-ce que vous ne devriez pas ensuite en déte­nir une partie, soit pour récu­pé­rer des béné­fices quand elle en fera dans le futur, soit pour revendre ces parts plus tard quand la faillite sera évitée, soit pour, au pire, ne rien en faire mais avoir un droit de regard sur le futur ?

Bref, faites un licen­cie­ment écono­mique puis donnez ensuite, si vous le souhai­tez, la somme que vous voulez à l’en­tre­prise, sous forme de prêt ou d’achat de capi­tal. C’est quand même plus honnête et plus clair pour tout le monde.

La seule règle à rete­nir

Ne signez pas de rupture conven­tion­nelle ou d’ac­cord sans avoir fait vos comptes et avoir tous les éléments. Ne signez pas tant que vous n’êtes pas certain de vouloir le faire, avec tous les éléments en tête.

Prenez votre temps, prenez des conseils de tiers, démar­chez un syndi­cat ou un repré­sen­tant du person­nel si besoin.

Quelle que soit l’ur­gence qu’on vous donne, vous ne devriez pas faire un gros cadeau à votre employeur sous la pres­sion. Si vous le faites, faites le en conscience, volon­tai­re­ment, à tête repo­sée. Deman­dez du temps si vous en avez besoin.

Tant pis si vous vous êtes à moitié engagé avant de lire tout ça, ne signez pas juste parce que vous avez donné un accord oral auprès de quelqu’un qui ne vous a pas donné toutes les clefs de compré­hen­sion.

Même si vous avez signé, vous avez encore 15 jours de délai de rétrac­ta­tion. Utili­sez-les, ils sont faits pour ça. Ce n’est pas une trahi­son : c’est l’uti­li­sa­tion légi­time d’un temps de réflexion prévu à la procé­dure. L’em­ployeur n’au­rait, lui, aucun remord à utili­ser un temps prévu pour, comme il le fait (à raison) quand il met fin à une période d’es­sai.

Catégories
Uncategorized

La reli­gion dans la rue

Je ne vois pas la diffé­­rence entre une opinion reli­­gieuse et une opinion vesti­­men­­taire. […] Tant qu’on ne parle que de la foi elle-même, savoir si mon inter­­­lo­­cu­­teur est catho­­lique ou musul­­man m’in­­té­­resse presque autant que de savoir s’il préfère les t-shirt ou les chemises. Le voir exer­­cer son culte me concerne autant que de savoir s’il porte la chemise dont on vient de parler.

Apathéiste

Plus exac­te­ment, je ne fais pas de diffé­rence entre quelqu’un qui prie dans la rue et quelqu’un qui y fait son exer­cice de yoga.

Je ne fais pas non plus de diffé­rence entre quelqu’un qui me tend une invi­ta­tion à une céré­mo­nie reli­gieuse ou un extrait de je ne sais livre sacré et quelqu’un qui me tend une invi­ta­tion à un meeting poli­tique ou pros­pec­tus à propos du nucléaire.

Je ne fais pas de diffé­rence entre quelqu’un qui choi­sit d’ex­clure le porc de son assiette pour des ques­tions reli­gieuses et quelqu’un qui choi­sit de l’ex­clure pour des ques­tions éthiques vis à vis des animaux, qui exclut les produits de l’agri­cul­ture inten­sive sur des croyances sani­taires, ou qui exclut les OGM par peur des consé­quences long terme.

Je ne fais pas de diffé­rence entre quelqu’un qui choi­sit une robe noire longue pour des ques­tions reli­gieuses et quelqu’un qui choi­sit la même robe parce que ça colle avec son affi­lia­tion gothique, ou une mini-jupe parce que ça colle avec sa vision de la libé­ra­tion de la femme.

Je ne fais pas de diffé­rence entre qui propose une loi qu’il croit inti­me­ment souhai­table parce que c’est ensei­gné ainsi dans sa reli­gion et qui la propose en la croyant inti­me­ment souhai­table pour d’autres raisons morales ou éthiques.

Ce n’est pas que je n’ai pas d’avis sur tout ça, mais que le motif de la personne soit reli­gieux ou non n’entre pas en consi­dé­ra­tion. C’est sa conscience, pas la mienne.


Si nous avons des règles spéci­fiques sur le fait reli­gieux, c’est essen­tiel­le­ment pour des raisons histo­riques. Parce qu’il le faisait par le passé et parce qu’il a un rôle parti­cu­lier qui lui permet d’im­po­ser ou d’in­ter­dire, il a fallu contraindre l’État. Il a fallu à la fois le contraindre à garan­tir la liberté de culte et lui inter­dire de prendre parti.

La laïcité c’est ça (et des ques­tions pratiques sur comment opérer une sépa­ra­tion entre l’état et l’église, un peu comme la gestion des biens et des enfants après un divorce). Rien de plus.

La prière dans la rue n’est pas inter­dite (et c’est une bonne chose). Prêcher la bonne parole non plus (idem). La reli­gion n’a pas plus à rester privée qu’une quel­conque autre opinion.

Il s’agit de sépa­rer le tempo­rel et le spiri­tuel, pas d’in­ter­dire ou de limi­ter ce dernier, y compris dans l’es­pace public.

On inter­dit par contre les discri­mi­na­tions, la violence envers autrui, la contrainte sur autrui. C’est ça qui est inter­dit, peu importe que ce soit pour des raisons reli­gieuses ou non.

Ce qui est dit c’est simple­ment que votre reli­gion ne vous ouvre aucun droit en plus, ne justi­fie rien ni en plus ni en moins aux yeux de la loi. Votre opinion reli­gieuse n’est pas plus proté­gée des critiques qu’une quel­conque autre. On s’as­sure juste que vous ayez le droit de l’avoir et pas de contrainte spéci­fique à l’exer­cer.


J’irai même plus loin. La croyance que dieu n’existe pas est une croyance reli­gieuse (liée au rapport au divin). Je la traite exac­te­ment de la même façon que celles qui veulent qu’un ou plusieurs dieux existent.

Vouloir empê­cher autrui de prier, de s’ha­biller, d’ex­pri­mer sa croyance, me semble aussi domma­geable que vouloir forcer la prière, l’ha­bit, ou l’ex­pres­sion d’une croyance.

Catégories
Uncategorized

Verba­lisé parce que (seconde édition)

J’avais fait un premier inven­taire qui a pas mal circulé en avril. J’ai fini par l’ar­rê­ter, faute de temps, parce que les pratiques s’étaient (rela­ti­ve­ment) calmées quand la presse a commencé à s’en faire le relai.

J’ai aussi arrêté parce que mon objec­tif commençait à être mal inter­prété. Mon but n’était pas de créer une base exhaus­tive. Il aurait fallu trier en enquê­tant sur chaque cas. Le nombre, le nom de certains des auteurs, la diver­sité et la crédi­bi­lité de certains témoi­gnages me suffi­saient à atti­rer l’at­ten­tion sur l’exis­tence d’un phéno­mène.

L’exer­cice n’était pas plai­sant. Je ne pensais pas le recom­men­cer. Et là je tombe sur suffi­sam­ment exas­pé­rant pour au moins en faire quelques lignes. Cette fois-ci pas de débat, pas de petite histoire de la cousine sur twit­ter, mais ce n’en est que pire.



Pour­tant être dans un super­mar­ché, s’il y a une chose de certaine, c’est bien que le dépla­ce­ment est justi­fié au titre du confi­ne­ment. Bon, ils n’ont pas auto-attesté qu’ils étaient là où on les a contrôlé alors ça ne compte pas. C’est bien ça l’im­por­tant, non ?

Vous admi­re­rez la synchro­ni­sa­tion des préfec­tures de Loire-Atlan­tique et du Morbi­han, et la fierté d’icelles au point d’en faire une opéra­tion de commu­ni­ca­tion. Diffi­cile d’ar­guer d’un simple déra­page des agents locaux.


Note : Contrai­re­ment à ce que le poli­cier dit sur la vidéo, les rassem­ble­ments reven­di­ca­tifs sont expli­ci­te­ment auto­ri­sés.